Bigben - Logo

Retour de la Bigben Week 2018

Le mardi 29 mai 2018 a eu lieu la Bigben Week en plein coeur de Neuilly-sur-Seine. Ce petit événement était donc l’occasion de découvrir les différents produits du constructeur mais surtout les prochains titres vidéoludiques estampillés Bigben. Retour donc sur tous les jeux visibles.

Pour les personnes qui l’ignoreraient, Bigben est une entreprise française qui officie dans la vente de produits et accessoires principalement gaming. Depuis quelques temps déjà, elle s’est diversifiée en éditant des jeux vidéo comme la saga WRC par exemple. Bigben a même très récemment racheté le studio Cyanide, à l’origine des épisodes de Styx. Afin de montrer son catalogue et ses nouveautés à la presse, l’éditeur a donc organisé sa Bigben Week cette semaine et y a invité bon nombre de journalistes de tout bord. Avec la présence d’accessoires gaming, de produits connectés ou encore d’un espace réservé aux smartphones, l’éditeur français a montré l’étendu de ses talents durant tout un après-midi.

Mais focalisons nous maintenant sur ce pourquoi nous nous y sommes déplacés : l’espace jeux vidéo. Quelques stands étaient en effet présents afin de dévoiler les hits de demain du studio. Au nombre de six, ces titres brassent des genres différents. Il s’agit de : The Sinking City, Farmer’s Dynasty, Tennis World Tour, V-Rally 4 et deux jeux issus de la licence Warhammer à savoir Inquisitor – Martyr et Chaosbane. Notre ligne éditoriale se focalisant sur les jeux multijoueurs, nous ne nous attarderons pas plus sur les deux premiers titres cités au-dessus.

Des rackets, du rallye et des grands hommes en armure

Tennis World Tour

Sorti il y a peu, le nouveau jeu mettant à l’honneur le sport de Roger Federer était présent à l’événement. Tennis World Tour a déjà fait le tour de la presse spécialisée. Il a reçu un accueil assez mitigé et après quelques minutes passées dessus, on comprend vite pourquoi. Dès le premier regard sur le jeu, le constat est sans appel : le jeu accuse un retard technique assez impressionnant. Outre les graphismes datés, les animations des personnages mais également leur modélisation laissent clairement à désirer. On remarque aussi nettement un équilibrage aux fraises dès la sélection des personnages.

Chaque joueur possède un total de 30 points répartis sur trois compétences. Ces répartitions sont très discutables et surtout sans aucune logique. Comment un joueur peut en effet avoir 26 de force et 1 en défense ? Une fois dans la partie, les défauts ressortent d’avantage : les contrôles sont hasardeux, les points s’enchaînent sans grande passion et le plaisir s’estompe donc très vite. Un jeu qui plaira donc peut être aux fans de tennis tandis que les autres peuvent clairement passer leur chemin.


V-Rally 4

Malheureusement, ce n’est pas avec ce titre là que les compliments vont commencer à pleuvoir. Développé par Kylotonn Games, studio qui s’occupe des épisodes de WRC, V-Rally 4 est le successeur d’une licence débutée sur PS1. Annoncé il y a quelques mois, le jeu s’était fait discret depuis. Mais grâce à la Bigben Week, nous avons pu mettre un peu les mains dessus. Disponible soit dans un siège baquet soit avec une manette classique, ce nouveau jeu de rallye s’est montré quelque peu décevant.

Malgré des graphismes somme toute assez correctes, le titre pêche à l’heure actuelle d’une maniabilité à peaufiner. C’est bien simple, nous avons l’impression d’être au volant d’une caisse à savon qui n’est pas capable de prendre un virage sans déraper. De plus, la gestion des collisions avec les autres participants s’est montrée plutôt ingénieuse. En effet, la physique des collisions et des sauts offrent pour le moment des surprises. Il m’est personnellement arrivé d’être percuté par un concurrent et de décoller du sol. Cet effet se retrouve également lors des sauts qui propulsent littéralement la voiture dans les airs.

Malgré tout cela, il est à rappeler que le jeu est encore en développement. Il s’agit par conséquent de problèmes qui seront, on l’espère, résolus par la suite. Néanmoins, même si le retour de la licence V-Rally fera plaisir aux fans, on ne peut que s’inquiéter du sort réserver à ce prochain titre. A voir donc dans les prochains mois quelle tournure prendra le jeu.


Warhammer 40 000 : Inquisitor – Martyr

On rentre dans l’univers Warhammer avec ce premier titre. Martyr est un action-RPG type hack’n’slash dans lequel le but est de délivrer le secteur de Calligari de l’invasion du mal. Après une phase de bêta sur PC, le titre est sorti sur ce support le 5 juin. Malheureusement, les joueurs console devront attendre un mois supplémentaire pour profiter du jeu. En effet, Neocore Games a repoussé une deuxième fois la sortie de Martyr sur PS4 et Xbox One. Il est donc prévu pour le 5 juillet.

Le jeu propose trois classes dès le début à savoir Croisé, Assassin et Mage. Pour les besoins de la présentation, nous avons pu jouer avec un personnage niveau 40 soit le plus haut niveau atteignable. Martyr propose différentes missions qu’il est possible de sélectionner via une interface permettant de voyage parmi les diverses planètes de Calligari. Chaque mission possède un niveau de difficulté, les joueurs pourront donc choisir en fonction de leur progression. Une partie des environnements de chaque mission est générée aléatoirement mais les parties « principales » restent fixes.

Différentes compétences sont offertes aux joueur et changent en fonction de l’arme en main. Il est possible de s’équiper de deux armes différentes ce qui permet de varier les plaisirs. Le jeu est fluide et les environnements très beaux. De plus, le décor est entièrement destructible, idéal pour dégommer un ennemi planqué derrière un mur.

Après un petit entretien avec un membre de l’équipe de développement, il est apparu que le jeu était découpé en deux parties. La campagne solo permet de suivre une aventure sur le vaisseau Martyr et d’apprendre les bases du jeu. Suite à cela, les joueurs pourront partager leurs exploits jusqu’à quatre, tout en sachant qu’il y aura de la coop locale. C’est dans cette seconde partie qu’il sera possible de sélectionner sa mission et de partir en quête des meilleures pièces d’équipement.


Warhammer : Chaosbone

Retour à l’univers heroïc-fantasy avec Chaosbone. Jeu actuellement en version pré-alpha, il s’agit tout simplement d’un Diablo-like. En effet, l’équipe de développement ne cache absolument pas leur inspiration et l’assume pleinement. Les mécaniques sont donc très similaires, les joueurs du titre made in Blizzard ne seront donc pas déboussolés. Malgré tout, les développeurs souhaitent se démarquer de Diablo grâce à quelques changements dans le gameplay.

Tout d’abord, les joueurs ne seront plus obligés de mettre en pause pour checker et changer d’équipement. En effet, un joueur pourra se balader dans son inventaire tandis que son ou ses partenaires continueront de jouer. Cette mécanique s’applique sur la coopération locale bien évidemment. De plus, chaque classe possède une compétence particulière ainsi qu’un mode rage permettant de se débarrasser de hordes d’ennemis assez facilement. Chaque joueur se verra attribuer des points qu’il faut dépenser dans des compétences. Ainsi, il est possible de sélectionner les attributs de son personnage tout en respectant le nombre de points maximal.

Les développeurs ont encore plein d’idées à implémenter dans le jeu. Ils parlent notamment d’interactions entre les différentes classes, d’arbres de compétences passives spécifiques à chaque classe ou d’un scénario s’adaptant au personnage. Warhammer : Chaosbone est pour le moment prévu pour sortir début 2019.