Association France eSport

Esport – Le résumé du week-end

Ce second week-end de juillet fut riche en événements. League of Legends, Counter Strike, Call of Duty et bien d’autres licences furent théâtre d’affrontements acharnés. Vous n’avez rien suivi ? Cooldown vous propose à travers cet article un résumé des événements.

League of Legends

Rift Rivals EU/NA : La désillusion européenne

NA-EU

Posé comme fondement même des serveurs européens, le symbole « EU > NA » s’est brisé en l’espace d’un week-end. Partants largement favoris, les européens ont littéralement sombré, se faisant surpasser par des nord-américains intraitables. Dès le premier jour, le ton est donné. Tandis que l’on pensait que la malédiction G2 s’était estompée depuis le MSI, TSM les ramenèrent rapidement à la réalité. Portés par un DoubleLift impérial, la première victoire du tournoi fut nord-américaine. Simple surprise ? Non, le reste de la phase de groupe sera un enfer pour nos Européens. Notre meilleure équipe, UOL terminera en 3W/3L et notre pire, G2, en 1-6. Du côté nord-américain le pire bilan est égal à celui d’UOL. Le choc est présent, mais le coup fatal arrivera lors de la grande finale.

En effet, bon nombre d’européens se réfugiaient derrière l’issue de la finale pour déterminer quelle sera la meilleure région. Mais leurs espoirs furent rapidement balayés. La première game est facilement remportée par TSM, aidé par des UOL peu inspirés tactiquement. Les deux autres game semblaient enfin montrer le réveil des licornes. Puisant dans leurs ultimes ressources, UOL conteste chaque coup, chaque objectif que TSM cherche à obtenir. Mais le rouleau compresseur nord-américain se reprend. Svenskeren sur Lee Sin puis Hauntzer sur Gragas annihilent les efforts d’UOL, renversant par deux fois le cours de la game. A cause d’un vol de Nashor puis d’un fût explosif gamebreaker, UOL est obligé de s’agenouiller face à TSM. L’Amérique du Nord est aux anges tandis que l’Europe est sous le choc. Désormais, et ce jusqu’au prochain Rift Rivals, NA > EU.

Rift Rivals asiatique : La surprise chinoise

Rift-Rivals-LCK-LPL-LMS

Pendant que les Occidentaux s’affrontaient dans un duel fratricide, la Corée du Sud, la Chine et Taïwan se disputaient le titre de meilleure scène asiatique. Après une phase de groupe voyant les coréens prendre logiquement la première place, LMS et LPL tentaient de rejoindre la LCK pour la grande finale. La surprise fut de taille. Après un BO5 âprement disputé, les favoris taïwanais durent s’incliner devant les équipes chinoises, portés par une Team WE intraitable. La grande finale fut encore plus inattendue. Alors que les coréens partaient irrémédiablement favoris, seul KT Rolster fut capable de remporter leur match. Ni SSG, ni SKT et ni MVP ne remportèrent le leur. Le score est sans appel, 3-1 en faveur de chinois impitoyables. A nouveau, l’ordre des choses est chamboulé. Après NA > EU, voici venir le LPL > LCK.

EU Challenger Series : Fin des matchs de poule

EU-CS

En marge des Rift Rivals, l’antichambre des LCS EU voyait ses membres s’affronter pour le compte de la 4e journée. Cette fois-ci, l’ordre des choses fut respecté et chaque match se termina par un 2-0. Le leader Giants a aisément remporté son match face à Team RB (NDR : RedBull esports). Leur victoire leur assure par ailleurs une place pour les phases finales des Challenger Series. A l’inverse, le PSG eSports de Yellowstar s’est de nouveau incliné face à Shalke 04 portant son bilan à 0-8. Les playoffs sont mathématiquement impossibles pour le club parisien. Pire, cette nouvelle défaite les élimine aussi des prochains Challenger Series. Il leur faudra passer de nouveau par un tournoi qualificatif pour espérer reprendre leur place dans la ligue mineure européenne.

Call of Duty : Infinite Warfare

Last Chance Qualifier APAC : Peu de surprises

CWL-Melbourne

La semaine dernière, ce fut Supremacy, Millenium, Infused, MRN.Black, Vitality et Opulent.eSport qui réussirent à se qualifier dans un tournoi de la dernière chance pour le CoD Championship. Ce week-end, ce fut au tour de la scène APAC (Asie-Pacifique) de voir ses ressortissants s’affronter dans un Last Chance Qualifier. Organisé par ESL Australia et prenant place à Melbourne, 16 équipes tentèrent de récupérer un des deux tickets mis en jeu pour l’événement majeur de la scène Call of Duty. Les 2 favoris de la compétition, Tainted.Minds et Mindfreak.Black n’ont eu aucun mal à se hisser jusqu’en finale du winner bracket, malgré une demi-finale corsée pour Tainted.Minds.

Après un match âprement disputé, Tainted.Minds et Mindfreak.Black se neutralisèrent. Tout se joua alors sur une ultime Recherche & Destruction, sur la map Retaliation. Mais alors que Mindfreak remportait les premières manches, Tainted.Minds se réveilla et surpassa son homologue australien. Remportant 6 manches contre 4 leur game, les Tainted.Minds sont la première équipe APAC qualifiée pour le Call of Duty Championship 2017. Pour autant, tout n’est pas perdu pour Mindfreak.Black qui doit obligatoirement s’imposer contre le vainqueur du loser bracket pour espérer récupérer le second ticket. Cette fois-ci, l’équipe australienne se montre intouchable et remporte aisément les 3 maps, synonyme de victoire.

CWL Pro League : Résultats du groupe Bleu

CWLParallèlement au Last Chance Qualifier APAC, le groupe Bleu prenait les armes pour le compte de la deuxième saison de la CWL Pro League. Se déroulant à Columbus, FaZe, Enigma6, Ghost Gaming et Elevate s’affrontaient pour obtenir une des deux places qualificatives pour les phases finales de la Pro League. La première journée fut marquée par la remarquable performance d’un outsider, Ghosts Gaming. Seule équipe de la saison 2 n’ayant pas été présente lors de la première saison, ils vainquirent facilement FaZe  3-1 puis eLevate 3-0. Du côté de l’ogre FaZe, cette défaite contre Ghosts Gaming leur permirent de ne plus sous-estimer leurs adversaires. Leur second match, contre Enigma6 fut sans appel, 3-0. Malgré cette défaite, Enigma6 laissait les observateurs interrogateurs quant à leur réel niveau. Du côté d’Elevate, la question n’effleura aucun esprit. Leur niveau est malheureusement bien en deçà de celui de leur groupe.

Les deux autres journées exposèrent un nouveau visage du groupe Bleu. Du côté de FaZe, la couleur de la défaite ne fut aperçue que l’instant d’un match face à Enigma6. A l’inverse, les Ghosts Gaming explosèrent littéralement en vol. Après deux journées idylliques, remportant l’ensemble de leur match, ceux-ci semblèrent déconnectés de la réalité lors de l’ultime journée. Pourtant décisive pour la qualification pour les phases finales, les fantômes américains s’inclinèrent par deux fois et ce par la marge la plus importante. Leurs espoirs se dissipèrent et des regrets apparurent. Profitant de cette méforme, Enigma6 réussirent à rattraper leur retard et subtilisèrent la 2e place à Ghosts Gaming. A noter qu’un record tomba au sein de ce groupe Bleu. En ne gagnant aucune des 18 maps qu’ils jouèrent lors de ces trois journées, Elevate a surpassé l’ancien record détenu par Cloud9 du nombre de maps consécutives perdues.

Counter Strike : Global Offensive

ESL One Cologne : Des SK impériaux

ESL-One

Les ESL One font parties depuis plusieurs années des événements majeurs du calendrier Counter Strike. Pourtant, cette cuvée 2017 avait une saveur particulière depuis que Valve a préféré octroyer le statut de Major à un événement concurrent organisé par PGL. Difficile pour les équipes de dévoiler ainsi toutes leurs cartes, alors qu’un tournoi à 1 million de dollars approche à grands pas. Mais cela n’a pas refroidi l’ardeur des fans, qui s’était déplacés en masse dans la magnifique enceinte de la Lanxess Arena.

La phase de groupes tint toutes ses promesses. Les deux favoris, SK-Gaming et FaZe ne sortirent qu’in extremis de cette première phase, terminant dans les dernières places qualificatives. A l’inverse, les NiP, en difficulté ces derniers temps, ont déjoué les pronostics en remportant directement leurs 3 matchs. L’arrivée de REZ en lieu et place de l’éternel friberg semblait porter ses fruits. Du côté de nos G2 nationaux, ils eurent besoin de 4 matchs pour se qualifier – à l’inverse de leurs homologues sur LoL -. A l’issue de cette phase de groupes, 4 équipes européennes – NiP, Natus Vincere, G2 et FaZe – sont donc qualifiées en compagnie de 3 écuries nord-américaines – Team Liquid, Optic, Cloud9– et des grands favoris brésiliens, les SK-Gaming.

Les phases finales renversèrent totalement la tendance. Les surprises du premier jour furent toutes effacées dès le 1er tour. Exit NiP, TeamLiquid, Optic et G2 pourtant respectivement seed 1,2, 4 et 5. Les deux favoris se sont réveillés. Et tandis que Cloud9 et Natus Vincere s’octroyaient les deux premiers slots disponibles pour les demi-finales, FaZe et SK prirent aisément les leurs. Par leur mauvais classement de la veille, les deux grands favoris durent toutefois s’affronter dès les demi-finales de cet ESL One. Mais des SK fidèles à leur saison éliminèrent leur adversaire du jour. De l’autre côté du tableau, ce fut Natus Vincere qui s’inclina face à l’écurie américaine Cloud9. La grande finale opposa alors Cloud9 à SK-Gaming.

Premiers à choisir la map sur laquelle la première game se déroulera, les SK-Gaming préfèrent être prudent et sélectionne Cobblestone. Affichant un pourcentage de victoires de 61% sur 108 matchs sur cette map, les SK entament sereinement cette grande finale.

Hearthstone

HCT Spring Championship : La domination européenne

HCTTout au long du split printanier d’Hearthstone, une redondance était remarquable. L’Europe semblait être sur le toit du monde. Constants, sérieux et appliqués, les joueurs européens partaient grands favoris des phases finales des HCT Spring. Dotés d’un cashprize de 250.000$, les 16 meilleurs joueurs du monde tentaient par la même occasion de récupérer un ticket pour la Blizzcon.

Sans surprise, les européens ont su tenir leurs rôles de favoris. Les phases de groupes furent une formalité pour le roumain Rdu. Héritant du groupe 4, il réalisa par deux fois un sweep sur ses adversaires. Pour nos trois autres ressortissants, ces phases furent plus difficiles que prévues. Essuyant systématiquement une défaite, Neirea, Hoej et Kolento sortirent finalement de leurs groupes le sourire aux lèvres. Le bilan de ces phases de groupes est parfait. Sur les quatre européens engagés tous sont qualifiés pour les phases finales.

Les quarts de finale furent à sens unique. Hoej et Neirea éliminèrent aisément leurs adversaires, tandis que Kolento et Rdu se livrèrent un duel fratricide, remporté par Kolento. Seul un joueur étranger réussit à se hisser en demi-finale en la présence de l’américain Ant. Toutefois, son sort fut rapidement expédié par un Hoej intraitable, le sweepant de la même manière que Rdu en phases de groupes. De l’autre côté du tableau, ce fut Kolento qui élimina son compatriote ukrainien Neirea. A ce stade, tous s’assuraient un ticket pour la Blizzcon. Désormais, seul le cashprize importait. L’heure de la grande finale approchait et tous espéraient une finale de haute volée. Malheureusement, la finale fut brève. Hoej se permit à nouveau de sweep son adversaire, remportant par la même occasion le titre de meilleur joueur printanier d’Hearthstone.