N’avez-vous jamais rêvé d’être un génie de l’informatique ? Un hacker face auquel nul pare-feu, nul système d’exploitation ne puisse résister ? De vous introduire avec facilité dans la vie des autres par une simple commande dans un terminal et dénicher tous les petits secrets enfouis sous des fichiers temporaires et le cache des navigateurs Internet ? Si vous n’avez jamais franchi le pas mais que chaque épisode de Mr Robot vous fascine, peut-être devriez-vous jeter un œil à Hacknet.

Se présentant sous la forme épurée d’un terminal, Hacknet est assurément un jeu minimaliste. Sous sa forme première de simulation de hacking, le jeu de Team Fractal Alligator n’oublie pas sa partie narrative. Bit, un hacker mondialement connu, meurt dans d’étranges circonstances alors qu’il vient de développer l’outil de hack ultime : Hacknet. Présent sur une de ses listes de diffusion, vous devez poursuivre son œuvre et apprendre à maîtriser le logiciel. Et pour cela, rien de tel que la pratique.

Vous ne piraterez pas par pur plaisir, il vous faudra remplir des missions – des contrats – une fois le didacticiel passé et le groupe de Hackers Entropy intégré. Celles-ci se présenteront souvent par des demandes de clients un peu particuliers, déposées sur un serveur sécurisé. Un étudiant soupçonne sa fac de dérober les données de navigation de tous ses résidents, il vous faudra vous introduire dans le système de l’université et effacer toute trace de ces fichiers ; un jeu en ligne n’autorise qu’une seule partie, votre commanditaire vous demandera d’effacer sa sauvegarde afin qu’il puisse recommencer sa partie.

Récupérez des contrats sur le serveur dédié

Récupérez des contrats sur le serveur dédié

Entièrement jouable à la ligne de code, Hacknet vous propose également d’interagir avec une interface graphique à la souris. Moins immersive, cette possibilité offerte a au moins le mérite de proposer une meilleure accessibilité au jeu. Évidemment, Hacknet ne vous jette pas dans la gueule du lion sans vous expliquer les rudiments du hacking. Le didacticiel est d’ailleurs assez bien fichu et propose déjà de bonnes sensations de voyeurisme. Se basant sur des lignes de codes existantes, le jeu de Team Fractal Alligator n’en est pas pour autant une invitation au hacking. Vous découvrirez que vos actions ont des conséquences, et que vous ne vous pouvez vous insinuer avec la même facilité dans tous les systèmes.

Lors de vos braquages de données, il arrivera que vous vous confrontiez à un système particulièrement retors. Pour entrer dans un ordinateur, il vous faut en devenir l’administrateur. Pour ce faire, vous avez a votre disposition plusieurs outils bien pratiques qui vous permettent d’ouvrir des ports afin d’y insérer un crack vous accordant les permissions suprêmes sur la machine distante. Sauf qu’au moment de casser certains ports, il se peut que vous soyez détecté, et qu’un timer se mette en marche. Vous avez alors 1 minute 30 pour mener à bien votre mission. Une contrainte temporelle qui vous donnera quelques suées, notamment si vous jouez le jeu de n’interagir que par le terminal ! Vos mains se tromperont de touches, vous oublierez soudainement la ligne de code vous permettant d’effacer vos traces, ou n’arriverez peut-être pas à vous déconnecter à temps … Dans ce cas, les conséquences peuvent être assez… handicapantes.

Hacknet5

Une mauvaise manip et bouf … un BSOD

Vous avez bien vu. Un bon vieux BSOD (Blue Screen of Death) des familles. Parfois, si l’un de vos hackings se passe mal, il arrivera que votre cible (souvent un autre pirate) décide de tout bonnement supprimer votre système d’exploitation ! Il vous faudra vous débrouiller avec quelques outils de base pour aller récupérer vos fichiers systèmes sur une machine distante, et cette fois sans aucune interface graphique !

L’occasion d’aborder un point d’importance : la difficulté de Hacknet. S’il ne demande aucune connaissance préalable en matière de ligne de commande, le soft de la Team Fractal Alligator ne vous prend pas par la main et vous demandera souvent de vous creuser les méninges. Les systèmes auxquels vous vous attaquez feront souvent office de vrais casse-têtes qui vous prendront de longues minutes à résoudre. Néanmoins, il faut avouer que ce petit jeu procure de très bonnes sensations et la facilité avec laquelle il nous permet de hacker n’importe quel ordinateur est vraiment grisante. Il faut dire que les développeurs ont eu la bonne idée de rendre leur jeu « réaliste ». J’entends par là que les ordinateurs ne contiennent pas que les fichiers nécessaires à votre mission. Vous trouverez, si vous prenez le temps de fouiller un peu, divers fichiers tels que des historiques de page Web ou de chats. Souvent drôles, ces petits bonus font de Hacknet une véritable simulation de piratage informatique, et vous pousseront à aller jusqu’au bout de l’aventure.

Hacknet

Hacknet

Les plus
  • Prise en main simplissime
  • Quelques énigmes bien tenaces
  • L'ambiance sonore qui colle au propos
  • Grisant, tout simplement
Les moins
  • Entièrement en anglais
  • Gameplay un peu redondant
  • Devient parfois trop difficile, sans prévenir
6.5 10