Monster Hunter Stories

Si la Switch était à l’honneur lors de l’E3 de cette année, et qu’il faut bien reconnaître qu’elle occupe un espace non négligeable dans l’actualité vidéoludique, Nintendo n’a toutefois pas menti en annonçant que sa petite 3DS n’était pas encore prête à tirer sa révérence. En effet, les jeux continuent de se succéder, et pas seulement les petits, avec notamment Persona Q2, le très attendu Metroid : Samus Returns, ou plus récemment le sympathique Hey! PIKMIN. J’en passe évidemment. La portable aux deux écrans semble donc avoir encore de beaux et longs jours devant elle, pour le plus grand plaisir des nombreux joueurs qui craignaient de la voir disparaître à l’annonce de la Switch, console à la fois portable et de salon. Prochain gros jeu à paraître sur 3DS, une œuvre bien mystérieuse de Capcom, j’ai nommé Monster Hunter Stories.

Je pense que je ne vous apprend pas grand chose en vous disant que Monster Hunter est une série de jeux d’action ponctuée de tactique, dans lesquels le but est de tuer voire de capturer diverses créatures étranges, souvent énormes. Le tout avec une bonne dose de stress, et une complexité non négligeable, ce qui est principalement dû à un gameplay volontairement lourd et exigeant. Monster Hunter Stories n’a, quant à lui, pas grand chose à voir avec ses pairs. En effet, le titre de Capcom est un J-RPG, semblant de prime abord beaucoup plus classique dans sa recette, qui ne reprend finalement à ses aînés que leur contexte et leur bestiaire. Ces derniers jours, Big N publiait une longue démo jouable du titre sur l’eShop de la 3DS, un contenu que je vous invite à télécharger vous aussi avant la sortie du jeu le 8 septembre prochain. Laissez moi vous expliquer pourquoi.

Du Monster Hunter, sans le stress

Monster Hunter Stories

Le monde semble grand, et est vraiment très joli

Avant tout, laissez moi faire une petite parenthèse au sujet de la taille de la démo jouable que nous a gracieusement servie Nintendo. En effet, alors que la coutume veut que ces contenus gratuits soient de simples tours d’horizons très rapides des jeux concernés, souvent d’une trentaine de minutes (voire une petite heure en cas de chance), avec Monster Hunter Stories c’est un peu plus que ça. En effet, cette démo jouable nous présente le début du jeu, nous fait passer par tous les tutoriels possibles, afin de nous montrer toutes les possibilités offertes avant même que l’on se lance complètement dans l’aventure, et pose même les bases du scénario. Le tout, pour un temps de jeu (bizarre d’aborder cet aspect pour une simple démo) qui dépasse les cinq à six heures. Et laissez moi vous dire que c’est énorme, et même que c’est génial.

Monster Hunter Stories est donc un spin-off, un jeu issu du même univers mais n’étant pas rattaché à la série principale, faisant le choix cocasse de passer à du RPG tout ce qu’il y a de plus classique. La recette emprunte d’ailleurs beaucoup à Pokémon, puisqu’il s’agira avant tout de récupérer des œufs de monstres, pour ensuite les faire combattre à nos cotés. Ainsi, oubliez ce que MH vous a appris au fil des années, car cette fois les créatures étranges qui peuplent ce monde coloré ne sont pas vos ennemies… à quelques exceptions près évidemment, sinon ce ne serait pas drôle ! D’ailleurs, dans le village de début du jeu, l’élevage et la capture sont des traditions séculaires, et l’on appelle les monstres les Monsties (savant mélange de monstres et amis). Vous l’aurez compris, le postulat de départ est donc beaucoup moins sérieux que dans les épisodes principaux de la série, il fallait s’y attendre à la vue de son style visuel très mignon, et vraiment très joli. Transposer l’univers de MH dans un bain de pastels était une riche idée.

Monster Hunter Stories

On retrouve le bestiaire de MH que l’on connait bien

Pour autant, l’univers reste très fidèle à ce que l’on connaît, et l’on retrouve notamment notre hutte, composée d’un lit (sauvegarde) et d’un coffre, ou encore le système de missions, et bien évidemment le bestiaire génial de la série. Sauf que cette fois-ci, vous l’aurez compris, il sera question de combattre au tour par tour. Comme dans un Pokémon, une créature de votre équipe (composée de cinq monstres) vous rejoint sur le champ de bataille, la différence c’est que le dresseur (vous) s’y trouve lui aussi. Monster Hunter Stories dispose, pour l’occasion, d’un système d’affinités, partagé en trois. La force, la vitesse et la technique, chacune d’entre elles étant forte face à l’une, et faible face à l’autre. Le gros du système de combat sera donc la déduction, ce qui n’est pas toujours aisé, afin de contrer l’attaque de l’adversaire avec sa faiblesse. Oubliez donc le coté haletant des affrontements en temps réel de MH, ici on est sur quelque chose d’un peu plus lent, et de beaucoup moins stressant. Mais ne vous méprenez pas, le tout ne manque pas de rythme.

 

Un beau petit melting pot

Monster Hunter Stories

Il faudra débusquer des œufs pour faire grossir son équipe

Si ce système de combat semble, de prime abord, relativement superficiel et facile d’accès, très vite on se retrouve à devoir varier ses attaques, et à faire très attention à ce que l’on fait. Le dresseur et les créatures peuvent, en montant de niveau, acquérir de nouvelles capacités, offensives ou défensives, et bien sûr le tout sera de savoir quand utiliser une attaque, et quand se protéger. En somme, c’est encore une fois assez proche de Pokémon, bien que le système d’affinités soit beaucoup plus décisif en combat. Un faux pas, et l’on a vite fait de finir à terre. Afin de rester accessible, le titre propose toutefois trois cœurs en combat, qui permettent au dresseur ou à une créature de ressusciter. Arrivé au bout de ces vies bonus, ce sera le Game Over évidemment. D’où l’importance de switcher de créature, encore une fois comme dans la série de Game Freak. Le titre embarque aussi son lot d’attaques combinées, qu’il sera possible d’effectuer en fonction de son degré d’amitié avec ses monstres, ce qui est symbolisé par une simple jauge montant assez vite en combat.

Cette fois-ci, pas question de capturer des créatures comme dans Pokémon ou dans Shin Megami Tensei, puisque l’on ira directement les cueillir au berceau en récupérant des œufs dans les nids. Ceux-ci sont placés aléatoirement sur la grande carte du jeu, et peuvent receler toutes sortes de créatures diverses, c’est au petit bonheur la chance. Les nids abritant des œufs rares sont toutefois symbolisés par un aspect doré, et seront bien sûr gardés par des créatures très puissantes. Un peu comme dans la série principale en somme. Il faudra ensuite s’occuper de les faire éclore, simplement en tapant dessus sur l’écran tactile, et de gérer son équipe. On acquiert d’ailleurs vite un très grand nombre de créatures, et il devient assez difficile de choisir lesquelles devront rejoindre notre team. Cela demande bien sûr un minimum de réflexion, histoire de pouvoir parer à un maximum de possibilités.

Monster Hunter Stories

On peut même monter nos créatures

En dehors de ça, cette démo nous a permis d’explorer une grande et belle étendue de plaine, ainsi que quelques grottes, le tout avec la possibilité de monter nos créatures pour aller plus vite, ou pour accéder à des lieux cachés. Et il faut bien le reconnaître, que l’on soit fan ou non de la série, chevaucher ces monstres c’est le pied. Il sera aussi, bien évidemment, question de ramasser diverses ressources, utilisables ensuite pour crafter des potions, armures ou armes, comme avant. On retrouve ce bon vieux forgeron, l’ami des guerriers, et les possibilités dans son échoppe semblent aussi variées et complètes que par le passé. Couplé avec un monde qui semble plutôt vaste, le grand nombre de créatures à découvrir, et les nombreuses quêtes annexes, il y a fort à parier que le titre nous tienne en haleine plusieurs dizaines d’heures. Dommage que le scénario semble aussi convenu, m’enfin on ne peut pas gagner à tous les coups.


 

Resté plutôt discret par chez nous, Monster Hunter Stories semble pourtant avoir énormément à offrir. Cette très longue démo jouable, que je vous conseille vivement d’essayer à votre tour, nous en apprend beaucoup, de quoi donner l’eau à la bouche mille fois mieux qu’un simple trailer. Fort complet, le titre bénéficie d’une réalisation de haute volée et d’un univers riche, enchaînant les bonnes idée et les hommages à la série principale. Reste à savoir si son système de combat et son scénario ne se révéleront pas redondants à la longue. En tout cas, après ces quelques heures de jeu, difficile de ne pas sortir complètement conquis. À n’en point douter, MH Stories figurera dans les meilleurs jeux de l’année sur Nintendo 3DS.

 

L’éditeur ayant distribué très peu d’images du jeu, cet article en contient lui aussi un faible nombre.

Monster Hunter Stories

Monster Hunter Stories

Les plus
  • Fun immédiatement
  • Ultra complet
  • L'univers ultra riche
  • Une réalisation du tonnerre
Les moins
  • Le scénario très convenu
  • Les combats risquent de devenir redondants
valeur sûre