00. Project Mirai

Le programme de voix de synthèse Vocaloïd fut un succès phénoménal au Japon, et son idole virtuelle la plus célèbre, Hatsune Miku, a déjà eu le droit à une ribambelle de jeux et produits dérivés. Pour sa première apparition sur la portable de Nintendo en Europe, Sega nous offre un jeu de rythme mignon et soigné, au design chibi proche des figurines Nendoroid.

Attention, si vous faites une intolérance aux voix électroniques, vous risquez de décrocher dès l’écran titre du jeu.

Boutons ou stylet ?

Comme ses consoeurs sur consoles de salon, le principe de ce Project Mirai DX est simple. Sur les 48 chansons à débloquer, vous devrez appuyer en rythme sur les boutons affichés afin d’engranger des points et faire progresser votre score. Les notes apparaissent sur une ligne, faisant des courbes et autres variations selon la cadence du morceau.

Deux façons de jouer sont à votre disposition.

  • Le mode tapoter, au stylet. Selon la difficulté, deux ou trois toms de couleurs sont affichés sur l’écran tactile. Il vous suffira alors d’appuyer sur la bonne couleur en suivant l’affichage sur l’écran du haut. Quelques notes longues et directions (à l’image d’un Theatrhythm) viennent aussi ponctuer les chansons. Ce style de jeu est fun et dynamique, mais plutôt aisé et pas très exigeant.
  • Le mode bouton. Ici, trois ou quatre boutons de la console sont exploités, parfois couplés à des directions pour un résultat classique (à l’image des versions Project Diva), mais un peu plus délicat. Vous pourrez d’ailleurs changer la couleur des boutons à votre guise si vous le souhaitez. Le timing est un peu plus précis et vous aurez vite fait de vous emmêler les pinceaux en mode difficile.

Dommage que ce dernier ne soit d’ailleurs pas disponible dès le début, le mode facile étant sans intérêt et le mode normal très accessible. Une version super difficile peut quant à elle être débloquée sur 6 morceaux (seulement). Mais avec de l’entraînement plus rien ne vous résistera.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les deux styles de jeu fonctionnent en symbiose, car ils proposent une expérience relativement différente. Ce qui est un vrai plus, comme le fait de pouvoir retrouver son morceau favori rapidement en l’énonçant via le micro de la 3DS. Pratique !

Même si vous ne connaissez pas les morceaux présentés, le rythme est suffisamment marqué pour vous laisser porter par les chansons avec aisance. D’autant plus que l’affichage est globalement très lisible, malgré le placement improbables de certaines notes (dans un coin de l’écran). La structure des morceaux est pourtant souvent la même, et les refrains assez répétitifs, mais jouer un solo de piano ou de guitare est toujours agréable.

Esthétique et personnalisation

Graphiquement, Project Mirai DX est très propre et mignon. Les clips diffusés pendant les sessions de jeu sont très jolis et possèdent tous une caractéristique unique. Style jeu vidéo rétro, ambiance XXe siècle ou conte de fées; chaque cinématique est un petit régal. Vous pourrez d’ailleurs les contempler dans le mode cinéma, et laisser des commentaires pour échanger via Street pass et Spot pass.

Dans votre chambre, qui fait office d’écran principal, vous pourrez choisir votre partenaire (Miku, Luka ou encore Kaito), l’habiller comme vous le souhaitez, décorer son appartement, jouer avec elle au Mikuversi (aussi connu sous le nom du jeu de plateau Othello), lui donner à manger et même de l’argent (pire qu’un Tamagotchi).

C’est avec les MP soigneusement cumulés en terminant les chansons que vous pourrez personnaliser votre chambre. Vous devrez pour cela faire un tour en ville, afin de dépenser votre argent dans les diverses boutiques.

Le Mirai Estates vous proposera de choisir votre intérieur (maison du futur, nature, japonaise ou même une villa), tandis que le Mirai Mall 1F recèlera de nombreux éléments de décoration (photos, figurine de Sonic, sofa, aquarium), des vêtements pour votre diva et bien entendu de la nourriture. Vous pourrez ainsi appréciez votre protagoniste s’adonner à une partie sur borne d’arcade après en avoir installée une chez elle.

Même si cela reste amusant, tout ces éléments n’ont cependant aucune incidence sur le déroulement des chansons, aucun bonus ou challenge supplémentaire.

Petits plus et à côtés

Hatsune Miku : Project Mirai DX est certes un jeu de rythme, mais cela ne l’empêche pas de proposer son lot d’activités annexes. Vous pourrez par exemple créer votre propre chorégraphie, avec un choix d’une centaine de mouvements, avant de la visionner durant une chanson.

La possibilité de s’amuser sur le puzzle-game Puyo Puyo 39 est aussi de la partie. Vous pourrez d’ailleurs y jouer avec un adversaire en ligne, à défaut d’affronter un ami sur une chanson.

Vos captures d’écran, que ce soit pour immortaliser votre héroïne en train de manger des sushis ou un high-score, pourront être visionnées dans le menu principal.

Un système de cartes en réalité augmentée et de tampons à collectionner (à l’image de trophées) est aussi de mise.

Petite touche amusante, l’alarme présente dans le jeu. Vous réveiller avec la voix de vos personnages préférés n’est plus un rêve. Il est même possible de créer votre mélodie avec une version simplifiée du logiciel Vocaloïd, afin de l’utiliser comme sonnerie dans le logiciel.

Ces petits détails apportent une vraie finition au titre, qui se révèle complet en plus d’être rigolo. Je précise tout de même que le soft est uniquement en anglais, avec voix japonaises.

Un titre pour les fans

 Tout mignon, tout frais, Hatsune Miku : Project Mirai DX est un jeu de rythme plaisant et efficace. Accessible tout en se révélant plus corsé dans les niveaux de difficulté plus élevé, il profite en plus de tout un tas d’options de personnalisation que les fans apprécieront. Cependant, si vous ne connaissez pas les Vocaloïds et que les voix électroniques ne sont pas votre passion, ce jeu n’est définitivement pas fait pour vous. Seuls les connaisseurs y trouveront leur compte. L’aspect Tamagotchi ambulant est pourtant accessoire et le gameplay rarement transcendant. Mais l’expérience reste plaisante.

Hatsune Miku : Project Mirai DX

Hatsune Miku : Project Mirai DX

Les plus
  • 48 morceaux
  • Deux façons de jouer
  • Visuel tout mignon
  • Lisibilité exemplaire
  • Création de sa propre chorégraphie
Les moins
  • Mode difficile indisponible au début
  • Eléments de personnalisation purement esthétique
  • Pas de multijoueur sur les chansons
6 10