/ 2 Commentaires

NieR : Automata démo preview 2B

Hier est sortie la démo gratuite de NieR : Automata qui permet de tester son système de combat et d’avoir un aperçu de l’ambiance et du scénario du jeu final. Une première plongée que nous vous expliquons ici.

Développé par Platinum Games, le studio papa de Bayonetta, le titre est la suite de NieR, un action-RPG passé un peu trop inaperçu sur PS3 en 2010 malgré des pointes d’originalité, un scénario aux petits oignons et une génialissime BO. Sa suite, NieR : Automata, n’est pas le projet du studio Cavia, bien que les têtes du projet les plus importantes sont de retour (Taro Yoko et Keiichi Okabe). Le nouveau studio, habitué aux jeux assez déjantés, a l’air de peaufiner le gameplay pour en faire une nouvelle licence action-RPG. Avec cette orientation, sortir une démo (gratuite) est pertinent : les joueurs peuvent tester le système de combat et y adhérer. Si le jeu vous intéresse, évidemment que vous allez télécharger cette démo qui ne prend pas de place ni d’argent dans le porte-monnaie. L’objectif avoué de cette preview c’est d’intéresser les autres joueurs et de leur démontrer que ce qu’ils ont là, c’est un peu plus qu’un simple action-RPG assez cool mais pas transcendant.


NieR : Automata – PSX 2016 Trailer par CooldownTV

 

L’évolution façon Platinum Games du gameplay de NieR

En une heure de walkthrough, la démo laisse quand même le temps de tester le gameplay de manière assez exhaustive. Le joueur contrôle 2B, l’héroïne, à la recherche d’une arme de type « Goliath » construite par les robots dans une usine désaffectée. Dans son exploration des lieux elle rencontre plusieurs types de robots, adeptes des attaques frontales ou à distance, et un boss titanesque aperçu dans le dernier trailer ci-dessus.

Ce que l’on remarque au premier abord et ce n’est pas une surprise, c’est que le gameplay des combats est certes simple mais maîtrisé. L’androïde bénéficie de plusieurs types d’armes qu’elle utilise pour lancer des attaques normales ou puissantes. Son « pod », qui vient remplacer l’attachant Grimoire Weiss du premier jeu, permet de lancer des rafales de tirs lazer à distance sur les ennemis et bénéficie lui aussi d’un tir plus puissant mais à l’utilisation limitée. Comme dans Bayonetta l’avatar doit appuyer au bon moment pour esquiver les attaques ennemies ; les yeux des opposants brillent d’une couleur rouge pour indiquer au joueur le bon timing. Les mouvements de 2B sont fluides et ses attaques ont l’air dévastatrices. C’est grâce au travail sur les feedbacks, qui me fait dire que les développeurs avaient hâte de montrer le fruit de leur dur labeur, particulièrement esthétique. Les explosions des ennemis sont de toute beauté tout comme le résultat des attaque de 2B.

NieR avait pour particularité d’ajouter des éléments de shoot’em up et des phases en 2D  à son gameplay beat’em all. On les retrouve dans cette démo avec les attaques à distance ennemies. Lors du combat de boss, le joueur a le droit à une très brève phase de pur shoot’em up avec 2B au contrôle d’un mécha volant. Quelques combats se font également dans des plans en 2D. On sent alors l’hommage au premier jeu : celui-ci expliquait le cadrage 2D par l’exiguïté de certains environnements, ce qui évitait une caméra à la ramasse. Allier l’hommage méta à l’utilité pratique en somme. Platinum Games l’a bien compris en reprenant ces choix de réalisation.

Grâce à cette simplicité, le gameplay de NieR : Automata fait un sans faute, mais on peut également voir ça comme un défaut. Si la licence tend à devenir une référence dans l’action-RPG ou le beat’em all, il lui reste à imposer une nouvelle mécanique dans le genre comme avait pu le faire Bayonetta avec son système d’esquive qui arrête le temps quelques instants. Il ne s’agit que d’une courte démo, alors peut-être que le gameplay de NieR : Automata n’a pas montré tout son potentiel, mais si ce n’est pas le cas ce n’est point grave, car dans NieR au départ ce n’est pas vraiment le plus important…

Le premier Nier avec de vrais beaux graphismes

NieR avec des robots

NieR : Automata a beau se passer des millénaires après l’histoire du premier opus, cela n’a pas empêché le studio de respecter un cahier des charges assez stricte pour faire sentir une continuité. Si le gameplay témoigne d’une réelle évolution, le reste de la démo tend à montrer la pure reprise visuelle, sonore et scénaristique de ce qu’était NieR. Sur le plan visuel, Platinum Games a repris les bandes transparentes lors des cut-scenes et l’aspect des antagonistes rappelle beaucoup le design du personnage d’Emil. Sur le plan de la musique, les deux ou trois morceaux audibles dans cette démo sont très similaires aux compositions du premier jeu notamment « Emil’s Sacrifice ». Le compositeur Keiichi Okabe a ajouté des sonorités à connotations « industrielles » pour coller à l’arrivée de NieR dans l’ère robotique.

C’est surtout au niveau scénaristique que cette démo fait plaisir. Si elle consiste en une banale mission au premier abord, il faut déjà noter la gentillesse d’en faire l’objet de toute la démo là où un cliffhanger aurait pu être privilégié pour bien frustrer de futurs acheteurs. Mais non, le scénario de la démo est travaillé au point de donner lieu à son lot de drames et d’esquisser les grands thèmes du titre final. Et si vous n’avez pas joué à la démo, je ne vous dirai que ça pour ne pas vous gâcher la surprise. Faisant intervenir de simples automates dans le rôle de protagonistes NieR : Automata risque de traiter des thématiques science-fictionnelles à la manière d’un Blade Runner. Des thèmes qui sont également réminiscents du premier opus…

NieR : Automata démo cut-scene


Cette démo a beau se concentrer sur le gameplay, la fidélité à NieR se fait sentir et c’est la meilleure pub qu’on aurait pu me faire, à mon humble avis. Qu’est-ce que ça veut dire ? Un action-RPG efficace, plus efficace d’ailleurs que son aîné grâce au savoir-faire de Platinum Games, et un scénario approfondi par des thématiques science-fictionnelles. Même si je n’avais pas d’appréhension, cette unique heure de jeu rassure sur un titre travaillé sur ses dimensions ludique et scénaristique. Un AA qui devrait mériter le détour et un NieR 2.0 qui ferait honneur à son aîné.

NieR Automata

NieR Automata

Les plus
  • Une bande originale fidèle
  • Une scénarisation complète...
  • La direction artistique robotisée
  • Un gameplay simpliste mais maîtrisé et jouissif
Les moins
  • Un manque de spectaculaire dans les cut-scenes
  • ... pour une trop courte mission
valeur sûre