Peter Moore gamescom 2016

[GC16] Chez EA, Peter Moore ne croit pas au futur des conférences de presse

La gamescom de Cologne est l’occasion pour les médias d’obtenir des entretiens avec des personnalités de l’industrie vidéoludique pour les questionner et essayer d’en apprendre davantage sur leur vision de l’industrie. Le site Eurogamer a pu interviewer sur le salon Peter Moore, responsable du jeu compétitif chez Electronic Arts, mais aussi figure emblématique du jeu vidéo dans le monde. En lisant cet entretien, plusieurs gros points ressortent, et notamment la vision du bonhomme sur les conférences de presse des éditeurs lors de grands événements. Nous vous proposons une analyse de ses déclarations dans l’interview réalisée par Tom Phillips.

La question de la pérennité et de l’utilité des conférences de presse de la part des éditeurs devient de plus en plus importante chez les médias, et au sein des entreprises. Avec le succès des livestreams, suivis par des milliers d’internautes, quel est l’intérêt aujourd’hui, pour un éditeur, de dépenser de grosses sommes pour présenter ses nouveautés dans une salle remplie de journalistes pas toujours très tendres ? L’effet se fait ressentir pendant cette gamescom 2016 puisque, cette année, aucune grande entreprise n’a désiré faire de conférence. Electronic Arts a été le seul éditeur à proposer une mini conférence de quelques minutes, suivie d’un livestream sur FIFA 17, Titanfall 2 et Battlefield 1. C’est sur ce point d’ailleurs que commence l’interview. Eurogamer n’a pas été fasciné par ce livestream et a même, d’une manière sarcastique, invité ses lecteurs à aller voir ailleurs. Bien sûr, cela n’a pas plu à Peter Moore, qui le fait bien savoir en avançant avoir rempli le job en rassemblant des fans de FIFA et Battlefield. Puis Eurogamer d’aborder la question de la conférence de presse : ces quelques minutes de présentation n’en étaient pas une. Pour Moore c’est clair « Je ne suis pas vraiment sûr, Tom, que les conférences de presse ont un futur. Ce que vous voyez ici [montre le stand EA], un endroit plein, est une combinaison de notre clientèle : du dématérialisé, des sorties en boutiques et environ 40 % d’influenceurs ». Il précise dans une autre réponse :

« [notre stand] avait l’habitude de ressembler à un showroom IKEA, mais, comme l’EA Play, c’est indicatif de comment nous voyons le futur. Le medium change. Les influenceurs (youtubers, blogueurs), les célébrités qui ne sont pas les journalistes classiques sont en train de trouver leur propre voie. Notre boulot est de mettre les jeux dans leurs mains, comme nous avons fait à la soirée d’ouverture (EA a mis à disposition 400 écrans sur lesquels les joueurs peuvent tester les nouveaux titres) ».

Donc, pour clarifier. Peter Moore nous dit que EA privilégie désormais les sessions de jeu en temps réel par les joueurs eux-mêmes, sur place, et que la découverte ne passera plus par les journalistes avant les autres. Pour lui, la transition est en marche et les autres éditeurs font de même. Si on comprend bien sa démarche, le but est de privilégier les stands et d’y faire venir des influenceurs (qui sont des joueurs comme les autres) en priorité, qui feront plus facilement la pub des derniers jeux auprès de leur public composé pour certains de millions de personnes. Lorsque EA annonce vouloir continuer l’événement EA Play qui se tient en marge du salon E3 de Los Angeles, nous pouvons donc nous attendre à un simple livestream dans lequel des célébrités jouent au(x) dernier(s) gros titre(s) de l’éditeur, sur fond de commentaires des développeurs, comme on a pu le voir sur Battlefield 1 après leur conférence de presse en juin dernier.


BATTLEFIELD 1 Gameplay Trailer (E3 2016) par CooldownTV

Plus loin dans l’interview, Tom Phillips demande à Moore comment sera la gamescom l’année prochaine et s’il y voyait moins de conférences de presse que cette semaine.

« Est-ce que EA aura moins de conférences que celle que nous n’avons pas faite, puisque ce n’était pas une conférence de presse ? J’ai été heureux de ce que nous avons fait et des viewers que nous avons rassemblés. S’il y avait une leçon à tirer de cela, ce serait de faire cela dans un autre endroit. Après la conférence, il y a eu une accalmie, les gens sont partis prendre une bière et après une heure, ils sont partis. »

Le journaliste enquille avec le peu d’annonces, du coup, proposées par EA lors du salon allemand. L’ami Peter, qui précise qu’il est d’abord là pour parler de jeux compétitifs, répond tout de même en prenant le cas du prochain Mass Effect, dont les informations sont encore assez vagues. « Nous laissons BioWare tranquilles, le jeu est toujours en chantier, et je dirais que dans 6 ou 7 mois, vous en entendrez parler à nouveau ».

Le reste de l’interview se consacre à la vision de Peter Moore par rapport au travail sur les nouvelles consoles que sont la PS4 Neo, la Scorpio et la NX. Bien que peu impliqué désormais dans ces questions au sein de l’entreprise, et malgré l’insistance de son responsable presse pour diriger l’interview vers le jeu compétitif, Peter Moore répond avec ses propres pensées. Une interview intéressante que nous vous encourageons à lire ici, si toutefois vous maîtrisez l’anglais.