2017 c’est un peu l’année de la joie pour les amateurs de jeux de combat. Il faut dire qu’outre un Tekken 7 particulièrement attendu, et qui aura mis un sacré moment avant de quitter les bornes d’arcade japonaises (pléonasme ?), nous avions notamment droit au très sympathique Injustice 2 en mai dernier, puis à un certain ARMS sur Switch, nouvelle licence made in Nintendo. Street Fighter 2 revenait quant à lui d’entre les morts, si l’on puis dire, avec un remake malheureusement plutôt quelconque. Enfin, longtemps sujet de rumeurs, Marvel vs. Capcom : Infinite a commencé à s’exhiber il y a quelques semaines, avant d’apparaître à l’E3 sans grand bruit. La fin du salon californien fut toutefois l’occasion pour le titre de débarquer sur nos plateformes de téléchargement via une courte démo jouable, qu’en grand fan de baston je me suis empressé de me procurer. Voyons ensemble de quoi a l’air le titre.

Soyons francs, pour une démo jouable, celle de Marvel vs. Capcom : Infinite se révèle particulièrement chiche en contenu, à l’inverse de celle de Prey il y a quelques semaines par exemple. Le fait est qu’en dehors des bases du scénario, qui ne semble clairement pas voler bien haut, et la prise en main de quelques personnages que l’on connaissait déjà, il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent. Et c’est bien malheureux…

 
Gameplay – Marvel Vs Capcom Infinite par CooldownTV

Où est passée la technique ?

Marvel vs. Capcom Infinite

On sort des coups spectaculaires sans s’en rendre compte

En grand amateur de jeux de baston que je suis, je peux vous assurer que j’ai une tendance toute particulière à préférer les titres plutôt techniques, au détriment d’autres beaucoup plus abordables. Ainsi, Mortal Kombat XL m’a totalement conquis, tandis que Tatsunoko vs. Capcom m’a laissé un goût amer dans la bouche, malgré son indéniable petite dose de fun. Toutefois, il existe bien un juste milieu, représenté cette année par Injustice 2, qui réussissait en mai dernier à faire mieux que son prédécesseur, et même plus spectaculaire. Chapeau bas pour une série sortie un peu de nulle part, mais qui a eu la chance de naître de parents pleins de talents, j’ai nommé NetherRealm, ou les mecs derrière chacun des MK sortis depuis l’épisode de 2011.

Bref, revenons-en à nos moutons. Je disais donc : il existe un juste milieu entre la technicité et l’absence totale de technique. Et c’est bien là quelque chose que l’on aurait dû penser à rappeler aux développeurs de ce Marvel vs. Capcom : Infinite, qui se sont un peu plantés de ce coté. Alors que les opus précédents apportaient une dose de challenge bienvenue, due à un gameplay empruntant beaucoup à Street Fighter (licence exigeante s’il en est), depuis Marvel vs. Capcom 3 la série suit une voie totalement différente, direction facilité et répétitivité. Ainsi, la liste de coups n’est guère impressionnante, si ce n’est désolante, et réussit à être plus mince que celle d’Injustice, qui pouvait déjà pas mal déplaire aux fans du genre.

Marvel vs. Capcom Infinite

« l’écran devient vite épileptique » m’voyez ?!

Alors bon, on ne va pas se mentir, si cela touchera les puristes, les néophytes seront sans doute contents de pouvoir sortir des coups spectaculaires sans trop se fouler. Dommage que le titre ne propose pas d’alternative, qui aurait simplement pu être une courte liste supplémentaire de coups un peu plus complexes, par exemple. Heureusement, Infinite perpétue la tradition du spectaculaire, avec un dynamisme certain, et des coups qui fusent dans tous les sens. Aussi, les attaques spéciales se sortent toujours facilement, en appuyant sur deux gâchettes, et l’on obtient très vite assez d’énergie pour en balancer plusieurs à la suite. Autant vous dire que l’écran devient vite épileptique, le résultat se révélant plutôt grisant.

Un emballage générique

L’ennui, c’est qu’à coté de ça Marvel vs. Capcom : Infinite est loin d’être pourvu d’un design aussi génial que celui des précédents volets. Alors que le troisième épisode commençait déjà à s’éloigner du style cartoon, en suivant l’exemple de Tatsunoko vs. Capcom, ce dernier va encore plus loin en proposant un style visuel 3D presque quelconque, si ce n’est carrément banal. Et force est de reconnaître que bien qu’il reste assez spectaculaire, la faute à un déluge d’effets en touts genres, le titre n’a toutefois rien d’impressionnant sur le plan technique. Même le design des combattants n’a rien de bien remarquable, un comble pour un jeu de combat qui mise tout, ou presque, sur son (ses) univers, et donc ses personnages.

Reste donc les prémices d’un scénario, qui ne m’a personnellement pas grandement emballé. Alors oui, je vous vois venir à plusieurs kilomètres, on attend rarement d’un jeu de baston qu’il nous ponde une histoire dingue à s’en retourner la cervelle. Et pourtant, en jetant un œil chez la concurrence, Injustice 2 offre un véritable Comic interactif, et Tekken 7 se révèle particulièrement intéressant, et diablement bien mis en scène. Ici, l’histoire, a l’air de nous narrer un truc que l’on a déjà vu et revu dans bon nombre de films grands publics, avec l’invasion d’une planète par de grands méchants qui vont bien sûr se faire ratatiner par les grands gentils. Heureusement, le caractère des personnages semble être assez fidèle, ça fait au moins un point positif.


 

Quelconque dans son design, mais aussi dans son gameplay, Marvel vs. Capcom Infinite n’aura pas su convaincre dans cette très courte démo. Ce n’est pas son scénario, qui semble très puéril, ou ses graphismes, peu emballants, qui nous feront dire le contraire. Dommage que la série suive la voie de la facilité. Espérons tout de même que les prochaines prises en mains seront plus convaincantes, avant sa sortie en septembre prochain.

Marvel vs Capcom Infinite Ryu Megaman

Marvel vs. Capcom Infinite

Les plus
  • Particulièrement accessible...
  • Du grand spectacle
Les moins
  • ... mais totalement dénué de technique
  • Le design générique
  • Techniquement peu convaincant