Présentation et prise en main

Wildstar, le premier bébé du studio Carbine entre dans sa dernière phase de bêta avant la très attendue pré-release du 31 mai.
Les développeurs ont beaucoup mis en avant leur passif de gamers et l’on pourrait résumer leur état d’esprit en une phrase: “un jeu fait par des joueurs pour des joueurs”.
En effet, Wildstar ne cache pas ses ambitions hardcore et se targue d’un contenu difficile, véritable challenge pour les joueurs les plus audacieux.
Mais dans la jungle foisonnante et… féroce, des MMORPG triple “A”, chacun se vante d’avoir un peu inventé la lune et réinventé les mmo. Alors qu’en est-il vraiment de Wildstar ?

Prise en main de la bête

De prime abord Wildstar est un MMORPG qui semble tout à fait traditionnel.
Nous retrouvons les principes de classes obéissant à la règle de la trinité tank-heal-dps. Un système de leveling basé sur le gain d’expérience en accomplissant toutes sortes de missions. Du contenu dit PvE (Player versus Environment alias Joueur contre Environnement) et du contenu dit PvP (Player versus player alias Joueur contre Joueur), avec des quêtes, des donjons et des raids ainsi qu’un système classique de faction (Dominion et Exilés) qui justifie les battlegrounds.
Les choses intéressantes commencent avec l’univers, qui bien que très flashy et pas forcément du goût de tout le monde, offre l’intérêt d’être une création originale et de développer son histoire sur le thème de la science-fiction, genre plutôt sous-exploité dans le monde des MMORPG de cet acabit.
Le fait est que Carbine s’est fait plaisir en soupoudrant sa création d’une bonne dose d’humour, de couleurs “laser-fashion”, de races bien déjantées et de tout un arsenal d’outils et d’armes plus grosses que votre personnage et qui font “fiou-fiou” (oui je fais très mal le laser!).

WildStar mordesh

Le background reste relativement simpliste mais efficace, pas besoin de plus pour qu’une nuée de joueurs se rue sur la moindre créature qui passe et trucide la faction adverse. Reste le mystère de la race “Eldan” qui sera sans doute l’un des points centrales de l’évolution du background du jeu. (téléphone maison ? )
Les factions et les races sont déjà plus fouillées et intéressantes, hautes en couleurs même. (Jouer un f****** zombie de l’espace n’a pas de prix!) Chacune a sa particularité, son caractère, et une vision des choses qui lui est propre, en harmonie avec l’univers plutôt déjanté qu’a voulu créer Carbine.

Ceci étant dit il est temps de nous intéresser à ce qui se cache sous les néons fluos et le franc-parler des Granoks.