Celeste - Cael

1er : Celeste

Déjà parce que c’est de la plateforme indé d’excellente facture. Les niveaux s’enchaînent sans se ressembler avec un challenge savamment dosé et une bande-son aux petits oignons. Mais surtout, pour la narration étonnamment poussée, avec un discours fort pour la dépression et la peur de l’échec. Beaucoup de poésie et de contenu avec un petit prix (20€) au vu du savoir-faire impliqué.

2ème : Spiderman

Bien qu’il n’égale pas, dans mon coeur, la jouissance ressentie sur l’antique Spiderman 2 sur PS2, le sens du détail et la passion authentique pour la mythologie super-arachnéenne ont accouché d’un excellent triple-A. La narration maîtrisée du début à la fin propose une nouvelle lecture du personnage, avec de vraies prises de risques (mais les dévoiler, c’est spoiler). Seul bémol que j’apporterais : une certaine répétitivité dans les combats en fin de partie. Vivement la suite avec de la tatane revue et corrigée, que l’on se sente véritablement « super » !

3ème : Super Smash Bros. Ultimate

Diantre, je n’ai fait qu’y jouer chez un ami, et déjà quelle claque ! Malgré un mode en ligne franchement tout pourri, le soft atteint des sommets de fun en local. Le casting gigantesque avec des items complètements barrés et le choix gargantuesque d’arènes empêche la lassitude de s’installer. Le gameplay rééquilibré pour les duels est autant dynamique que plaisant à contrôler. Bien que j’aie fortement apprécié Dragon Ball FighterZ et BlazBlue Cross Tag Battle, je sais déjà qu’Ultimate m’accompagnera bien plus longtemps.

 

Naviguer dans l’article
Rédacteurs