No Mario's Sky

Nintendo s’en prend à No Mario’s Sky

L’étrange combinaison entre No Man’s Sky et Mario, nommée No Mario’s Sky, vient de se faire attaquer par Nintendo pour atteinte aux droits d’auteur. Ses développeurs ne bronchent pas et leur jeu devient DMCA’s Sky pour marquer le coup.

 
No Mario’s Sky est en réalité le fruit de ASMB Games lors de la dernière Ludum Dare. C’est une Game Jam où les créateurs ont 72 heures pour réaliser leur jeu. Cette équipe créative pense alors à un jeu mélangeant des phases de plateformes 2D à la Super Mario et une génération procédurale de monde façon No Man’s Sky. Celui-ci parut fin août et attisa rapidement l’attention des internautes. Très rapidement les avocats du géant japonais Nintendo s’emparent de l’affaire et invoquent le Digital Millenium Copyright Act ( DMCA ) pour faire interdire le jeu.

 

DMCA's Sky

No Mario’s Sky devient DMCA’s Sky

Les créateurs ont réalisé le jeu dans le cadre très particulier d’une Game Jam sans aucune intention de le commercialiser ou de le diffuser à grande échelle. Il vont donc répondre à cette demande de Nintendo sans broncher. ASMB Games va relooker le jeu pour que les références soient moins visibles et le renommer en DMCA’s Sky pour faire allusion à cette démarche de Nintendo. Toutefois, si vous êtes attentifs, vous remarquerez toujours tout au long du jeu des références subtiles et des formes qui font écho à l’univers de Mario. Si vous êtes intéressés pour tester ce soft, vous pouvez le télécharger à cette adresse. De multiples vidéos ont fleuri également sur la toile si vous voulez avoir un aperçu de sa précédente version.

Ceci n’est pas le premier cas de la ferveur de la firme Japonaise. Nintendo est connu pour être extrêmement sévère sur le sujet. Les avocats de la firme interdisent tous les jeux créés par les fans qui attirent un peut trop l’attention. On a l’exemple du Remake de Métroid 2 réalisé pour les trente ans de la série par un fan. Nintendo n’as pas laissé passer l’affaire et a banni le jeu malgré cette preuve de dévotion de la part du créateur pour leur série mythique. On peut également citer Pokémon Uranium qui a été banni alors qu’il avait atteint 1,5 millions de téléchargement.