cs-go-sprays

CS:GO ajoute les graffitis à la liste de ses microtransactions

Vous n’êtes pas sans savoir que la politique de microtransactions de VALVe concernant CS:GO est particulièrement juteuse. Une manne que l’éditeur compte bien rendre pérenne grâce à l’ajout d’un tout nouveau type de produit : les sprays, ou graffitis, auparavant gratuits.

C’est peu de le dire : il s’agit d’un vrai coup dur pour les joueurs de Counter Strike : Global Offensive. Depuis toujours, les tags aka graffitis aka sprays font partie intégrante de l’expérience proposée par le célèbre FPS. Parfois drôles (et souvent sexistes), ceux-ci permettaient de couvrir une parcelle de mur par un dessin laissé au choix des joueurs. S’ils étaient jusqu’à présent absents de la dernière mouture du jeu de VALVe, les graffitis s’apprêtent à faire leur grand retour. De façon payante.

Comme l’a annoncé aujourd’hui l’éditeur, les graffitis rejoignent les stickers et les skins d’armes dans la liste des butins obtenables via les loots de fin de partie. Or, vous pouvez bien entendu dépenser quelques euros pour les acquérir plus facilement. Notez cependant que, comble, leur utilisation est limitée à 50 sprays, après quoi il vous faudra en obtenir un nouveau.

Là n’est pas la seule barrière opposée au retour des graffitis dans CS:GO. En effet ceux-ci ne resteront actifs que 7 minutes au total, et se dégraderont au fil des rounds. Aussi, vous ne pourrez en utiliser qu’un seul toutes les 45 secondes.

Les réactions de joueurs ne se sont pas faites attendre. De nombreux posts sur Reddit ou NeoGAF déplorent une politique de plus en plus orientée vers l’alimentation de la spéculation au sein du Steam Market. Rappelons que CS:GO est l’un des jeux les plus joués sur Steam, et que ce statut des plus avantageux a provoqué des comportements malhonnêtes de la part de certains joueurs. Pas sûr que ce nouveau vecteur de richesse aide à faire redescendre les cours des objets virtuels de la plateforme de VALVe… à l’heure où certains couteaux s’échangent à plus de 300 euros.