Présentation

Figure effrayante particulièrement en vogue depuis 2-3 ans, le zombie traîne la patte dans l’univers du jeu vidéo depuis de nombreuses années et semble plus que jamais décidé à rester la star de nos peurs les plus primaires…

Mais tout d’abord qu’est-ce qu’un zombie ?

Afin d’éviter tout malentendu et risquer de recevoir des plaintes des associations de défenses des droits des vampires et autres Frankenstein, il convient de faire un bref détour culturel.

Le concept de zombie nous vient et appartient à la culture de la religion vaudou et peut désigner :
– l’esprit d’un mort ramené du pays des ombres par un sorcier/sorcière vaudou et remis de force dans son ancien corps afin de servir les desseins dudit sorcier/sorcière.
– ou un individu dont la conscience a été détruite de son vivant pour le rendre malléable et corvéable à merci.
Zonbi” signifie en effet “esprit” ou “revenant” en créole.

De fait, il se rapproche également du thème du Golem qui, lui, appartient à la mythologie juive et désigne un être artificiel, généralement humanoïde, incapable de parole et dépourvu de libre-arbitre, façonné (en argile d’après la mythologie) afin d’assister ou défendre son créateur.
Le mot “golem” signifie d’ailleurs « embryon », « informe » ou « inachevé » en hébreu.

Avant d’en arriver au concept du zombie mangeur de cervelle que nous connaissons si bien aujourd’hui, notre mort-vivant a donc subi quelques mutations et accomodations et s’est éloigné progressivement du cadre mystique/magique du vaudou ou du golem pour désigner une catégorie de créatures aux caractéristiques bien définies.

Popularisé principalement par le film de RomeroLa Nuit des Morts-Vivants” puis largement rendu célèbre dans la culture vidéo-ludique par la saga des Resident Evil, le zombie se défini aujourd’hui plus par les circonstances entourant son apparition et par son comportement que par sa nature elle-même (état de mort-vivant). Ceci justement afin de le différencier des autres créatures du même acabit, telle que :

  • le vampire : créature non-morte (et pas morte-vivant)
  • les golems et autres frankenstein (créatures fabriquées, plus ou moins controlées)
  • les serviteurs des nécromants (morts appelés et contrôlés par un individu)
  • les mutants (pas de stade “mort” ou de notion de pré-mort)
  • les fantômes (esprits et non charnels)
  • les squelettes (ossements animés et contrôlés, pas de décomposition)

etc…

Le terme de zombie s’est donc généralisé pour désigner toute créature décédée, animée et en état de décomposition, dénuée de véritable conscience mais avec une exacerbation de l’instinct grégaire et contrôlée par une faim insatiable de chair fraîche.

Pour résumer :

  • C’était donc au départ une créature réelle vivante (homme ou animal, aucune notion de créature imaginaire/fantastique ou magique)
  • Elle a subi une métamorphose qui a porté atteinte à son intégrité physique (mort, décomposition…) et mentale (absence de conscience, exacerbation de certains instincts).
  • Cette métamorphose est provoquée/enclenchée par la mort du sujet.
  • La métamorphose a une origine majoritairement virale/infectieuse. Ce qui ne signifie pas forcément que l’on sache d’où provient vraiment le virus/l’infection.
  • Possibilité d’infecter un individu sain : Le sujet atteint va transmettre son mal à toutes créatures qu’il attaquera par son sang ou sa salive.
  • Insensibilité totale du corps
  • Dans la majorité des cas seule la destruction du cerveau entraîne l’élimination de la créature.

On peut donc en déduire que si le corps est bien mort, puisqu’il se décompose, ne ressent plus rien etc.., seul le cerveau peut être considéré comme “réanimé” ou “vivant”. Concept très bien mis en scène d’ailleurs dans la saison 1 de la série The Walking Dead lorsque l’on voit les images de cette scientifique infectée qui avait mis son cerveau sous observation jusqu’à sa mort afin que ses collègues puissent assister en live à sa métamorphose. Creepy …

Naviguer dans l’article