Activision a décidé d’opérer un véritable retour aux sources avec sa saga phare Call of Duty. En découle donc le futur WWII, prochain opus de la licence qui place son action durant la Seconde Guerre Mondiale comme son sous-titre l’indique très clairement. L’éditeur n’a bien sûr pas manqué le salon de la Paris Games Week 2017 pour montrer aux joueurs les innovations du jeu. C’est à cette occasion que nous avons donc pu y jouer et nous vous livrons nos impressions.

Qu’il est difficile de parler d’un opus Call of Duty sans s’attirer les foudres de certaines personnes. Conspuer par beaucoup, élever au rang de Graal vidéoludique par d’autres (et oui il n’y a qu’à voir les ventes des jeux), la licence divise et ce n’est pas ce nouvel épisode qui va régler la situation. Après avoir un petit tour dans le futur et inventer diverses technologies de guerre révolutionnaires, Activision revient aux fondamentaux avec un conflit bien connu des joueurs : la Seconde Guerre Mondiale. Théâtre des premiers Call of, l’éditeur américain compte bien regagner le coeur des joueurs qui ont déserté la licence. Coup de pub bien organisé ou véritable renaissance ? C’est ce que nous allons tâcher d’expliquer dans cette preview.

Sir, yes sir !

Call of Duty - WWII - GameplayLa session de jeu a laquelle nous avons pu participer fût assez rapide. En effet, certainement afin de pallier à l’affluence importante de personnes venues tester le jeu, les organisateurs ont mis les bouchées doubles afin d’accélérer au maximum la cadence. Ainsi, les joueurs ont eu le droit à un briefing pour le coup très militaire mettant au clair les choses : 30 secondes pour créer sa classe et obligation de ranger son téléphone pour ne prendre aucune photo ni vidéo. Malgré un temps très limité donc, la création de sa classe reste finalement très classique et conforme aux épisodes précédents. Bien évidemment, armes et accessoires proviennent de la période 39-45 mais le fonctionnement reste le même. Les joueurs choisissent donc une arme principal et une secondaire avec leurs accessoires, des équipements divers (grenades, mines,…) et les éternelles compétences qui se débloquent en fonction du nombre de kills effectués.

Après ce bref aperçu, il est temps de parler du jeu en lui-même. En huit contre huit, la partie proposée était un classique Team Deathmatch sur la carte Carentan. Pour rappel, celle-ci fera partie d’un DLC et sera donc non intégrée au jeu de base. Activision se sert de la PGW pour promouvoir une carte visiblement terminée mais qui sortira tout de même en DLC, un marketing qui ressemblerait presque à une mauvaise blague. Passé cette digression, la map est donc conforme à la licence Call of Duty : assez petite, jonchée de bâtiments en ruine et de zones extérieures à découvert. Le level-design fonctionne plutôt bien notamment en liant certaines maisons entre elles par le biais de simples trous dans les murs. Il est ainsi possible de surprendre ses adversaires assez facilement en passant par les recoins de la map.

Du gameplay plus « réaliste »

Call of Duty - WWII - CarentanC’est un point qui avait été oublié avec le temps et qui a frustré pas mal de joueurs. Avec les épisodes se déroulant dans le futur, le gameplay de Call of Duty était devenu quelques peu fantaisiste. WWII remédie donc à cela en proposant quelque chose de plus « réaliste ». Finis donc les sauts de 3 mètres de haut ainsi que les wall-jump qui apportaient une dimension verticale aux parties. Call of Duty : WWII remet les pieds sur terre pour le plus grand bonheur des joueurs. Les personnages sont donc plus lents qu’avant et retrouvent une dimension plus humaine. Sauter du première étage d’une maison infligera de nouveau des dommages par exemple.

Au niveau de l’armement, comme dit précédemment on retrouve les grands classiques de ce conflit. M1 Garand, MP-40 ou encore Stielhandgranate feront partis de l’arsenal du jeu. Néanmoins, en jeu, on a un peu l’impression de tirer avec des armes de paint-ball. En effet, malgré un sound-design assez séduisant, le fait qu’il y est ce petit bruit particulier à l’impact des adversaires rend l’immersion moins intense et réduit cette sensation de réalisme voulue par le contexte. On ne peut malheureusement pas jugé de la quantité d’armes présentes dans le jeu étant donné le peu de temps passé sur le titre.

Un petit retard technologique ?

On en vient maintenant à la question technique du titre. Cela fait maintenant plusieurs années que Call of Duty accuse un certain retard technologique. Ce n’est malheureusement pas avec cette nouvelle monture que les développeurs vont égaler la concurrence. On ne peut décemment pas passer à côté d’une comparaison avec Battlefield 1 qui est visuellement plus abouti. Attention néanmoins, le jeu n’est pas moche et certains effets sont agréables à regarder mais WWII ne proposera certainement pas des graphismes à tomber. Le sound-design rattrape quelque peu les choses avec des sons bien retranscrits comme celui des grenades par ne citer que celui-là.

Call of duty WWII - Stand PGW 2017

Petit aperçu du stand Call of Duty de la PGW 2017


Classique, c’est un mot utilisé beaucoup de fois dans cette preview et qui représente bien ce nouveau Call of Duty. En effet, la session de jeu présentée n’a clairement pas bousculé les habitudes des joueurs et ne présage pas de gros changements dans ce nouvel opus. Malgré tout, le conflit de la Seconde Guerre Mondiale a une saveur toute particulière et apporte vraiment un vent de fraîcheur à ce nouvel opus. Reste que techniquement, on est loin de la concurrence (coucou Battlefield 1) et on ne peut qu’espérer un solo à la hauteur des espérances. 

Call of Duty WWII

Call of Duty : WWII

Les plus
  • Les fans se retrouveront aisément
  • Un gameplay plus réaliste qu'avant
  • Un armement qui semble assez complet.....
  • Des parties très arcades qui s'enchaînent assez vite
  • Un sound-design soigné
Les moins
  • Finalement un Call of Duty très classique
  • Techniquement en retard face à la concurrence
  • ....Malgré un petit côté armes factices