Battlefield 1 français absents

[E3 2016] Battlefield 1 – Pas de Français, ni de Russes au lancement

L’E3 2016 a été l’occasion pour EA et Dice de présenter un peu plus en profondeur leur Battlefield 1. Très attendu des joueurs, car proposant comme toile de fond la Première Guerre mondiale, il n’a toutefois pas fallu très longtemps pour que les Suédois et l’éditeur américain ne tombent dans une polémique inattendue.

Battlefield 1 permet donc aux joueurs de se retrouver pendant la Première Guerre mondiale. Le FPS de Dice est le premier blockbuster du genre à couvrir cette période vieille d’un siècle et c’est pourquoi autant de joueurs l’attendent de pied ferme. On peut les comprendre, rejouer les grandes batailles de l’histoire que ce soit les Dardanelles, l’Afrique ou le Front allemand en contrôlant, même en multijoueur, les Anglais, les Américains et bien sûr, les Français… Ah non pardon. L’E3 2016 nous a également appris que ni les Français, ni les Russes ne seraient jouables au lancement du jeu, que ce soit en solo ou en multijoueur. Étrange et rageant de mettre sur la touche les deux nations qui ont perdu le plus d’hommes pendant ces quatre ans de conflit (petit rappel historique : la France a perdu environ 1,4 million de soldats et l’Empire Russe a perdu 1,8 million d’hommes) et nous faire plutôt jouer les Anglais (là d’accord) ou les Américains « Fuck Yeah » qui n’ont participé à cette Grande Guerre que six mois. Il est encore plus rageant de lire les explications de Julien Wera, directeur stratégique de DICE, qui sentent le bullshit à des kilomètres à la ronde dans une interview au Monde.

« L’armée française est présente dans la campagne solo. Pour tout ce qui est du multijoueur, l’armée française a eu un rôle tellement important dans la Première Guerre mondiale que nous voulions faire un traitement spécial, qui nous demandait plus de temps, ce qui fait qu’elle sera jouable, mais après le lancement du jeu, dans une extension qui sera dédiée à cette armée. »

 


Donc résumons, EA et Dice nous permettront finalement de jouer ces deux camps (ou tout du moins le camp français puisque rien n’a été dit sur les Russes) qui seront déblocables avec des DLC a une date encore inconnue. Connaissant la stratégie pécuniaire de EA (coucou Battlefront), on peut très probablement s’attendre à des DLC payants. Mais ça, les joueurs ont l’habitude. Attardons nous sur le plus gros problème de cette polémique, la vision biaisée de l’histoire que EA transmet auprès des jeunes. Un comble après les propos tenus par Blake Jorgensen, responsable financier de l’éditeur, au début du mois de juin. Il explique lors d’un discours à la Bank of America Merrill Lynch 2016 Global Technology Conference, qu’il y a eu de longues réflexions sur la faisabilité d’un tel jeu se déroulant pendant la Première Guerre mondiale puisque, selon lui, les jeunes joueurs ne la connaissent pas. Entre approximations des informations données par le bougre et contradiction totale (il évoque les jeunes joueurs mais les jeux Battlefield sont interdits aux moins de 18 ans) on ne peut que rire face a tant de naïveté de la part d’un géant du jeu vidéo.