ow-league

Esport – Nouvelles précisions sur la OW League

En marge des phases de groupe de la World Cup, Blizzard a dévoilé de nouvelles informations sur sa OW League. Après divers soubresauts les objectifs de Blizzard sont clairs, concurrencer Valve et Riot Games.

Annoncé pour la fin d’année 2017, l’Overwatch League se positionne d’ores et déjà comme un nouveau circuit majeur de l’esport. Afin d’être en phase avec cette position, Blizzard s’est inspiré du modèle de ligues privées présent dans les sports majeurs américains. 7 organisations sportives et d’esport ont ainsi acheté un slot afin d’acquérir une des franchises créées par Blizzard. Celles-ci se situent dans 7 villes différentes – Boston (Rober Kraft – Kraft Group/New England Patriots), Los Angeles (Andy Miller – Immortals), Miami-Orlando (Ben Spoont – Misfits), New York (Jeff Wilpon – New York Mets), San Francisco (Andy Miller – NRG Esports), Séoul (Kevin Chou) et Shanghai (NetEase) -.

Le fond désormais gravé, c’est au tour de la forme d’être modelée. Pour permettre à ces franchises d’être rapidement compétitives, l’éditeur américain a créé un outil de scouting. Analysant les performances des meilleurs joueurs sur Overwatch, il guidera les propriétaires lors de la composition des équipes. En effet, tout au long du mois d’août, une session de recrutement des joueurs sera mise en place. Pour autant cette session n’est pas réservée uniquement aux meilleurs joueurs actuels. Au total, ce sont bien 30 millions de joueurs qui sont éligibles à une place au sein d’une équipe. Spécificité propre à cette ligue mondiale, aucune restriction régionale n’est appliquée aux joueurs. Une équipe entièrement asiatique peut jouer à Boston tout comme une équipe entièrement européenne à Séoul.

Une attention importante portée aux joueurs

Pour les 84 joueurs ayant survécu à la phase de recrutement, un contrat d’un an – extensible à une année supplémentaire – leur sera proposé. Conscient des sacrifices qu’incombe le statut de joueur professionnel, Blizzard a fixé le salaire minimum au sein de la ligue à 50.000$/an (42 835€/an). De même, les équipes se verront dans l’obligation de leur fournir une assurance maladie et un régime d’épargne-retraite. Enfin, 50% des revenus dégagés des événements par les franchises seront obligatoirement redistribués aux joueurs. A travers ces règles, Blizzard évite les écueils financiers qu’ont régulièrement subi les circuits d’autres jeux de la scène esport.