On peut comparer l’existence d’un art à l’existence humaine, avec une naissance, une enfance, une adolescence et un âge adulte (voir parfois une mort). Le jeu vidéo n’y échappe pas. Pour beaucoup, le jeu vidéo est à un stade charnière, celui que les psychologues appellent « adulescent » mot valise inventé pour qualifier quelqu’un à la fois adulte par son âge, mais malgré tout ancré dans l’adolescence par certains aspects. Il est intéressant de regarder de plus près ce qui fait la maturité du jeu vidéo, à savoir son positionnement culturel, à la frontière entre art classique et média purement numérique.

jeu vidéo la cene

L’évolution du jeu vidéo tend à mettre en valeur des jeux précis, souvent aux succès commerciaux retentissants pour leurs époques, et qui ont fini par marquer les esprits d’une génération. C’est le cas de toute la culture du pixel, avec la période de l’âge d’or du jeu vidéo, dans les années 80, le début des vraies consoles de salon et des bornes d’arcades. Ces jeux vont imprégner l’imaginaire collectif et créer une forme de culture commune reconnaissable par cette génération, et par réflexion, aux générations suivantes. Apparaît alors un parallèle évident avec le cinéma, tant au niveau du positionnement culturel que du côté possiblement industriel.

 

Ce dossier est basé sur mon mémoire. Pour plus d’infos n’hésitez pas à me mp sur Twitter.