Need For Speed test
Dans le grand bain des remises à neuf de licences vieillissantes, il est des titres que l’on attend plus que d’autres. Difficile d’avouer que Need For Speed fait partie des premiers. Tels des amoureux déçus, les joueurs n’attendent plus grand-chose de la licence de courses automobiles de Electronic Arts. Et pourtant… pourtant l’éditeur historique de l’une des plus fameuses saga de courses d’arcade a su communiquer habilement sur son dernier bébé. Alors ce reboot sobrement intitulé Need For Speed a-t-il ce qu’il faut pour opérer la tabula rasa dont la série a cruellement besoin ?

Il serait exagéré d’apposer une critique simpliste aux épisodes les plus récents de Need For Speed. Electronic Arts n’a pas chômé pour offrir à ses fans des jeux de courses à la qualité correcte. L’inconvénient, c’est qu’aucun n’avait le charme des opus les plus inoubliables de la série : Underground et sa suite directe. 12 ans déjà. C’est précisément dans cette veine urbaine propre au début des années 2000 que s’inscrit ce Need For Speed nouveau.

L’entreprise est confiée à Ghost Games, s’étant déjà occupé du précédent opus Rivals. Le pari, hautement risqué, de piocher parmi de vieilles recettes pour redorer le lustre d’une série au succès passé est-il respecté ?


Need For Speed Official Launch Trailer par CooldownTV

Need For Speed test

Rarement il aura été aussi facile de qualifier la partie graphique d’un jeu de courses. Photoréaliste. Le mot vient tout seul à la bouche à peine la partie lancée. Ghost Games a effectué un travail d’orfèvre pour parer son dernier jeu des plus beaux atours. Bien que forcément aidé dans son oeuvre par un environnement exclusivement nocturne, il faut reconnaître au studio suédois une propension au superbe. Les effets de lumière donneront à vos courses une teinte que ne renierait pas Drive de Nicolas Winding Refn. Propre jusque dans ses moindres détails, Need For Speed pavane son bagage graphique comme traînée de fumée au départ d’une course de rue.

Difficile d’être aussi enthousiaste concernant la partie sonore du soft. Si la musique est avant tout une histoire de goûts, on regrettera une faible diversité au niveau des genres, et une surreprésentation de titres Dubstep assez peu inspirés. Si c’est là tout le cachet qu’accorde Ghost Games au monde urbain, on s’inquiète un petit peu de la crédibilité du studio pour l’avenir. Fermons la parenthèse. Le principal dans un jeu de course étant le ronronnement des moteurs, on saluera davantage l’expertise des développeurs dans ce domaine. Très agréables à l’oreille, les différents bruits propres aux cylindrées sont parfaitement retranscrits en jeu.

Need For Speed test

Mais à quoi bon cette belle peinture si elle servait un contenu pataud ? Fort heureusement, Ghost Games a pris le temps de soigner le fond autant que la forme. Il suffit de s’attarder un moment sur les nombreuses cinématiques (en images réelles), qui parsèment votre aventure et démontrent les efforts du studio suédois en terme de scénarisation.

Need For Speed

Quoi de mieux qu’une histoire d’ascenseur social pour motiver le joueur et inciter à l’identification ? Dans Need For Speed, vous incarnez un rookie de la route, un wannabe fou du volant de Ventura Bay. Votre objectif ? Attirer l’attention de Magnus Walker, Nakai-san, Ken Block, Morohoshi-san et le groupe des Risky Devils. Tous de véritables personnalités de la course urbaine. Dans votre entreprise, vous serez aidés par votre crew. Des apprentis pilotes qui, comme vous, désirent la gloire et la reconnaissance de leurs pairs.

À vous ensuite de graver votre nom avec la gomme de vos pneus sur l’asphalte. Need For Speed propose un système de niveaux pas trop mal fichu, représenté par la réputation. Pour gagner des points de réputation, il vous faut évidemment faire la course. Mais pas que. L’une des nouveautés de cet opus, c’est la possibilité d’aborder le jeu d’après cinq styles de conduite. La réalité est bien plus nuancée. En fait, lors que vous roulez à toute blinde, vous gagnez des points de Style, lorsque vous tunnez votre véhicule, des points de Customisation. Ajoutez les points de Crew lorsque vous organisez un balai avec vos compagnons en driftant, et les indispensables points de Hors-la-loi lorsque vous jouez au chat et à la souris avec les policiers, et vous aurez le panel des compétences au complet. Finalement, ces catégories n’ont qu’une seule et unique finalité : vous faire gagner des points de réputation. Les épreuves ne sont d’ailleurs pas bien variées. Entre les courses classiques, le contre-la-montre, le sprint ou les courses de drift, les plus exigeants n’auront que peu de choses à se mettre sous la dent. Malgré tout, la possibilité de lancer un défi à un autre joueur à la volée lors que vous le croisez reste une belle idée.

Côté personnalisation, que vaut ce Need For Speed nouveau ? Alors que Underground en avait fait sa spécialité, il serait mal calculé de la part de cette nouvelle itération de ne pas s’en inspirer. Fort heureusement, ce volet est des plus satisfaisant. Malgré le petit nombre de véhicules disponibles (51, contre 450 dans un Forza 6), l’opportunité de faire de chacun d’entre eux un bolide absolument unique est bien présente. Vous pouvez à peu près tout modifier dans l’allure de votre voiture. Becquets, stickers, jantes et autres joyeusetés sont évidemment de la partie. Aucune limite ne s’oppose à votre créativité. Si vous voulez, vous pouvez. La preuve ? Vous pouvez très bien vous pavaner au volant d’une BMW recouverte intégralement de stickers de chats. Classe absolue. La partie technique est par contre assez réduite. Vous pourrez sommairement modifier le comportement de votre véhicule (plus de grip / plus de facilité à drifter), et changer les pièces sous le capot pour doper vos performances. N’oublions pas que Need For Speed est un jeu résolument arcade. Il n’a pas la vocation d’un Project Cars pour ce qui est des réglages fins.


Need For Speed est-il un bon jeu ? La réponse est oui. S’inscrivant pile-poil dans le segment monopolisé actuellement par The Crewet dans une moindre mesure DriveClub, le nouveau jeu de Electronic Arts fait mouche. Doté d’un contenu très correct mais peu varié, Need For Speed conviendra davantage aux joueurs privilégiant les petites sessions de jeu. Grâce à un fun immédiat et à une prise en main irréprochable, la proposition de Ghost Games a tout l’air d’un reboot réussi. Espérons que les prochains épisodes ne sortent pas trop des nouveaux rails que la série s’est offert.

Need For Speed

Need For Speed

Les plus
  • Fun instantané
  • Diablement beau
  • Personnalisation poussée
  • Scénarisation sympa
  • Défier d'autres joueurs à la volée
Les moins
  • Un open-world très vide
  • Peu de véhicules
  • Épreuves peu inspirées
  • La bande son pas très variée
7.5 10