Digimon World : Next Order

Ah, Digimon World ! Un nom qui évoque tellement dans mon cœur de fanatique invétéré de l’univers des créatures digitales. Il faut dire que, un peu comme tout le monde, j’ai approché les déclinaisons vidéoludiques de la licence avec ce fameux opus PlayStation, nous proposant concrètement d’élever nos Digimon à la manière d’un Tamagochi. Alors bon, en toute honnêteté je n’y comprenais rien, il y avait bien trop de paramètres à prendre en compte pour ma petite tête… mais le fait est que c’était un jeu issu de l’un de mes animés favoris, et ça c’était la classe ! D’autant qu’avec un peu de recul, il était loin d’être mauvais. Ainsi, quand en 2016 Bandai Namco annonce l’arrivée sur notre sol de Digimon World : Next Order, mon âme de gosse s’émoustille.

Pendant longtemps, Digimon n’a pas vraiment donné de signe de vie en Occident. Certes, nous avons eu droit à quelques saisons de l’animé, tournant de plus en plus au nanar insipide… mais finalement on s’en serait volontiers passé. Alors bon, il y a bien quelques jeux vidéos sortis dans le plus total des silences, mais pour en avoir essayé la grande majorité je peux vous assurer que vous ne loupez rien à ne pas les connaître. Puis arriva un beau jour de 2016, les oiseaux volaient haut dans un ciel bleu gris, teinté de nuages crémeux, et Digimon Story : Cyber Sleuth paraissait sur nos PS4 et nos Vita. Un jour signant le véritable retour en force de la licence, avec un épisode vraiment réussi, sur lequel je vous invite grandement à vous renseigner. Forcément, après une pareille surprise, les fans ne pouvaient qu’attendre de pied ferme l’arrivée de Digimon World : Next Order, officialisé sur le vieux continent dans le courant de l’année, et prévu pour une sortie le 27 janvier 2017. Malheureusement, en chemin l’édition PS Vita s’est perdue

 

Un petit air de déjà vu

Digimon World : Next Order

Y’a quelques panoramas sympathiques

Si vous avez touché au premier volet, ou même à n’importe lequel des Digimon World parus jusqu’ici, alors vous allez comprendre aisément de quoi je vais parler. Pas parce que Digimon World : Next Order est simplement similaire à ce que proposaient les précédents, mais bel et bien parce que la recette n’a pas bougé d’un poil depuis le tout premier sur PlayStation, sorti il y a tout de même 16 longues années ! À l’exception près de Digimon World 4… un titre sur lequel je ne reviendrai pas sous peine de devenir grossier.

Alors bon, on retrouve évidemment quelques nouveautés, notamment pas mal de créatures qui n’étaient pas présentes à l’époque dans le background de la licence, un système de fusion pendant les affrontements (plutôt intéressant bien qu’assez superficiel), ou encore un Digivice (en gros un menu pause) plus complet permettant à notre dresseur d’apprendre plus de capacités, et surtout de façon plus simple. Plus concrètement, les seules nouveautés qui sauteront aux yeux des habitués, en dehors de la recherche de matériaux qui serviront à améliorer le village, concernent directement les combats, et ce n’est pas forcément pour le mieux. Parce que je ne sais pas si vous avez déjà eu en main un Digimon World par le passé, mais quoi qu’il en soit on va se mettre d’accord de suite : le système de combat est loin d’être ergonomique. Depuis le début, le concept est de laisser nos créatures faire un peu comme bon leur semble dans un espace limité, en donnant par-ci par-là quelques directives, mais le fait est que le tout a toujours été particulièrement brouillon. Et avec Next Order, on atteint des sommets.

Pas que le système change beaucoup (c’est d’ailleurs ce qu’on lui reprochera le plus), mais pour une raison difficilement compréhensible la caméra s’affole pour un rien, et bien sûr il n’y a rien à faire pour arranger ça. Mais, pire encore, l’IA semble presque avoir été revue à la baisse ici (un comble), et l’on a vite l’impression d’assister à des affrontements de malades mentaux en camisole. Une impression qui s’estompe certes avec le temps (du moins un peu), lorsque les combats gagnent en intensité, mais qui se révèle véritablement dérangeante durant les premières heures de jeu, puisque la plupart des Digimon que l’on pourra élever pendant un moment ne disposeront que d’attaques à distance… qui sont évidemment bien plus difficiles à placer que des attaques au corps à corps. Et avec une IA digne d’un Duke Nukem : Critical Mass (oui, je tacle des jeux qui n’ont rien à voir juste à cause d’une vieille rancœur) je peux vous promettre que le tout est absolument ridicule.

 

Digimon World, à l’ancienne

Digimon World : Next Order

Le plus bel effet du jeu : l’eau !

En dehors de ça, on retrouve toutes les fonctionnalités présentes précédemment. Il sera ainsi possible (et nécessaire) d’entraîner nos créatures selon leurs besoins (ou selon l’évolution que l’on vise), et le tout donnera encore cette très étrange (désagréable d’ailleurs) impression d’aléatoire bien que l’on soit un tout petit peu plus guidé dorénavant. Aussi, il faudra leur donner à manger, veiller à les faire aller aux toilettes et dormir, et bien entendu leurs besoins grandiront à mesure qu’ils évoluent. En somme, bien que toute cette partie dressage soit assez complète, elle tourne paradoxalement toujours un peu en rond, et ne plaira clairement pas à tout le monde. Si vous avez réussi à faire tenir un Tamagochi plus d’une semaine, et que vous y avez pris du plaisir, alors vous allez sans doute prendre votre pied avec Digimon World : Next Order, qui propose sensiblement le même système. Toutefois, si vous êtes plus dressage à la Pokémon (non, je ne dirais pas « passif »), je ne peux que vous conseiller de passer votre chemin.

Digimon World : Next Order

D’ailleurs on peut pêcher, ça évite de devoir chercher des champignons et autres denrées

D’autant que ce Digimon World : Next Order est largement plus frustrant que ne peut l’être un jeu de dressage classique. D’abord parce qu’il n’y est pas question d’attraper de nouvelles créatures, bien que ce ne soit clairement pas le but évidemment, et que ça ne l’a jamais été avec Digimon World. Ensuite parce que les évolutions ne sont pas évidentes du tout. Qu’on se le dise, si dans Pokémon on sait toujours à peu près où l’on met les pieds, puisque nos créatures possèdent généralement une seule évolution prédéfinie (sauf toi mon petit Evoli chéri), avec Digimon c’est complètement autre chose, puisqu’une créature pourra tourner en plusieurs autres… et qu’à moins de connaître précisément ce qui la fera évoluer dans la direction que l’on désire, il faudra y aller un peu à tâtons dès nos deux starters choisis. Et si c’était déjà un problème auparavant, c’est désormais encore plus dérangeant depuis Digimon Story : Cyber Sleuth, qui offrait quant à lui de véritables choix et des pistes concrètes, et qui ne laissait jamais le joueur dans le doute.

En somme, on connaît la recette, et elle a certes déjà fait ses preuves par le passé. L’ennui c’est qu’un néophyte aura vite fait de se retrouver avec des Digimon poubelles (coucou Numemon), des trucs vraiment pas reluisants qui ne donnent pas envie de s’investir le moins du monde dans le dressage, et avec lesquels il sera compliqué de faire l’aventure. Et si les possibilités sont certes énormes, puisque le titre dispose d’un très grand nombre de créatures, il reste dommageable qu’on soit encore aussi démunis devant les voies que prendront nos Digimon.

 

Plus grand, mais pas forcément mieux

Digimon World : Next Order

Voici l’image à laquelle vous aurez droit pendant que vos Digimon iront aux toilettes

L’un des défauts majeurs du titre reste malheureusement son histoire, aux retournements de situation vraiment prévisibles, aux personnages totalement vides, et à l’avancée beaucoup trop linéaire. Clairement, on ne prend aucun plaisir à en découvrir les tenants et les aboutissants, et ce n’est pas les dialogues longs et ennuyeux qui vont y changer quoi que ce soit. D’autant que le jeu met un temps fou à se lancer, après un tutoriel et des explications sur l’univers vraiment trop étendus. Il aurait presque été préférable de se lancer dans un bon gros fan service bien gras, au moins les amateurs de Digimon y auraient trouvé un minimum leur compte. Ici malheureusement, même ceux-ci ne trouveront aucune excuse au scénario. Reste que l’univers est plutôt vaste, et plaisant à parcourir. En premier lieu parce qu’il nous fera rencontrer tout un tas de créatures connues, et qu’il sera même possible d’en recruter certaines pour reconstruire et faire grandir le village, et ensuite parce que les environnements sont assez variés et colorés.

Digimon World : Next Order

Et dites bonjour à monsieur toilettes !

Le tout rend d’ailleurs assez bien à l’écran, bien que clairement le titre ne propose pas de graphismes très poussés. Unity tourne correctement, sans aucun bug, mais Digimon World : Next Order vaut bien plus par son aspect artistique que par sa technique. Parce que bien que le moteur graphique fasse le travail, on sent bien que les développeurs n’ont pas passé beaucoup de temps à modeler les décors, et qu’ils se sont contentés de travailler le design des créatures, plutôt sympa d’ailleurs. Alors certes, il est vrai qu’il vaut peut-être mieux que celles-ci soient réussies, au détriment de l’environnement, car après tout le titre vise presque exclusivement les fans de Digimon. Mais tout de même, il va falloir qu’on m’explique pourquoi j’ai été contraint de fouiner dans les paramètres de ma PlayStation 4 pour que Next Order s’affiche en plein écran…

Enfin ce détail n’est rien en comparaison de la bande son du jeu, qui m’a fait m’arracher les cheveux dès les premiers pas en dehors du village. Si dans celui-ci la musique est plutôt douce, et que l’on prête finalement assez peu attention à sa redondance, une fois parti à l’aventure c’est très difficile (impossible ?!) de faire abstraction du fait que TOUS les morceaux tournent en rond, et ce en plus de leurs sonorités souvent énervantes. Mais le pire du pire, que dis-je, le véritable boss final des destructeurs de tympans, reste encore les horribles, atroces, horripilants bruitages de Digimon World : Next Order. En plus de s’afficher en bas de l’écran, les humeurs et les besoins de nos créatures sont signalées par des petits bips… qui reviennent toutes les trois secondes. Alors bon, au début de l’aventure on garde aisément son calme, on prend sur soi et on fait tout bien comme il faut. Mais dès que l’on dépasse un certain temps de jeu, je peux vous assurer qu’on devient chauve tant ces bruits sont irritants au plus haut point.

Pour qui ?

Pour les fans hardcore de Digimon : On a rarement droit à des jeux issus de l’univers, et malgré ses nombreux défauts, Digimon World : Next Order est l’un des plus aboutis.

Pour ceux qui aiment s’occuper d’un Tamagochi : Le concept de la série est très proche de ce que proposaient, en leur temps, ces petites créatures virtuelles, les combats en plus.

Pour les masochistes des tympans : Je peux vous assurer que vous pilonner les oreilles avec un album de Jul (oh mon dieu, suis-je vraiment en train de dire ça ?!) restera moins désagréable et moins abrutissant que de vous cogner les bruitages à répétition de ce jeu.


 

Après la très bonne surprise qu’était Cyber Sleuth, force est de constater que Digimon World : Next Order est une petite déception. Pas qu’il change grand chose à la recette des Digimon World, initiée en 2001 sur PlayStation première du nom… mais c’est peut-être là son plus grand défaut au passage. Car s’il était déjà difficile à l’origine d’accrocher à son système de dressage plus proche d’un Tamagochi teinté d’aventure que d’un véritable RPG conventionnel, c’est encore pire au fil des ans avec son ergonomie qui ne bouge quasiment pas d’un poil. D’autant que ce n’est clairement pas ses combats mous et trop aléatoires, son scénario sommaire, ou encore sa bande son du diable qui y changeront quoi que ce soit. Reste que ceux qui ont trouvé leur compte dans les précédents seront comblés par celui-ci, qui propose une aventure plus longue et un peu plus complète… tandis que les autres peuvent passer leur chemin sans se retourner.

 

Ce test a été réalisé à partir d’une version fournie par l’éditeur.

Digimon World : Next Order

Digimon World : Next Order

Les plus
  • Le design des créatures
  • La durée de vie et le contenu
  • On a rarement droit à des jeux Digimon
Les moins
  • L'insupportable bande sonore!!!
  • La caméra en combat...
  • Les combats en général d'ailleurs...
  • Le scénario insipide
  • Le côté un peu trop aléatoire des évolutions
5 10