En 2015, The Escapists avait rencontré un joli succès, arrivant même à décrocher un sympathique partenariat avec The Walking Dead pour une édition spéciale. 2 ans plus tard, les petits gars de la Team 17 remettent le paquet, en proposant une version revue, corrigée et agrandie de leur bébé, avec en grande nouveauté le mode coopération. Mais The Escapists 2 est-il pour autant une version améliorée ?

Pour mettre anciens et nouveaux joueurs sur un pied d’égalité face à ce nouveau mode co-op, et cet univers agrandi, Mouldy Toof Studios propose pour débuter une version agrandie de l’emblématique prison de départ de Escapists 1, Center Perks 2.0. Loin d’un spa façon Center Parks, cette vaste prison sert de point de départ au jeu, après un cours mode tutoriel. Vous y découvrez alors en pratique tous les tenants et aboutissants d’Escapists 2 : gestion de l’argent et achats au marché noir, fouille intensive des lieux pour récupérer de quoi bricoler une arme ou un gadget, quêtes données par les prisonniers… un fort vaste programme.

Passe-Partout taquine la prison

Les prisons classiques proposent un cycle de jeu plutôt simple : après le couvre-feu nocturne, vous devrez assister régulièrement aux repas et rassemblements. Sinon, les gardes seront alertés par votre comportement suspect. En dehors des heures de repos, chaque activité sera d’ailleurs à ne pas manquer. Excepté le sport et le travail, qui vous conféreront argent et force, aucune de ces activités n’a un intérêt particulier, sauf peut-être les repas qui vous permettent de restaurer gratuitement votre endurance. Car oui, vous êtes soumis à un système d’endurance. Pour vous battre, creuser ou vous exercer, entre autres, vous devrez consommer cette endurance, qui revient leeeeeentement. Heureusement, via l’exercice, vous pourrez augmenter votre total d’endurance…

Cellules Escapists 2

Vos cellules ne sont guère agréables, mais elles sont un parfait point de départ pour une évasion…

Les statistiques de votre personnage sont dures à négliger, surtout son intelligence. Dans Escapists 2, beaucoup d’objet nécessitent une quantité d’intelligence minimum. Vous commencez à 30, sachant que certains objets nécessitent jusqu’à 70 points d’intelligence. D’un autre côté, augmenter votre force vous permettra d’accomplir des tâches manuelles plus vite, ou bien de balancer de plus gros marrons dans les dents de vos co-détenus. Parfois, vous devrez donc farm vos stats durant plusieurs jours, vous soumettant à la routine carcérale de fait. L’obtention d’objets s’apparente aussi sous bien des aspects à un farming caché. Pour cela, deux méthodes : fouiller les bureaux de vos camarades, ou bien accepter et mener à bien leurs quêtes. La fouille de bureau peut souvent s’avérer fastidieuse, le contenu des bureaux étant totalement aléatoire et réinitialisé chaque jour ; vous devrez aussi esquiver les gardes, et les détenus qui ne seront pas ravis de vous trouver dans leur chambre.

Crime, châtiment et marché noir

Si vous préférez rendre service, le système de quêtes est malheureusement plutôt répétitif. Peu importe leur formulation, les trois mêmes objectifs reviennent systématiquement ; à vous de voir si vous préférez construire un objet précis, récoltez des denrées ou déboîter une épaule. Evidemment, toute requête satisfaite vous donnera un petit pécule, et vous pourrez alors aller trouver un détenu contrebandier. Bien sûr, les items qu’il vous offre sont chaque jour différents. En fonction de l’item que vous souhaitez créer, vous devrez donc vous

Alerte Escapists 2

Si jamais vous dérogez trop aux règles imposées, l’alerte rouge vous donnera des sueurs froides.

soumettre aux lois de Dame Chance. Parfois trouverez-vous sans encombre le composant de vos rêves, parfois devrez-vous plutôt trimer dur… Heureusement, même si vous ne possédez pas d’emploi, vous gagnerez un peu d’argent chaque jour en pointant au Pôle Emploi. Vous pouvez trouver un travail, mais il est souvent déjà pris, ou nécessite des statistiques. Vous pouvez certes tabasser l’occupant d’un poste pour récupérer le job, cela ne semble pas déranger qui que ce soit.

En effet, passer quelqu’un à tabac ne semble pas être trop gênant ici. Les détenus possèdent un certain taux de confiance envers votre personne, mais bonne chance pour le faire descendre. J’ai eu beau perforer un pote avec un tournevis, il a continué de me parler, les jours suivants, comme s’il ne s’était rien passé. Cela dit, les détenus se lanceront souvent dans des bastons générales du plus bel effet, monopolisant l’attention des gardes et vous donnant le champ libre. Les gardes, eux, sont dopés aux stéroïdes et nécessitent une bonne préparation avant de s’y attaquer ; d’autant plus que les infirmiers, apparemment medium, viennent instantanément les récupérer. Ainsi, dur de récupérer quoi que ce soit dans leurs poches. D’ailleurs, se faire corriger par un garde et se faire envoyer à l’infirmerie n’est guère plus qu’une tape sur la main. Vous perdrez certes tous vos objets, mais ils ne sont fondamentalement pas durs à récupérer, et on ne peut pas dire que ça laisse des séquelles…

Grosse ambiance à Alcatraz

Cela dit, ces défauts d’Escapists 2 ont été placés dans un écrin des plus charmants. Le style pixel art se prête très bien à l’exercice, quoique la musique, assez bonne pour accompagner le gameplay, ne restera probablement pas dans les mémoires. Chaque prison possède une ambiance et un style distincts, qui se traduit aussi dans l’apparence des gardes. La meilleure idée restera certainement les prisons mobiles ; avion ou train du far west, ces maps offrent un gameplay différent, où vous n’avez théoriquement pas le droit de quitter votre cellule. Vous devez donc explorer votre prison tout en esquivant les gardes, pour récupérer les précieux sésames vers votre liberté. Au fil de vos aventures, vous croiserez aussi de nombreux personnages, chacun allant de sa petite réplique, parfois totalement hors contexte. Cette atmosphère décalée, combinée à l’absurdité de certaines évasions (crafter une fausse carotte avec deux stylos et un mouchoir pour amadouer un cheval…) fait souvent sourire sans même y penser.

Salle de gym Escapists 2

La salle de gym sera l’endroit tout indiqué pour la gonflette.

En parlant de l’univers d’Escapists 2, il s’est sensiblement agrandi avec l’introduction du mode coopération. Très peu contraignant, vous pouvez jouer en co-op ou quitter la partie quand vous le souhaitez, ne vous engageant à rien. Pour accueillir jusqu’à 4 joueurs, la taille des cartes a bien entendu été largement agrandie. Certaines méthodes d’évasion ne sont d’ailleurs disponibles qu’à plusieurs, nécessitant de tenir une porte lourde pendant qu’un acolyte récupère un objet crucial à l’intérieur par exemple. Il existe également un mode Versus, où vous devez vous échapper le plus vite possible tout en mettant des bâtons dans les roues de vos adversaires. Agrandir la taille des maps n’est toutefois pas sans conséquences. Le jeu vous donnant finalement assez peu d’indices, ces grandes cartes peuvent sembler très vides après un peu de temps à jouer seul. S’en suit une certaine lassitude, et un sentiment d’égarement assez profond. Le large choix d’items à bricoler peut sembler judicieux, mais il ne fait que perdre plus le joueur face à une multitude de choix qui ont parfois l’air sans queue ni tête. Notons pour conclure que le jeu vous donne l’option de choisir votre détenu ou de le customiser avant de jouer, idem pour les gardes ; de quoi personnaliser sa partie à sa guise.

Pour qui?

Pour ceux qui aiment se triturer les méninges : Patience et fouille méticuleuse sont les meilleures armes pour vous jouer de ces prisons. Approchez le jeu comme un grand puzzle avec de multiples solutions.

Pour les fans de multi chaotique : Escapists 2 en multijoueur, c’est aussi un grand bazar. Que vous tentiez de coopérer ou bien que vous affrontiez des inconnus, la présence d’autres détenus rebelles épice toujours les parties.

Pour les amoureux du 1 : Escapists 2 est une digne séquelle, malgré ses quelques changements de gameplay. Plus beau, plus grand et plus convivial, ses nouvelles prisons et son ambiance décalée sont dans la digne continuité de son prédécesseur.

 


Bien plus vaste et aspirant à jouer dans la cour des grands, Escapists 2 offre de multiples possibilités d’évasion dans un univers fourmillant de détails et de petits événements surprises. Toutefois, la totale liberté conférée au joueur dans des environnements s’étalant parfois sur plusieurs étages mène souvent à perdre le joueur parmi le dédale carcéral. Seuls les joueurs patients, et volontaires pour s’adapter aux aléas et routines de la prison, sauront trouver les vraies qualités du soft, exacerbées par le mode multijoueur.

the escapists 2

The Escapists 2

Les plus
  • Un univers comique et attachant
  • Une multitude d'actions possibles pour s'évader
  • Le multijoueur, désordonné mais amusant
  • Les prisons chacune avec leur ambiance et atmosphère
  • Les prisons mobiles, qui offrent un gameplay différent
Les moins
  • Des routines et un sentiment d'égarement pesants
  • Des maps très, trop grandes pour un joueur solo
  • Pleins de détails de gameplay pénibles à la longue
  • La musique assez anecdotique
  • L'aspect farming mal géré, presque punitif
  • Les quêtes assez transparentes à la longue
6 10