Un environnement enchanteur, une musique nous plongeant dans ce monde féerique, des graphismes d’un mignon sans précédent, c’est parti pour le test du jeu de League of Geeks, Armello.

Armello - header

Des graphismes mignons tout pleins

C’est la première claque que l’on prend en démarrant Armello, le jeu est beau. Pas beau dans le sens « Skyrim avec tous les mods Ultra HD », mais beau dans le sens d’un style artistique unique qui ferait fondre n’importe qui. Ne vous trompez pas sur le terme « mignon », c’est à croquer, mais sans tomber dans le « My Little Poney ». Les images parlent d’elles-mêmes.

Armello - lapinArmello - loup

Les animations sont également très réussies, le monde est vivant et unique, l’atmosphère est propre au jeu. Bref, vous aurez compris que l’on tombe sous le charme d’Armello très rapidement. Le jeu nous propose d’incarner l’un des huit personnages disponibles, chacun ayant leurs capacités propres ainsi que leurs forces et faiblesses. Certain sont doués en force, d’autre en magie, ou encore plein de malice. À vous donc de vous adapter aux forces et faiblesses du personnage que vous allez incarner. Il faudra aussi se familiariser avec le cycle jour/nuit du jeu, qui va avantager certains personnages.

Le mélange des genres

Lors de la première partie, on peut se dire que l’on a affaire à un Civilization-like. Le plateau de jeu, généré aléatoirement à chaque partie, est constitué d’hexagone et les personnages ont un nombre limité d’actions par tour. Mais la ressemblance s’arrête là. Le reste du jeu est orienté RPG avec gain d’équipement et de statistique, vous rendant plus compétitif. Vous allez faire face à trois autres personnages afin de prendre le trône du royaume.
Armello tient plus du jeu de plateau adapté en jeu vidéo qu’à un véritable jeu vidéo, mais les animations et la musique arrivent à nous garder concentrés sur ce monde pourri par la corruption. Le roi étant lui-même corrompu, il vous appartient donc de restaurer le royaume en … prenant le pouvoir. Plusieurs choix s’offrent à vous pour cela. Tuer le Roi en combat singulier, gagner du prestige et attendre que le roi meurt de sa maladie, être plus corrompu que le Roi à sa mort ou récupérer 4 pierres spirituelles durant la partie.

Cela semble simple, mais vous n’avez que neuf tours pour faire cela. Chaque tour est composé d’une journée et d’une nuit. Après chaque tour, le Roi va perdre un point de vie dû à la corruption qui le ronge. A vous de décider en fonction de vos compétences et des premiers tours de jeu quelle stratégie adopter.
Et vous allez vous apercevoir très rapidement que certaines conditions de victoire sont plus simples que d’autres dans Armello.

Armello - kingArmello - stats

Le jeu fini donc au bout de neuf tours. Cela parait peu, mais chaque partie d’Armello va durer au moins 60 minutes. Cela est dû à une certaine lenteur du titre, car chaque action des autres personnages est montrée afin de permettre au joueur de savoir ce qu’il se passe. De même, des PNJs vont tenter de barrer la route des joueurs comme les gardes du Roi qui feront tout pour protéger le royaume de ces ennemis (vous êtes un ennemi de la couronne si vous attaquez un garde, entrez dans le château du roi ou si avez un prix sur votre tête). Les gardes ne seront pas les seuls obstacles sur votre route, en plus des joueurs, des corbeaux géants représentant la corruption du royaume apparaîtront et brûleront les villages et attaqueront tout ce qui bouge. C’est une manière d’être corrompu avec votre personnage, car chaque fois que vous serez battu par l’un d’eux, vous allez obtenir un point de corruption.

Pièces d’or et loot, le nerf de la guerre

Plusieurs villages sont éparpillés sur la carte et peuvent être contrôlés par les joueurs. Chaque village vous rapportera une pièce d’or par tour. Il y a également des cartes que vous pouvez utiliser et qui seront de trois types différents. Les cartes objets sont des épées, des boucliers … des pièces d’équipements vous offrant des bonus de stats ou d’autres avantages. Les cartes sorts vous permettront de lancer … des sorts comme un sort de foudre (être tué par l’un d’entre eux est particulièrement ennuyant … surtout lorsqu’il s’agit de la troisième fois consécutive). Le dernier type de carte sont les cartes pièges qui vous permettront de placer des pièges sur l’une des cases du plateau afin de ralentir, tuer ou bien voler l’or un adversaire (entre autres).

Les cases du plateau ont différents effets, comme les marécages qui vous feront perdre un point de vie, les montagnes qui vous feront consommer deux points d’action (mais vous offrirons un bonus de défense) ou encore les forêts qui permettent de ne pas être visible la nuit. Trois points d’actions sont disponibles par tour, il faudra donc se déplacer de façon intelligente pour ne pas gâcher de points. Vous allez devoir effectuer des quêtes afin de gagner des points de force, magie et/ou malice ainsi que des objets renforçant votre personnage. Cela peut prendre entre deux et cinq minutes pour décider de vos actions et voir les animations, mais à chaque tour, vous allez également devoir regarder ce que les autres joueurs font. Même si cela est intéressant d’un point de vue stratégique, cela devient vite ennuyeux. Il s’agit là d’un problème inhérent aux jeux de plateaux, sauf que là, on ne peut pas papoter avec les autres joueurs pour passer le temps. Comptez donc une bonne heure pour finir une partie.

Armello - sortArmello - foudre

Les combats dans le jeu sont basés sur des jets de dés. Le nombre de dés est déterminé par vos stats et votre équipement ajoutera des bonus. L’attaquant aura un score d’attaque, le défenseur aura un score de défense, si l’attaquant a un meilleur score que le défenseur, l’attaquant inflige des dégâts à la hauteur de la différence entre le score d’attaque et de défense. Lorsque vous êtes tué (oui, « lorsque » et non « si »), vous ne perdez pas la partie. Vous allez être replacé dans votre zone de départ et allez devoir refaire tout le chemin parcouru. Tuer un adversaire vous donnera des points de prestige.

Le meilleur point du titre est évidemment le multijoueur. Et même si le tout fonctionne très bien, il est assez difficile de se faire une place avec le haut niveau des joueurs. Il n’est pas rare de voir des joueurs abandonner en cours de partie, car la situation est irrattrapable pour eux. C’est un souci dans Armello, un bon démarrage est souvent synonyme de victoire. Et parfois, le sort s’acharne. Un autre souci, ou plutôt une demande d’ajout que l’on pourrait faire est un « hot-seat » : un ordinateur, quatre joueurs, chacun s’assoit à son tour devant l’écran et joue son tour. C’est un concept qui faisait fureur avec les jeux de type tour par tour comme Heroes of Might and Magic.

Armello - combat


Armello est donc un très bon jeu. Les graphismes et l’ambiance sonore m’ont fait tomber sous le charme dès le tutoriel. Il s’agit d’un jeu simple à comprendre et à la fois très complexe et complet. Un excellent mélange des genres réalisé par League of Geeks qui, traduit en Français, attirera sans doute beaucoup d’entre vous. L’équipe de développement est toujours active sur ce jeu et des mises à jour régulières sont proposées. Vous voulez du challenge avec un jeu de stratégie, un jeu qui vous tiendra en haleine, Armello est fait pour vous.

Armello

Armello

Les plus
  • Des graphismes à croquer
  • Une très bonne rejouabilité
  • Différents styles de jeu possibles
  • Une bande son magnifique
  • En français
Les moins
  • Un peu trop aléatoire
  • Impossible de remonter la pente une fois à terre
  • Pas de "Hot Seat" pour le multijoueur
8.5 10