Ubisoft - Vivendi

Ubisoft acquiert les parts de la BPI dans son capital

Ubisoft a annoncé via un communiqué avoir signé un contrat de rachat de l’intégralité des parts de l’entreprise que la Banque Publique d’Investissement possède. L’éditeur se renforce une nouvelle fois face au géant Vivendi en cette période cruciale.

C’est une semaine clé qui s’annonce pour Ubisoft. Peut-être une des plus importantes depuis la création de l’entreprise par les frères Guillemot. Jeudi a lieu l’Assemblée générale annuelle des actionnaires à Paris. Le sujet principal de cette réunion sera bien sûr Vivendi et sa montée agressive au capital d’Ubisoft. Yves Guillemot, le président de l’éditeur français, devra convaincre les investisseurs de ne pas céder aux avances du géant des médias et du divertissement dirigé par Vincent Bolloré. Celui-ci réclame d’ailleurs une chaise au sein du conseil d’administration depuis juin dernier, demande rejetée aussi sec par Yves Guillemot qui refuse catégoriquement de voir se présenter un représentant de Vivendi dans son entreprise. Un des moyens de s’assurer que cela n’arrivera pas est donc de sécuriser le plus possible le droit de vote au sein de l’Assemblée.

Une participation en hausse

C’est pourquoi Ubisoft a annoncé il y a quelques heures avoir signé un contrat de rachat de toute la participation de la BPI, soit 3,2 % du capital, pour 122,5 millions d’euros. L’éditeur a donc acquis 3 625 178 titres pour un montant de 33,80 € par action selon le communiqué. « Cette opération, qui intervient dans le cadre de la mise en oeuvre du programme de rachat d’actions d’Ubisoft, sera réalisée d’ici le début du mois de novembre » toujours selon Ubisoft qui ne manque pas de remercier ensuite Bpifrance pour sa loyauté et son soutien depuis 2004. Le communiqué nous dévoile que les parts acquises « seront affectées à la couverture des plans d’actionnariat salarié, à celle des obligations convertibles ou échangeables en actions (Oceanes) ayant fait l’objet d’un placement privé le 21 septembre 2016 et/ou à des éventuelles opérations de croissance externe ». Pour rappel, les frères Guillemot possèdent, depuis début septembre, 12,84 % du capital de leur société pour 18,91 % des droits de vote. Vivendi, de son côté, détient environ 23 % des actions et 21 % des droits de vote.

Les employés d’Ubisoft en première ligne

Dans une interview accordée à nos confrères de jeuxvideo.com il y a quelques jours, Yves Guillemot a pu revenir longuement sur ce que représentait Vivendi pour lui et la menace qui plane depuis plusieurs mois sur son entreprise. On le savait déjà, Yves Guillemot a toujours été hostile à la montée agressive de Vivendi dans le capital d’Ubisoft et le fait savoir par ces mots : « On est attaqué par un groupe financier, pas par une entreprise industrielle ou de création. L’objectif est de faire rapidement de l’argent ». Pour contrer cette « attaque », Yves Guillemot s’appuie non seulement sur la confiance de ses investisseurs, mais aussi sur les talents de la société sans qui rien n’aurait été possible selon lui : « L’élément majeur pour réussir, c’est d’avoir les meilleurs talents de l’industrie. Il n’y a pas de secret, ce sont eux qui font les meilleurs jeux. Mon rôle est d’apporter à ces talents la capacité de s’exprimer et de créer des jeux dont ils sont fiers ». Une campagne pour garder Ubisoft indépendant a même été lancée par Yves Guillemot. Une campagne mettant en avant les employés d’Ubi. Beaucoup de choses se préparent donc au sein d’Ubisoft, et nous vous tiendrons bien sûr informés des informations à venir.