La Holding Japonaise Sega Sammy aurait annoncé en fin de semaine dernière, via un communiqué officiel pour le lancement de Sonic Runners (IOS et Android), vouloir arrêter les jeux vidéo sur console pour se consacrer au marché du PC et des mobiles.
Alors que l’on savait la firme embourbée dans les difficultés financières, surtout après l’officialisation d’un plan de restructuration en janvier dernier, cette annonce, si elle surprendra à moitié, marque une nouvelle fois au fer rouge l’histoire de Sega, indéniablement liée à celle du jeu vidéo.

Et ce n’est pas la récente interview de Monsieur Takashi Iizuka, CEO de la filiale Sonic Team, pour 4Gamer, qui va nous rassurer.
Bien que celui-ci affirme ne pas envisager un arrêt total du développement des jeux sur consoles, on peut s’interroger sur sa légitimité à pouvoir maintenir une telle décision qui irait à l’encontre de la politique de la maison-mère.

sega personnages phares

Peut-on toutefois blâmer Sega Sammy de vouloir recentrer son activité sur un secteur qui marche et surtout en pleine expansion ?

Cette décision, si elle est confirmée, de transposer leur savoir-faire exclusivement sur PC et mobile n’est-elle pas finalement en adéquation avec une perte de vitesse indéniable du marché des consoles et de leur compétitivité face au PC, mais également avec la tendance au social-gaming et aux petits jeux mobiles addictifs, peu coûteux en terme de développement mais ultra rentables ?

Dans une chronique précédente j’avais déjà abordé ce problème des consoles next-gen car pour la première fois une génération entière de consoles est techniquement dépassée dès sa sortie, créant un déséquilibre dangereux pour l’ensemble du segment.
Le résultat est une course aux graphismes, une explosion des coûts de production, un cahier des charges toujours plus lourd et contraignant pour les développeurs… Tout cela dans le but de ne pas avoir à mettre au rencard une console non encore rentabilisée quasi has-been dès sa sortie.

Sega n’a pas fait exception à la règle, et cette course effrénée ne va certainement pas se contenter de cette seule victime.

Pourtant éditeur et développeur historique dans le milieu du jeu vidéo, Sega n’est pas né de la dernière pluie. A genoux après la guerre des consoles des années 80/90 avec Nintendo puis Sony et la sortie de son jeu Shenmue 2 en 2001, licence qui est depuis devenue une sorte de légende du net (alors que personne ne l’a acheté à sa sortie .. ahem..), Sega en a sous le coude et a su rebondir en stoppant la production des consoles pour se concentrer sur l’édition et le développement de jeux.
2015 marquera donc un nouveau tournant pour la firme qui maintient son cap de suivre le marché là où il va, et donc les préférences des joueurs.

C’est en cela que cette annonce reflète le jeu vidéo dans son ensemble, son marché et ses tendances pour la décennie à venir, et si Sega est le premier, il est fort possible qu’il ne soit pas le dernier des grands noms du segment à abandonner les consoles de salon.

Mais quid des licences de la firme ?

Si l’on sait que les titres PC sont tranquilles (Alien, Total War ..) et que Sonic va faire encore les beaux jours des jeux mobiles, qu’en est-il des autres licences du géant japonais qui a su marquer des générations avec des jeux comme Shenmue, Virtua Fighter, Valkyria Chronicle, Alex Kidd ou Wonder Boy …?
C’est sans doute le bon moment pour les éditeurs concurrents de se positionner afin de racheter le catalogue de licences bien fourni de Sega, enfin si cette annonce n’a pas refroidit tout le segment quant à l’avenir des jeux consoles …

Source : Japan Today
Nota : Je suis actuellement toujours à la recherche de ce fameux communiqué officiel de SEGA Sammy, et cette annonce est à prendre avec des pincettes jusqu’à confirmation officielle, même si elle reste intéressante à analyser compte tenu des évolutions actuelles du marché du jeu vidéo.