Histoire et jeux vidéo dossier

Une version de Civilization V sera bientôt testée pour enseigner l’Histoire dans les établissements scolaires aux Etats-Unis. Idée innovante pour intéresser les élèves durant leur apprentissage d’une matière parfois rébarbative avec toutes ses dates et faits à retenir ? Doit-on fermer ordinateurs et consoles pour se consacrer à l’étude d’une matière noble au travers de supports classiques ? Tout simplement est-il possible d’apprendre en jouant aux jeux vidéo ?

Quand on parle des jeux vidéo comme possible outil d’apprentissage, les professeurs font grises mines, les parents s’inquiètent. Dans une conception simpliste, les jeux vidéo sont un divertissement et rien d’autre. Tout ce qui peut d’ailleurs faire sortir les élèves de l’enfer vidéo ludique, véritable fabrique à imbéciles (c’est bien connu), est un bienfait selon ses plus virulents détracteurs.

Mais les temps ont changé. Les écrans se sont multipliés, le jeu vidéo s’est démocratisé. Certains jeux ont des budgets supérieurs aux plus grandes productions cinématographiques. Les ventes de certaines licences se comptent par dizaines de millions. Comment ignorer leur impact sur nos vies ? Les utiliser comme outil d’apprentissage peut sembler audacieux. Toutefois, beaucoup de licences sont loin d’être uniquement des défouloirs. L’image du jeu d’arcade s’est peu à peu dissipée pour faire place à des productions au contenu riche et savant.

Comme le cinéma, le jeu vidéo a toujours entretenu des liens étroits avec l’Histoire. Cette matière noble qui en rebute plus d’un avec tous ces noms et dates à retenir. Certains osent même se demander à quoi cela sert-il d’étudier le passé ? A cela il est facile de répondre en citant Sir Winston Churchill : « Un peuple qui oublie son passé n’a pas d’avenir ». Dans notre cas, les événements historiques sont une source inépuisable d’inspiration pour les créateurs. La série Assassin’s Creed, en est un exemple des plus parlants.

Aujourd’hui le jeu vidéo construit sa propre histoire autour de l’Histoire. Les thèmes abordés sont variés et presque tous les genres sont touchés par le phénomène avec plus ou moins de réussite mais tous les genres ne sont pas adaptables malgré les efforts déployés pour nous convaincre du contraire.

Est-ce pour autant une vraie source de savoir ? Ou un enrobage destiné à cacher le divertissement derrière un paravent de bonnes intentions ?

Les jeux m’ont souvent servi à apprendre parfois malgré moi et souvent parce que le thème exposé a suscité ma curiosité intellectuelle. Le lien entre Histoire et jeu vidéo est ténu mais la tendance est au renforcement. Les exemples présentés sont issus de mon expérience en la matière, de mon expertise en tant qu’historien et sont bien sûr loin d’être les seuls. Le point de vue adopté est donc assez subjectif mais il est difficile de réfléchir sur son expérience en toute objectivité.