Il s’est fait attendre. Little nightmares, ou comment mettre à l’honneur les angoisses infantiles. Le bruit, le silence, les ténèbres, et les grandes personnes… Après une démo qui nous avait alléché, le dernier né du studio Tarsier se livre enfin. Voyons ensemble ce que vaut ce voyage dans le ventre de l’Antre. 

Un monde fait de peur et d’horreur

little nightmare preview

L’un des « géants » que Six doit à tout prix éviter.

Autant se le dire de suite, Little nightmares est un jeu d’horreur, ou d’angoisse plutôt. Après la vision malsaine d’une dame élégante, Six, notre personnage, se réveille dans une valise, dans ce qui semble être la cale d’un bateau. Et rien. Pas de pnj à qui parler, pas de voix off pour nous expliquer ne serait-ce qu’une bride de scénario ou de tutoriel. Tout n’est que bruits,  jeux d’ombre et de lumière.

L’on s’enfonce dans ce bâtiment bien trop grand pour nous, où tout nous est à la fois familier et étonnement étranger. Car la taille est la première chose que l’on remarque. C’est la principale clef du gameplay, autant un atout qu’un handicap. Tout est fait pour que l’on se sente petit, trop petit. Les meubles, aux pieds longs. Les habitants, aux membres disproportionnés. On retrouve en jouant ces peurs qui nous hantaient quand nous étions petits, joliment mises en scène.

La direction artistique renforce efficacement cet effet d’angoisse permanente. Couleurs fades tranchant avec Six et son parka jaune, l’horrible apparence des habitants de l’Antre, boursouflés, disproportionnés… On n’est jamais sûr d’avancer dans la réalité ou dans un cauchemar. Les développeurs ont réussi à rajouter ce qu’il fallait de « bizarrerie » à tout ce que l’on connait. Chaque détail perturbe notre perception pour renforcer ce côté dérangeant, sans jamais aller trop loin.

little nightmares gameplay

Les seules créatures amicales que croisera Six.

Cette ambiance, glauque et stressante, est renforcée par l’absence de musique. Tout ce que l’on entend ce sont des bruits, proches ou lointains, rarement rassurants. Grincements, bruits de viande charcutée, pleurs, et même parfois silences assourdissants… A cela se rajoutent les battements de coeur de Six, qui s’intensifient à la vue d’un danger, faisant en même temps vibrer la manette au rythme du pouls de la petite fille. Rien de tel pour que le joueur s’identifie au personnage et angoisse lui aussi.

Tous ces détails font que le joueur ne ressortira pas indemne de son expérience dans Little Nightmares. Mais l’ambiance ne fait pas tout, et malheureusement, le gameplay n’est pas vraiment à la hauteur.

Un gameplay en retrait

little nightmares chambre

Little Nightmares est avant tout un jeu de plateforme

Car oui, comme dit précédemment, l’ambiance est excellente mais pas assez pour dissimuler les quelques faiblesses du gameplay. Little Nightmares est un jeu en 3D avec une caméra de profil fixe. Le rendu est plus que correct, et rajoute de la profondeur aux pièces que l’on traverse. Il permet en plus d’ajouter quelques énigmes sympathiques. Mais le côté fixe de la caméra entraîne une perte de repère qui rend certains déplacements difficiles, notamment quand il faut faire marcher Six sur une poutre, ou éviter des sangsues fatales.

Ce n’est qu’un petit souci me direz-vous, mais il montre une certaine faiblesse par rapport à l’atmosphère et à l’ambiance quasi parfaites qui déçoit une fois la manette en main. Et cela est renforcé par le fait qu’il n’y a rien à faire à part avancer. Le jeu se révèle être un grand couloir que la petite fille doit traverser afin de sortir de sa prison. Si les premiers tableaux sont surprenants, on finit très vite par connaitre les ficelles du jeu.

Divisé en plusieurs chapitres comprenant entre autres une cuisine sordide et un restaurant révoltant, le jeu est une suite d’énigmes à résoudre pour avancer. Les commandes permettant de résoudre ces problèmes sont simples et peu nombreuses. Et bien que cela apporte une immersion réussie, on ressent une faiblesse quant aux énigmes, pour lesquelles la solution est très rapidement trouvée. Casser un vase, tirer un levier ou courir, c’est quasiment tout ce que peut faire Six. Et si cela contribue au réalisme et à l’impression constante de fragilité du personnage, ça ne contribue pas à la diversité des énigmes rencontrées.

trailer gamescom Little Nightmares

Ne vous faites pas attraper !

Les phases d’infiltration diffèrent un peu. Il faut traverser des salles sans se faire repérer par les géants qui s’y trouvent. Mais rapidement, on remarque que les mouvements des ennemis sont faciles à anticiper et ces épreuves demandent finalement plus de patience que de précision. Il faut aussi ajouter qu’il est possible de s’échapper si l’on a été repéré, et si l’on est assez rapide. Mais les ennemis abandonnent très rapidement pour retourner à leur routine. De ce fait le joueur peut tenter plusieurs fois un même passage jusqu’à trouver la bonne méthode, voire profiter de la fainéantise des ennemis pour avancer.

Pour qui ?

Pour ceux qui aiment les jeux à ambiance: C’est le gros point fort du jeu. Il sait attraper l’attention et le coeur du joueur du début à la fin de l’aventure.

Pour ceux qui ne veulent pas trop se casser la tête : Simple d’accès, très intuitif, n’importe quel joueur peut y trouver son compte et se faire plaisir à arpenter les coursives du vaisseau.

Pour ceux qui ont deux heures à remplir :  C’est la durée de vie d’une aventure. La rejouabilité étant inexistante, il ne reste ensuite que la recherche d’objets (et quelques succès pour les chasseurs) pour rallonger le temps de jeux de quelques heures.

 


Au final, Little Nightmare est plus une expérience à vivre qu’un jeu à part entière. Ce qu’il lui manque en terme de gameplay, il le gagne sur l’ambiance et l’immersion. Rapidement terminé (2 heures pour votre serviteur), il a le mérite d’apporter au joueur un récit nouveau et un univers original. A noter que le scénario nécessite de la réflexion et n’est pas apporté sur un plateau, ce qui est agréable. Arriver à la fin et se repasser l’entièreté de l’aventure dans la tête pour en comprendre les détails est assez rare de nos jours. Pour résumer, sans être un must-have, Little Nightmares sait ce qu’il veut et le fait avec réussite, même si les plus exigeants resteront sur leur faim. 

Test réalisé sur PS4 avec une version fournie par l’éditeur

Little Nightmares

Little Nightmares

Les plus
  • Une ambiance sombre et malsaine extrêmement bien rendue
  • Une jouabilité accessible et intuitive
  • Un univers original et pessimiste, loin des canons du genre
Les moins
  • Une durée de vie trop courte
  • Une répétitivité un peu lassante
  • Une facilité qui rebutera certains
6.5 10