Hey! PIKMIN

Annoncé dans le courant de l’année dernière via un Nintendo Direct riche en infos, Hey ! PIKMIN a surpris son monde. Il faut dire que jusque là, la licence de Big N s’était cantonnée aux consoles de salon, et à un gameplay en 3D flirtant habilement entre la stratégie et l’aventure, voire même la gestion. Ce nouvel opus, exclusif à la 3DS, propose quant à lui une expérience en 2D beaucoup plus proche de la plateforme, bien que le concept reste globalement le même. Si l’on ne peut pas dire qu’il s’agisse d’un titre particulièrement attendu, puisque c’est plutôt du coté de la Switch que les yeux se tournent cette année, Hey ! PIKMIN semble toutefois fort sympathique sur le papier. Histoire de nous laisser nous en rendre compte comme il se doit, avant sa sortie fixée au 28 juillet, le constructeur nippon publiait il y a quelques jours une démo jouable sur l’eShop, sur laquelle je me suis rué en bon fanboy que je suis.

Je suis certain que beaucoup de joueurs n’ont aucune idée de ce qu’est Pikmin, qui fait rarement le moindre bruit dans l’actualité. Pourtant, la licence de Nintendo, certes récente, faisait partie des incontournables de la Gamecube, idem avec le troisième opus sur Wii U. Pourquoi une telle discrétion dans ce cas ? Difficile à dire, mais si vous voulez mon avis, il s’agit principalement de son concept qui, en dépit du design très coloré et mignon de la série, ne s’adresse pas à tout le monde. Car il faut bien l’avouer, la stratégie et la gestion, bien que relativement basiques dans Pikmin, ne sont pas des notions qui parleront beaucoup aux plus jeunes, qui seront pourtant sans doute les premiers attirés par l’emballage bariolé de chacun des épisodes. Peut-être est-ce dans cette optique que Nintendo a eu l’idée, pas idiote, de porter la licence sur 3DS, en simplifiant au maximum la recette initiale, et en y ajoutant un peu de plateforme.

Pikmin en 2D, la recette du bonheur ?

Hey! PIKMINIl va de soi que porter une licence pareille sur 3DS, en la transposant en 2D, pose quelques problèmes. En premier lieu, c’est tout l’aspect exploration qui risque de disparaître, alors qu’il s’agit de l’un des gros intérêts des opus sur consoles de salon, malgré le format épisodique de leurs aventures. Idem, il y a de gros risques pour que tout l’aspect stratégie / gestion disparaisse, ou soit largement amoindri. Parce que changer de dimension ce n’est pas seulement ajouter de la plateforme à la recette initiale, c’est surtout devoir ajuster cette dernière pour qu’elle colle à cette nouvelle orientation. Et puis, en somme, c’est tout le gameplay qui a de grandes chances d’être simplifié, ce qui n’est pas forcément pour le mieux…

Grand bien lui fasse, Hey! PIKMIN se transpose cependant parfaitement à ce nouveau gameplay en 2D. D’abord parce que, étonnamment, le level design fort réussi semble offrir de multiples chemins à suivre dans chacun des niveaux, le tout offrant somme toute une impression d’aventure plaisante, bien que forcément amoindrie depuis les épisodes en trois dimensions. De même, les secrets à découvrir ne semblent pas manquer, et ne sont parfois pas faciles d’accès. De quoi parer légèrement à une difficulté qui semble, à coté de cela, relativement faible, à l’instar du reste de la série, voire même plus. L’effet 3DS peut-être, une console que beaucoup considèrent destinée aux enfants exclusivement. Bien qu’il en faille toujours assez peu pour tuer un Pikmin.

Hey! PIKMIN ne cassera sans doute pas trois pattes à un bigorneau coté scénario, comme à l’accoutumée, puisqu’en dehors du pitch de départ identique aux épisodes précédents, il ne devrait pas y avoir grand chose à se mettre sous la dent à ce niveau. Une nouvelle fois, une quelconque avarie dans le moteur du vaisseau d’Olimar l’oblige à se poser (ou plutôt à atterrir en catastrophe) sur une planète inconnue qui, comme par miracle, est habitée par les petites créatures de toutes les couleurs qu’il a déjà longuement côtoyé. Un environnement qui, au passage, ressemble fortement à ceux des trois précédents épisodes, avec des couleurs comme s’il en pleuvait, et une végétation ne manquant pas d’être luxuriante en arrière plan. Ces derniers sont d’ailleurs plutôt jolis, idem pour ce qui se passe au premier plan d’ailleurs.

Un gameplay simple mais efficace

Hey! PIKMINS’il faudra bien évidemment gérer avec une certaine minutie notre équipe de Pikmin, qui pourrait vite partir en fumée face à un environnement hostile ou à certains ennemis, comme précédemment, Hey! PIKMIN est toutefois bel et bien dénué de toute dimension stratégique ou tactique. Il faut cependant reconnaître qu’en faire un jeu de plateforme (bien que les véritables phases de plateforme semblent relativement superficielles) était loin d’être une mauvaise idée, puisque l’utilisation des petites créatures colorées s’y accorde très bien. Le but sera toujours de récupérer divers objets afin de permettre au vaisseau spatial du capitaine Olimar de décoller à nouveau, ce qui nécessitera évidemment leur intervention.

Hey! PIKMINAlors que les deux écrans sont utilisés, Olimar se cantonnera toutefois à celui du bas, laissant celui du haut à quelques secrets / bonus, accessibles uniquement grâce aux Pikmin, qu’il faudra balancer en utilisant le stylet (c’est peut-être même la première fois que je me sers du stylet sur 3DS, ce qui sera sans doute le cas de quelques uns d’entre vous j’imagine). Un gameplay qui rappelle beaucoup certains hits de la Nintendo DS, qui couplaient l’utilisation de la croix directionnelle (ici remplacée par le stick analogique) et de l’écran tactile, souvent pour un résultat original mais efficace. Grâce à cela, Hey! PIKMIN réussit à être parfaitement facile d’accès, bien que les plus regardants pourront encore lui reprocher de disposer d’un gameplay manquant pas mal de profondeur.


 

Tandis qu’une bonne partie des licences 2D des années 90 se seront évertuées à se transposer à la 3D, le tout avec une bonne dose de casse au passage, Nintendo aura étrangement fait le choix inverse pour Hey! PIKMIN sur 3DS. Une décision pas anodine, qui avait toutes les chances de dénaturer au moins un peu la recette initiale de la série. Il est toutefois surprenant de constater que Pikmin s’adapte aussi bien à cette nouvelle orientation, bien que la partie plateforme semble un poil superficielle, et que cette itération 3DS abandonne toute notion de stratégie. Reste un jeu qui, de ce que l’on a pu en voir, semble fort sympathique et dépaysant, le tout sans la moindre prise de tête puisque la difficulté n’a pas l’air très élevée. Il ne s’agira très certainement pas d’un hit incontournable, pourtant Hey! PIKMIN pourrait bien être une très bonne surprise, et un moyen fort agréable de patienter jusqu’à l’arrivée de l’énigmatique Pikmin 4.

Hey! PIKMIN

Hey! PIKMIN

Les plus
  • Un concept sympa
  • Plutôt joli
  • Gameplay simple et efficace
Les moins
  • La plateforme un peu superficielle
valeur sûre