/ 6 Commentaires

best of 2016 cooldown

Y a-t-il seulement quelqu’un qui viendrait nier que 2016 fut un cru vidéoludique historique ? Jamais, de mémoire, une année ne nous aura autant abreuvés de nouveautés rafraîchissantes et de productions attendues de longue date.

Rendez-vous compte ! Nous parlons tout de même d’une année qui a démarré par la conclusion des aventures de Nathan Drake, et qui se conclut par la sortie quasi-suivie de Final Fantasy XV et de The Last Guardian. Deux titres qui, leur qualité — que chacun jugera — mise à part, n’étaient encore que des fantasmes 12 mois plus tôt.

2016 aura aussi été l’année d’une certaine montée de gamme dans le jeu indépendant. Un marché du “double A” se dessine tranquillement, avec l’incroyable Furi, Inside et The Witness comme fiers tenanciers.

Autre réjouissance de taille : le grand retour d’Hideo Kojima. Le game designer, finalement libéré de ses chaînes estampillées Konami, a dévoilé l’été dernier son premier jeu : Death Stranding. Un première production qui se paie le luxe de récupérer Norman Reedus et Guillermo Del Toro, désoeuvrés depuis l’annulation déchirante de Silent Hills.

Mais 2016, a également gribouillé un horizon 2017 incertain. Ubisoft est plus que jamais aux prises avec l’assaillant Vivendi. Une joute que l’on se plaît à présenter comme une relecture de David contre Goliath mais qui mérite un éclairage plus nuancé. Du reste, c’est tout le marché de la console de salon qui se voit remis à plat. La huitième génération de consoles arrivée à mi-parcours, Sony et Microsoft rebattent les cartes et présentent non seulement des versions slim de leur dernière console, mais aussi des déclinaisons plus performantes adaptées à la 4K. Seul l’avenir nous dira si la promesse des constructeurs de ne pas bâtir un marché à deux vitesses sera tenue.

Nintendo, comme à son habitude, fait bande à part. Au beau milieu de l’automne, la firme japonaise libère un trailer de 3 minutes et demi qui présente le concept de la NX, désormais appelée Switch. Coup de génie pour les uns, coup de balais pour les autres. Quel que soit votre avis sur la question, il semble évident que la prochaine console de Nintendo renie la forte prise de position de ses précédentes machines, et proposera en mars prochain une console qui, son hybridation mise à part, ne brille pas par un concept de jeu révolutionnaire. Du reste, la Switch fonctionnera mieux que la Wii U, pour la simple et bonne raison que Big N est conscient des lacunes communicationnelles qui ont entâché la sortie de sa précédente console.

La communication ? Parlons-en. 2016 met un nouveau coup de genou dans les roustons des relais traditionnels de l’information. Jamais la pertinence de la présence des journaux sur les grands salons n’aura autant été remise en question. Les éditeurs ont bien compris comment s’approprier le temps de cerveau disponible et se passent volontiers des médias pour faire passer leurs messages. Un exemple ? Rockstar qui, en octobre dernier, a “cassé Internet”. Une image, déposée négligemment sur leurs pages sociales aura suffi pour incendier le Web mondial. Deux images et un trailer plus tard, Red Dead Redemption 2 est une réalité. Tout cela sans avoir touché un mot aux médias. De quoi remettre en perspective la place et la mission de nous autres, journalistes spécialisés.

On pourrait s’étaler. Dire combien « l’année de la réalité virtuelle » n’est en réalité que de timides balbutiements d’une technologie qui à tout à prouver, revenir sur le naufrage No Man’s Sky et spéculer sur la pérennité d’une technologie comme Shadow, remettant en question tout le parc des ordinateurs de jeux.

2016 a été une année folle et passionnante. Une année que Cooldown se propose de raconter à travers ses rédacteurs qui, durant les 365 derniers jours, vous ont accompagné dans la lecture de l’actualité et la sélection des titres immanquables et anecdotiques. Dans un exercice d’une subjectivité rare dans notre rédaction, chacun livre ses impressions, ses coups de cœur et ses coups de gueule sur son année 2016 du jeu vidéo.

Bonne lecture, et à l’année prochaine.

Et vous, quel est votre palmarès de l’année 2016 ?