Interview de Slimane-Baptiste Berhoun

Interview de Slimane-Baptiste Berhoun

Slimane-Baptiste Berhoun est une figure du web francophone. Acteur dans le Visiteur du futur, le Golden Moustache et le Golden Show, réalisateur et acteur dans J’ai jamais su dire non et La Théorie des Balls, il répond à nos questions.

barre séparatrice

Principaux rôles et séries de Slimane-Baptiste

Le Visiteur du futur

Le Visiteur du Futur est une série qui a débuté sur le Net et qui a été ensuite diffusée sur la chaîne de TV Nolife. C’est la websérie numéro 1 sur Dailymotion.
Depuis la saison 3, la série est coproduite par Ankama et France Télévisions Nouvelles Écritures.
Le Visiteur du Futur a engendré plus de VINGT MILLIONS DE VUES sur la Toile à l’heure actuelle.

Ankama assure également l’édition des DVD, de la bande originale, d’une bande dessinée, d’une gamme textile ainsi que du jeu de société. Pourtant, le succès du Visiteur du Futur n’avait pas été prémédité.

La génèse du projet

tournage saison 1 visiteur du futur En Avril 2009, François Descraques, un jeune réalisateur de pub et scénariste pour la télé, décide de créer un concept simple et facile à tourner.

C’est pour lui une bonne occasion mêler deux genres: la comédie et la science-fiction.

Mais comment faire de la science-fiction sans avoir à dépenser trop d’argent en décor futuriste ? C’est très simple, il suffit de ramener le personnage du futur dans notre présent.

source: Frenchnerd

slim2

Henry Castafolte, personnage joué par Slim

Quant à Slim, il incarne un scientifique quelque peu loufoque:

Le Docteur Henry Castafolte : Il vit dans le futur lointain et aide le Visiteur à sauver le monde. Très instruit et toujours sûr de lui, il aime motiver les gens avec ses monologues inspirés. Ce qu’il ne savait pas, c’est qu’il est en réalité un robot fabriqué en série. Surmontant son bug de fabrication, il accepte son statut et ses possibilités. D’abord piraté par les Missionnaires, il se met de plein gré à leur service à l’impulsion du Visiteur.

source: Frenchnerd

Frenchball

Frenchball est le nouveau projet de Frenchnerd, produit par Endemol beyond.

Le FrenchBall est un sport national comme chacun sait mais c’est aussi la nouvelle chaîne YouTube de FrenchNerd.

Retrouvez tous les jeudis une nouvelle vidéo sur la chaîne:

  • Les Soirées Loose : la meilleure émission pour pimper les pires soirées.
  • Le Grand Débat : des sujets qui fâchent, des arguments cashs, du vin qui tâche.
  • Epic Fitness : l’émission épique pour muscler son corps en cas de fin du monde.
  • La Théorie des balls : la nouvelle série de Slim à base de balls et de bâtards.
  • Mais aussi des sketchs, des nouveaux concepts top secrets et des trucs qu’on improvisera sur le moment..

source: Frenchball

Sur cette chaîne, vous retrouverez Slim dans beaucoup de vidéos, que se soit devant ou derrière la caméra, comme:

  • J’ai jamais su dire non
  • La théorie des Balls
  • Epic fitness

jjsdn

L’interview de Slim

barre séparatrice

Louistofu: Qu’est-ce que c’est la Théorie des Balls (LTDB) ?

Slim: Question trop alambiquée (rires) ! C’est une série en 10 épisodes qui parle de physique quantique au bureau et de rapports entre les gens. Si les atomes crochus, qui existent entre les gens, pouvaient être étudiés, qu’est-ce que ça donnerait ? Est-ce qu’on pourrait prévoir le comportement des gens et faire une théorie psycho-quantique ? C’est aussi une histoire d’amour en toile de fond.

Louistofu: Quels sont les premiers retours que tu as eus sur la série ?

Slim: Très bons. Grosso modo, les gens apprécient le vrai gap avec J’ai Jamais Su Dire Non (JJSDN), le préquelle de LTDB en quelque sorte. Il y a un gap technique, à tous les niveaux: image, son, montage, tout est plus propre, plus pro, et en même temps on conserve l’esprit d’origine, ce n’est pas dénaturé, c’est dans la continuité, on retrouve l’esprit.

Louistofu: Qui préfères-tu jouer ? Henry Castafolte ou Tom Tom ?

Slim: C’est compliqué ! Tom Tom, c’est un peu un pivot de normalité, un faire valoir pour mettre en avant la folie des autres, c’est plus sobre, il y a moins de plaisir de comédien. Dans la mesure où je réalise et j’écris, je ne peux pas être aussi attentif sur mon jeu que sur celui des autres, donc ce rôle me permet d’être plus discret. En tant que comédien, c’est beaucoup plus tripant d’être Castafolte, surtout les Castafolte !

Louistofu: C’est vrai qu’il y a un Belge !

Slim: Il y a un Belge, un moustachu… Avec une petite pointe d’homosexualité qui n’enlève rien au plaisir. Je suis un grand fan de Freddie Mercury !

Louistofu: Quels sont les Youtubers que tu apprécies?

Slim: Mozinor, Bruce d’e-penser, avec qui on a un partenariat, que je trouve cool. Axolot, même s’il ne fait pas beaucoup de vidéos. Karim Debbache aussi. Vu que je suis de la génération club Do, Joueur du grenier évidemment.

Louistofu: D’où te vient ton inspiration ?

Slim: Elle vient vraiment de la vie de tous les jours. Je ne vais pas trop chercher midi à 14h. J’ai bossé pendant 7 ans dans une boite, et c’est déjà ce que j’avais évoqué dans Les Opérateurs. J’avais amené le côté corporate et François Descraques l’aspect fantastique. Le vocabulaire propre au monde corporate, les histoires de cul dans les boites, plus ou moins vraies, les réunions marketing, l’aliénation que le travail peut entrainer, ça me parle. D’un autre côté, j’ai lu deux trois bouquins de physique quantique et de psychologie. Ce que j’aime bien, c’est qu’on n’y comprend pas grand chose, donc tout est possible. Quand j’étais petit, je voulais être égyptologue, mais je me suis rendu compte que tout était découvert, du moins tous les continents, et qu’on ne pouvait plus trop rêver de découvrir des dinosaures sur une île perdue ! Il y a donc eu une forme de déception. La physique quantique offre un nouveau monde, qui reste à explorer. La mécanique quantique a un coté très absurde, ça se prête bien à mon humour absurde et WTF, mais avec un fond de sens. J’aime ce mélange.

Louistofu: Comment est réparti le travail entre François Descraques et toi sur la série ?

Slim: Sur la Théorie des Balls, on a fait un travail préparatoire à trois: j’avais déjà une base d’histoire sur la trame, l’arc de chacun des personnages, ce qui pouvait leur arriver, les thèmes abordés. François et Raph m’ont aidé à structurer pour que chaque chose qui devait arriver arrive. J’ai écrit tout seul, ils relisaient. Sur le tournage, comme je suis souvent à l’image, François était toujours derrière une des deux caméras, donc il pouvait cadrer. On fait un épisode par jour. Il fait aussi un retour sur mon jeu. En post prod, je lui envoie les montages en V1, lui me donne un œil extérieur. Pareil avec Raph. Puis je fais un peu la synthèse. Sur Frenchball, chacun est responsable de ses projets, et a le final cut. On a tous des inputs à donner sur les scénars et la post prod.

Louistofu: Vous bossez en famille en quelque sorte !

Slim: C’est un format qui pourrait être hyper casse gueule si les gens se marchaient sur les pieds. Comme on bosse souvent ensemble depuis 10 ans, on ne fait que proposer, chacun reste à sa place. Sur le tournage de la saison 4 du Visiteur du futur, j’étais Castafolte et cadreur, donc je donnais des conseils pendant je filmais avec ma blouse blanche ! C’est n’importe quoi dit comme ça, mais ça marche parce que ça reste au stade de la proposition. C’est une alchimie qui se fait au cours du temps, c’est ce qui fait notre force.

Louistofu: Combien de temps a duré le tournage ?

Slim: 10 jours pile. On avait deux semaines, on l’a fait en aout, pour filmer dans des locaux d’Endemol beyond. On est sur un budget web, il fallait faire des économies, tourner au minimum 7 pages de scénar par jour. On ne payait pas les locaux, puisqu’on tournait chez Endemol, donc on a fait beaucoup de séquences dans les bureaux. On a essayé de condenser toutes les scènes en extérieur sur une journée et demi.

Louistofu:Une chance ce soutien d’Endemol !

Slim: Oui parce que la production de web série est compliquée et pas économiquement viable. C’est pas avec les 1000 euros pour 1 million de vues que tu te rembourses. C’est un investissement à perte. Très peu de boites de prod se lancent dedans. C’est la même démarche pour Ankama et France Télévision, c’est un peu de la R&D, on cherche les talents de demain, qui pourront être achetés, ou créer une émulation, donc donner une suite sous une autre forme, qui elle sera viable.

Louistofu: Une anecdote de tournage ?

Slim: Ça ne me vient pas.. Ah si ! Les gens se sont vraiment mis à jouer au bilboquet, avec un concours final. Les mecs de la déco en ont fait un en or. C’est Mathieu qui a gagné le bilboquet en or. 54 coups de suite je crois

Louistofu: Ça ne m’étonne pas !

Slim: C’est un vrai sportif ! Il a pris ça comme un sport à part entière et s’est donné à fond.

Louistofu: Tu as ressenti le besoin d’écrire lorsque tu as fait la suite du Visiteur du futur ?

Slim: C’était d’abord un appel du pied de la maison d’édition, Bragelonne, qui a contacté Ankama pour faire une novellisation, François trouvait que c’était une bonne idée pour une nouvelle histoire. Sachant que j’aime écrire et, et que j’ai écrit un roman pour Mathieu pour ses vingt ans, il m’a demandé si ça m’intéressait, parce que je connaissais le projet de l’intérieur. Toute une partie de l’histoire qu’il n’avait pas pu raconter dans la saison 4 est développée dedans. Le maitre devait apparaître dans la saison 4. On a pu le développer dans les flashbacks. Comme l’histoire est racontée du point de vue d’Henry, j’étais tout indiqué. Je suis l’expert mondial de Castafolte (rires) ! Je suis le seul à savoir quel effet ça fait d’avoir ses moustaches.

Louistofu: Et alors ?

Slim: C’est horrible ! Les poils me rentrent toujours dans le nez ! Bref, Quand on leur a dit que c’était le comédien qui allait écrire… Il a fallu prouver que je savais le faire. Ils ont aimé le test. On faisait des réunions avec François par épisode, on savait où ça allait. On faisait une réunion avec des bullets points. Chaque ligne était une scène. De ces 10 lignes, je faisais tout l’épisode. Il intervenait sur les scènes d’action. J’étais vraiment libre.

Louistofu: Penses-tu avoir changé de dimension avec LTDB par rapport à JJSDN ?

Slim: Oui et non. On a pu se faire une équipe avec des gens à tous les postes, on a l’impression de bosser en famille. On bosse de façon pro, ce qu’on a toujours aspiré à faire. Avec François on a fait un BTS audiovisuel, on a dû enlever la technique au début, sans budget. on se fait plaisir aujourd’hui avec le budget en tant que réal et technicien.

Louistofu: Comment définirais-tu ton humour ?

Slim: (rires) C’est difficile. Je dirais qu’il y a de l’absurde. Je ne sais pas, entre celui que j’ai dans la vie, ou celui que j’ai à l’écran ou à l’écrit. Absurde, méta, pince sans rire, j’aime beaucoup dire des saloperies sans en avoir l’air. J’aime bien ce contournement.

Louistofu: As-tu d’autres projets personnels ?

Slim: Sur Frenchball, ça va être l’après la Théorie, faire les vidéos jusque fin juin, 40 vidéos en tout. J’ai des projet en commun, surement Epic fitness. Perso, à court terme, du théâtre. Je pars sur une pièce que je jouerai à Avignon, mise en scène par Stanislas Grassian, qui joue Dario Lombardi dans le Visiteur de futur. La pièce parle d’une légende tibétaine. Ça change totalement, on me propose de jouer Bouddha ! C’est un registre plus lyrique, le texte est vachement plus littéraire. C’est un challenge, une nouvelle façon de jouer.

Louistofu: Jouer à Avignon, c’est un palier !

Slim: Je trouve ça hyper flippant ! Un peu l’année des challenges: bouquin, série, théâtre.

Louistofu: Des rêves? des envies ? ( le cinéma par exemple)

Slim: Je me suis jamais dit: « il faut que je fasse un long métrage ! », je me suis longtemps pas senti prêt avec la technique scénaristique pour tenir sur un long métrage. Beaucoup de films français devraient se dire la même chose. Internet permet de s’entrainer. Il y a plein de fois où je voulais ajouter des trucs dans la série, mais j’arrivais en bas de la page du scénario puisque les épisodes ne durent que 7 min. Ce serait possible de tout mettre au cinéma. Dans le roman, j’avais le problème inverse, il fallait remplir! Par contre, en tant que comédien, carrément. En soi, ce n’est pas tant un but à atteindre. On est pas vraiment reconnu par les chaines de télé, on est les « réalisateurs d’internet », « les acteurs d’internet ». Vu qu’on a la chance de bosser entre nous, il y a une forme de liberté qu’on ne trouverait pas ailleurs. Artistiquement, il y a de quoi se nourrir.

frenchball

Louistofu: A quand Frenchball The movie ?

Slim: (rires) C’est peut-être le truc qui va se retourner contre nous ! Si on trouve un producteur encore plus fou que nous, on y réfléchira.

Louistofu: Passons maintenant à la partie jeux vidéo. Qu’est-ce que ça t’évoque ?

Slim: Je ne suis pas un hardcore gamer, je joue assez peu en semaine, surtout quand je fais du montage. J’ai une longue histoire avec le jeu vidéo. J’ai commencé à jouer sur l’Atari STE, sur Prince of Persia à 5 ans. Ça m’a traumatisé ! Rick Dangerous,j’ai surkiffé. Mon père avait des disquettes craquées, on avait des vies à l’infini c’était trop stylé ! Après sur Méga Drive, Mortal Kombat 2. Mathieu m’avait prêté un cahier avec tous les fatality du jeu, genre un parchemin. Il n’y avait pas internet pour les codes à l’époque ! Je suis passé sur la Saturne, ça n’ a pas duré longtemps. Puis il a eu Alien Trilogy , Tomb raider. Puis sur PC, Half Life. J’aime bien les point & click. Il y a aussi Chevaliers de Baphomet. Gros coup de cœur, Legacy of Kain soul reaver. Ça m’a retourné la tronche, j’avais découvert ça par hasard. Je tombe là-dessus à l’arrache, et cette esthétique gothique, le morphing entre les deux univers, la VF de fou, avec la voix de Morgan Freeman, je me suis fais embarquer par le scénar. La jouabilité était redondante, mais tout se croisait niveau scénar. Le jeu dont l’univers m’a le plus embarqué.

Louistofu: Ton jeu du moment ?

Slim:Le dernier auquel j’ai joué, Alien Isolation. Je suis fidèle aux Tomb Raider, Uncharted. Il y a un truc qui me stoppe, je ne sais pas viser. Call of, je tire par terre ou trop haut, donc je meurs, ça me lasse. Sur FIFA, je cours après la balle, ça m’a rebuté. Les Portals, j’ai vraiment kiffé; Je joue à 2-3 jeux par an. Ça vient comme une envie de pisser ! Comme je suis mauvais, ça me prend beaucoup de temps, c’est beaucoup plus rentable (rires) ! Je vois qu’il faut 15H pour finir un jeu, mais je sais que je vais en mettre au moins 30 ! (rires) !

Louistofu: Hearthstone, tu y joues ?

Slim: Non, c’est quoi ? Tout ce qui est MMORPG, je n’y ai jamais joué. J’ai vu mon coloc jouer à WoW, j’ai vu tellement d’items sur l’écran, je me suis dit que ce n’était pas pour moi.

Louistofu: Les jeux vidéo qu’en penses-tu ?

Slim: Le débat sur la question de la violence, je suis pas sûr qu’on puisse le résoudre en 4 lignes. Ce qui m’intéresse, c’est que c’est une sorte de concentré artistique: mise en scène, ciné, musique, scénario, lumière, doublage, 3D… Ça peut regrouper beaucoup de talents. Je trouve que le doublage n’est pas encore optimal. Je trouve ça dingue quand je vois la qualité qu’on a aujourd’hui. Ça peut être excellent, ça peut t’embarquer,un vrai voyage, plus qu’un film, autant qu’un bouquin. Je regrette de voir des doublages sans calage labial, joués à contresens… Je dirais en baseline : le jeu vidéo, ça mérite d’être pris au sérieux.

Merci à Slim d’avoir répondu à nos questions !

barre séparatrice


Slimane, c’est aussi:

Un twitter
Un Facebook
La chaîne Frenchball
Le site Frenchnerd