La venue de Battlefield V ne s’est pas faite sous les meilleurs auspices. En effet, après un lancement en demi-teinte, la campagne de communication qui a suivi a été des plus virulentes. Alors que bon nombre de joueurs ont grogné à la suite de la diffusion des premiers trailers, EA et DICE se sont défendus d’une façon plutôt agressive. A ceux qui se plaignaient de la présence de femmes sur le front, ils ont répondu que les joueurs ne comprenant pas pouvaient passer à côté du titre. Et ceci n’est qu’un exemple de cette communication particulière. Mais le successeur de Battlefield 1 est bel et bien là maintenant. Les développeurs ont fait un gros travail pour revenir aux premiers amours des joueurs de FPS : la Seconde Guerre Mondiale. Retour donc dans l’enfer de la guerre avec une production aux qualités indéniables.

Un petit mot sur le solo

War Stories de retour

Battlefield V - Solo

Les War Stories de Battlefield V

Battlefield V calque sa campagne solo sur celle de son prédécesseur. Ainsi, les War Stories sont de nouveau présentes et permettent d’arpenter différents points de vue de la Seconde Guerre Mondiale. On en compte trois pour le moment sans compter l’arrivée d’une quatrième en contenu additionnel.  La première histoire prend place en Norvège où le joueur contrôle une jeune femme dénommée Solveig. Cette dernière a pour mission d’aller délivrer sa mère, prisonnière dans un camp allemand. Une fois sa mission accomplie, elle reçoit la tâche d’aller détruire un stock d’eau lourde. Cette dernière doit servir aux allemands à créer une arme destructrice pouvant faire basculer le cours de la guerre. Cette première incursion dans le conflit mise beaucoup sur la discrétion et l’infiltration. Solveig est en effet seule face à l’armée allemande et doit donc essayer de ne pas alerter tous les soldats présents.

Malheureusement, tout cela est desservi par une IA très limitée et franchement bête. Même si cela amène souvent à des situations cocasses (le soldat qui ne voit pas ses camarades mourir à deux mètres de lui), force est de constater que cela enlève pas mal de challenge et enlève également toute volonté de privilégier la furtivité. De plus, les niveaux regorgent d’armes en tout genre dans tous les coins, en contradiction avec l’aspect infiltration mis en avant par la séquence.

Des segments passables

Les deux autres segments des War Stories sont un cran en dessous du premier. Tandis que l’un vous fera incarner un tirailleur africain désigné première ligne pour l’armée française, l’autre place son action en Afrique aux commandes d’un ancien prisonnier anglais envoyé au front. Ces deux histoires prennent des points de vue différents mais sont assez maladroites dans leur réalisation. Alors que Deme, le tirailleur, a pour mission de foncer dans le tas pour abattre tout ce qui bouge tout en ramassant pléthore d’armes, il nous raconte au même moment que les tirailleurs étaient souvent mal équipés et destinés à mourir en premier. La contradiction qui en émane dessert encore une fois le propos. Le troisième segment est quant à lui plus « léger », le personnage irrévérencieux de Billy Bridger n’hésite pas à faire quelques blagues entre deux affrontements. Le joueur enchaîne les vagues d’ennemis jusqu’à arriver à la fin de l’aventure. La campagne solo de Battlefield V est donc loin d’être palpitante mais a le mérite de proposer une introduction au gameplay convenable.

Plongée dans les tripes et le sang

Un contenu plutôt étoffé

Battlefield V - Menu principal

Les modes de jeu de BF V

Attaquons maintenant au gros morceau de ce Battlefield V : le mode multijoueur. Après avoir découvert le gameplay à travers la campagne, les joueurs peuvent se lancer dans des batailles épiques à travers 6 modes de jeu différents. En premier lieu, le jeu propose les éternels modes d’un FPS multi à savoir le Match à Mort par Equipe (MME), la Domination et la Conquête. Aucune surprise à retrouver de ce côté-là, les développeurs se reposant sur des modes ayant largement fait leurs preuves dans le milieu.

Battlefield V tente de l’innovation avec les modes Percée et Lignes de front. Le premier oppose bien évidemment l’Axe aux Alliés dans un combat attaquants / défenseurs. La carte est divisée en plusieurs zones, toutes en possession des défenseurs en début de partie. L’objectif de l’équipe adverse est donc de venir prendre ces points pour ainsi atteindre la victoire. Le mode Lignes de front offre davantage de diversité. En effet, les deux équipes s’affrontent dans un premier temps pour la capture d’un drapeau. Une fois l’objectif pris, la ligne de front se déplace dévoilant un second drapeau à prendre. Après cela, l’équipe attaquante a alors la possibilité de poser des charges explosives pour détruire la base adverse. Malgré tout, les joueurs ennemis peuvent également renverser l’issue du combat et retourner vers l’autre base. Les affrontements peuvent ainsi durer longtemps si les deux équipes sont à peu près au même niveau. Ce mode offre donc des parties haletantes et vraiment immersives où la moindre erreur peut être fatale.

Grand Operation, fierté de Battlefield V

Battlefield V - Image

Au commencement, les joueurs ont le droit à un tutoriel

Digne héritier du mode Opérations de Battlefield 1, ce mode Grand Operation est une grande réussite sous sa forme actuelle. La partie se décompose en plusieurs manches aux objectifs divers et variés. A lui seul, il synthétise l’ensemble des autres modes présents dans le jeu. Alternant des phases de conquête, des phases de lignes de front et d’autres de MME par exemple. A chaque nouvelle manche, les parties de la carte changent ce qui permet de voir une amélioration et du changement dans le conflit. De plus, les résultats d’une manche se répercutent sur la suivante. Ainsi, une équipe peut obtenir un bonus de temps ou encore de points de spawn offrant un avantage tactique certain. Les développeurs ont toutefois enlevé une grosse fonctionnalité de l’opus précédent : la présence du mastodonte. En effet, cet élément qui procurait une grosse puissance de feu à l’une des équipes a été retiré. Les combats s’en retrouvent donc plus équilibrés et seul le skill des joueurs pourra faire la différence. De plus, le tout est « scénarisé », entendez par là qu’un narrateur place le contexte de la bataille et adapte son texte en fonction de la victoire de tel ou tel camp. Grand Operation est donc un excellent mode de jeu qui sublime le mode multijoueur de Battlefield V.

A sa sortie, les joueurs ont eu le plaisir de découvrir 8 maps différentes revenant sur divers endroits où ont eu lieu des batailles lors de la Seconde Guerre Mondiale. Ainsi, les combattants peuvent arpenter les rues de Rotterdam en ruine ou encore partir en pleine montagne pour empêcher l’invasion allemande. Les cartes sont visuellement superbes et permettent de changer littéralement d’ambiance à chaque partie. Malgré cela toutes les maps ne se valent pas, certaines étant plus intéressantes en terme de level-design que d’autres. Certains modes de jeu, comme Grand Operation, permettent de découvrir d’autres visions d’un même endroit grâce au déplacement du conflit. Ainsi, diversifier les modes de jeu diversifie également les maps. D’autres environnements devraient voir le jour grâce à toutes les mises à jour prévues par la suite.

Un système de classe rodé

Durant leur périple, les joueurs auront toujours le choix entre quatre classes. Battlefield V ne réinvente pas la poudre et propose donc d’alterner entre les classes Assaut, Médecin, Support et Tireur. Chacune possède son propre arsenal et donc un rôle qui lui est propre. Le gameplay du jeu en multijoueur mise à fond la carte de la coopération. Ainsi, toutes les classes sont complémentaires et auront besoin les unes des autres pour être plus efficaces. Pour cela, les équipes sont divisées en section allant de un à quatre soldats. Les médecins peuvent donc réanimer leurs compagnons, même après une balle en pleine tête, mais également tout autre soldat de l’équipe. De plus, ils ont la capacité de pouvoir balancer des bandages permettant de soigner les alliés. De même, les supports lancent des munitions, denrée limitée à chaque apparition. Bien évidemment, il est possible de changer de classe entre chaque mort pour s’adapter aux situations de combat.

Toi aussi, customise ton arme

Battlefield V - Taches

Certaines tâches sont disponibles dans le jeu

Dans Battlefield V, les joueurs ont à leur disposition deux manières distinctes de customiser leurs armes. La première est le renforcement des armes au fur et à mesure des niveaux que prennent ces dernières. Ainsi, chaque arme possède son petit arbre de compétence dont toutes les options sont débloquées au niveau 4. Les joueurs ont alors le choix entre différentes améliorations : cadence de tir, taille de chargeur, stabilité à la visée, etc… Ceci permet d’obtenir de petits avantages pendant les affrontements mais ne sont pas intrusifs, en tout cas pas au niveau des cartes de Star Wars Battlefront 2.

La seconde option est principalement esthétique. Battlefield V met le paquet en ce qui concerne la customisation des armes. Chaque pièce peut avoir un skin différent, libre aux joueurs d’harmoniser le tout ou non. En jouant une arme, il est également possible d’acquérir des pièces de remplacement qui ne sont qu’esthétiques. Celles-ci ne modifient pas les statistiques de la dite arme. Bien évidemment, il faudra tuer des dizaines d’ennemis avant de débloquer l’ensemble des éléments de personnalisation présents dans le jeu.

Heureusement, le gameplay de Battlefield V est nerveux à souhait et reprend les bases de son aîné. Seul bémol : le contrôle des véhicules très arcades et leur durée de vie. En effet, les chars sont de véritables cartons sur chaînes et se font détruire très rapidement. La classe Assaut bénéficie d’armes explosifs assez efficaces en plus de trois roquettes pour le Panzerfaust. Autant dire qu’il suffit de changer de classe rapidement pour s’adapter à la situation.

La Compagnie ou comment gérer son équipement

Battlefield V - Skin

Les joueurs choisissent la tête de leurs soldats

Dans le menu principal du jeu, il est possible d’accéder à la Compagnie. C’est par ce biais que la customisation est possible. Ainsi, le jeu distingue les Alliés et l’Axe qu’il faudra donc personnaliser indépendamment. Les joueurs peuvent alors changer armes et équipements des classes mais également le sexe de son personnage. En effet, toute la polémique émanant des trailers et de la communication se retrouve donc dans l’affiliation d’un simple skin à un avatar. En plus de customiser leurs armes, les possesseurs de Battlefield V ont également la possibilité de prédéfinir trois chars et trois avions. Ceci sont également personnalisables par un arbre semblable aux armes. On notera tout de même que les véhicules sont spécifiques au camp choisi mais pas les armes. Une distinction de ce côté là aurait été la bienvenue et aurait permis de se rapprocher du réalisme souhaité par les développeurs.

Et de réalisme, il faut bien en parler avec Battlefield V. Dans l’ensemble du titre de DICE, on sent un tiraillement constant la volonté de faire une oeuvre plus ou moins réaliste et le fait de livrer un jeu fun aux joueurs. Ce sentiment provient en partie de certains éléments qui ont déjà été cités dans ce test. Pourquoi séparer les véhicules par camp mais pas les armes ? Pourquoi limiter munitions et santé alors qu’il est possible de ranimer quelqu’un qui a pris un headshot ? Pourquoi, dans la campagne solo, inciter à la discrétion tout en offrant des armes bruyantes tous les 10 mètres ? Encore une et non des moindres : pourquoi baser sa communication sur les femmes durant la guerre si c’est pour n’implémenter finalement qu’un skin dans le jeu ? Autant de questions qui jonchent l’aventure et qui rendent le jeu moins immersif que prévu.

Battlefield V - Gamplay

Un aspect technique irréprochable (enfin presque)

Battlefield V - Montagne

Un environnement magnifique

A l’instar des productions DICE précédentes, ce nouveau Battlefield est visuellement bluffant. Autant sur PC que sur consoles, le titre offre une ambiance visuelle aux petits oignons. Que ce soit certains panoramas magnifiques, notamment dans les montagnes enneigées, la multitude d’effets visuels à l’écran ou encore la destruction des bâtiments, Battlefield V ne cesse de flatter la rétine des joueurs tout au long de son aventure. Quant à elle, la campagne solo possède également des cinématiques sublimées par le travail visuel des développeurs. Cependant, tout n’est pas rose et il n’est pas rare de croiser des bugs qui peuvent être plus ou moins gênants. On notera par exemple le fait que le viseur ne se positionne pas au centre de l’écran, chose assez embêtante pour tirer ou encore pléthore de bugs graphiques en tout genre. De plus, sur console en tout cas, les textures peuvent mettre pas mal de temps à apparaître. Ceci ne dure que le temps que ces dernières chargent mais ne se manifestent plus durant la partie.

Dernier point et non des moindres : la musique et l’ambiance sonore du titre. Autant dire que sur cet aspect également DICE a mis la barre très haute. Certaines musiques sont superbes et empruntent beaucoup à des compositions d’autres oeuvres notamment cinématographiques. Les oreilles les plus aiguisées auront reconnu des inspirations du côté de la musique de Braveheart par exemple. Au niveau des effets sonores, encore une fois un quasi sans faute. Les sons des armes sont fidèles et s’adaptent en fonction de l’environnement. Par exemple, les tirs résonnent dans des endroits fermés et exigus. Le champ de bataille est très peu silencieux ce qui renforce considérablement l’immersion en plein coeur des batailles.


Que retenir finalement de ce Battlefield V ? Le nouveau jeu du studio DICE a des qualités indéniables. Tout d’abord, le plus flagrant est son aspect esthétique bluffant autant au niveau visuel que sonore. La guerre n’a jamais été aussi réaliste, les conflits étant vraiment bruyants et intenses. De plus, le titre possède plusieurs modes de jeu plutôt inégales en terme de qualité mais avec en point d’orgue un mode Grand Opération palpitant qui est la véritable star du jeu. Malgré tout, certaines interrogations restent encore présentes même après plusieurs heures de jeu. Pourquoi différencier les véhicules par faction mais pas les armes ? Pourquoi ne pas avoir implémenté dès le début d’autres nationalités que les allemands et les britanniques ? Le modèle économique choisi résistera-t-il au temps ? Seul l’avenir nous le dira mais au moins EA semble avoir appris de leurs erreurs. Battlefield V a des atouts solides à ne pas négliger et plaira certainement aux fans de FPS qui recherche une aventure coopérative.

Le test a été réalisé sur une console PS4 classique avec une version fournie par l’éditeur

Battlefield V - Titre

Battlefield V

Les plus
  • Un aspect technique quasi irréprochable...
  • Des combats intenses et prenants
  • Un gameplay qui mise sur la coopération
  • Un suivi du jeu entièrement gratuit
  • Un grand nombre d'objets de customisation
  • Des classes vraiment différentes
  • Le mode Grand Operation, une vraie réussite
  • 8 cartes au lancement tantôt réussies...
Les moins
  • ...malgré la présence de bugs gênants
  • Une campagne solo perfectible
  • Pas de différenciation d'armes par faction
  • Un tiraillement constant entre fun et réalisme
  • ...tantôt très moyennes
7 10