A l’aube de la célébration des 20 ans de l’existence de la franchise Pokémon, Nintendo sortait un nouvel épisode du plus célèbre des spin-off de la saga : Pokémon Méga Donjon Mystère. Après un premier portage sur 3DS jugé décevant par les fans, car beaucoup trop simplifié notamment, les développeurs ont annoncé en avoir tiré des leçons et être revenus aux fondamentaux de la série. Tentons de voir si ces derniers ont bel et bien tenu parole…
 

QU’EST-CE QU’UN POKEMON DONJON MYSTERE :

Le tout premier Donjon Mystère, sorti sur GBA

Tout le monde ou presque connait la série traditionnelle des jeux Pokémon. Celle des Donjon Mystère est un peu plus en retrait, et ne ressemble en rien à son ainée.
PDM premier du nom est apparu sur Game Boy Advance en 2006, après la sortie de Pokémon Rouge-feu et Vert-feuille. Il s’agissait d’étendre à l’époque la franchise afin de sortir des jeux sous licence Pokémon afin de rappeler son existence aux joueurs tout en les faisant patienter pour la 4è génération en cours de développement. De nombreux jeux sont ainsi sortis depuis le tout premier Pokémon en 1998, mais tous ou presque ont déçu. Seul Pokémon Donjon Mystère est ainsi parvenu à sortir du lot en proposant un gameplay très différent mais tout aussi complet que le jeu de base.

Exit ici la capture et l’élevage de bestioles, pour faire place à un véritable Dungeon-RPG. Ce style particulier de RPG fait la part belle, comme son nom l’indique, aux donjons et plus particulièrement à l’exploration de véritables labyrinthes répartis sur d’innombrables étages. Nintendo a parfaitement réussi l’intégration de la franchise au sein de ce genre très prisé au Japon, en reprenant à la fois des mécaniques de jeu très old-school et en y intégrant tout l’univers propre à Pokemon.

Dans ce spin-off, il s’agit donc de guider une équipe de Pokémon spécialisée dans le sauvetage de ses congénères à travers des donjons tous plus longs et difficiles les uns que les autres. Comme dans un vrai RPG, les Pokémons que l’on incarne montent de level, augmentant ainsi leurs statistiques et gagnant de nouvelles attaques au fur et à mesure. On retrouve également le système d’évolution qui a fait tout le charme de Pokémon.
Hormis cela, l’escouade de sauveteurs que l’on incarne se déplace au tour par tour dans le dédale des donjons, passant son temps à affronter d’autres Pokémon rôdeurs et à ramasser par-ci par-là des objets tombés au sol, jusqu’à trouver les escaliers qui mèneront au prochain étage. Si les premiers donjons sont toujours rapides à explorer, ils finissent par posséder près d’une centaine d’étages à traverser… de quoi occuper un bon moment.
D’autant que les Pokémon Donjon Mystère ne sont pas, comparé à ce que l’on pourrait penser au premier regard, des jeux si abordables que cela. La stratégie y est en effet extrêmement importante, que ce soit pour le placement des Pokémon ou encore le choix des techniques employées (selon que l’on désire faire face à son adversaire au corps-à-corps ou à distance, suivant l’attaque lancée).

Chaque épisode de Donjon mystère repose sur ce système de gameplay particulier, et ce dernier opus ne déroge pas à la règle. Il n’apporte au final, comme nous allons le voir, que quelques petites touches à droite et à gauche, mais qui s’avèrent d’ingénieuses idées venant renforcer la série et retrouver tout l’allant du premier épisode, jusqu’à ce jour considéré comme le meilleur.

 

UNE TRAME PLUTOT CAPTIVANTE :

Neitram

Nous ne dévoilerons pas ici l’intrigue principale. Il vaut mieux en effet que le joueur la découvre de lui-même et se laisse entrainer par le scénario, qui, il faut bien l’admettre possède des côtés très enfantins, mais est en même temps tout à fait captivant.
En effet, les dialogues sont de prime abord très bateaux, pas très recherchés. Logique quand on découvre que les Pokémons que l’on incarne ou suit sont principalement des enfants. Ils parlent et se comportent donc comme tel. Néanmoins cela peut être très surprenant, voire rebutant pour une personne habituée à des jeux plus mâtures. L’erreur serait alors de croire que ce Pokémon est destiné exclusivement à une tranche d’âge assez jeune. En fait, l’histoire de fond est finalement bien plus complexe qu’elle ne parait au départ, et s’arrêter sur ces quelques dialogues un peu enfantins (notamment lors des scènes dans la classe) serait une erreur.

De la trame, nous dirons alors simplement que ce Donjon Mystère nous entraine une fois de plus dans un univers peuplé uniquement de Pokémon.
Le personnage principal se réveille un beau jour dans la peau de l’une de ces créatures en se demandant bien ce qu’il lui arrive. Il est très rapidement traqué par des Neitram semble-t-il venus de très loin, et il n’a d’autre choix que de se réfugier chez Pifeuil, un villageois de Bourg Tranquille qui le recueille comme son propre enfant.
S’il a pleinement conscience d’être un humain, il sera le seul de cette aventure. Chaque personnage croisé est un Pokémon, et plusieurs allusions au cours de l’histoire font référence à l’existence des êtres humains, mais plus comme une légende qu’une réalité. C’est d’ailleurs pour cette raison que notre protagoniste aura toutes les peines du monde à se faire croire des autres.

Choix du pokémon
Nous apparaissons donc dans un monde uniquement peuplé de Pokémon, et notre première tâche en lançant le jeu est de constituer son équipe de secouristes de départ en répondant à un questionnaire. Ce dernier, déjà présent dans les opus précédents, a pour but de déterminer, selon les réponses fournies, le caractère du Pokémon qui nous ressemble le plus. Toutefois, et cela est une nouveauté, il est désormais tout à fait possible d’ignorer la créature proposée et choisir soi-même le Pokémon désiré parmi une liste assez impressionnante, regroupant absolument tous les Starters de chaque génération, ainsi que quelques autres Pokémon (comme Pikachu bien entendu).

Même si l’on semble donc se réincarner dans un Pokémon pour vivre au milieu de ces derniers, quelques points nous rappellent une certaine complicité avec les êtres humains.
En effet, ceux-ci se comprennent tous entre eux, et nous comprennent surtout nous, comme si le langage était chose universelle.
Outre leur langue parlée, ce sont surtout leurs attitudes qui font le lien avec les Hommes. Les développeurs, non dénués d’humour, ont créé des personnages très caricaturaux et donc attachants qui rappelleront immédiatement à chacun de quel « type » ils ont été inspirés. Citons par exemple Lombre qui est affublé d’un accent mexicain très prononcé et reconnaissable entre tous, ou encore Mégapagos, le stéréotype du gentil papi profitant de sa retraite et pas très pressé appelé communément aussi « la vieille tortue ».

Avant que le jeu à proprement parler ne se lance comme un traditionnel Donjon Mystère, nous avons déjà droit à un long, très long tutoriel, qui s’inscrit directement dans le scénario. Ce dernier nous permet de découvrir progressivement toutes les subtilités du jeu, tout en introduisant les personnages importants qui vont soit nous entourer, soit nous accompagner. Il faut ainsi se coltiner plusieurs chapitres se déroulant à l’école du village, où les professeurs nous apprennent toutes les ficelles des missions de sauvetage.
Toutefois, ce nouveau Donjon Mystère ne regorge pas d’innombrables nouveautés en matière de gameplay, ce qui fait que les habitués de la série trouveront sans doute cette phase initiale un peu (beaucoup?) trop longue, pour ne pas dire inutile.

Là encore, ce serait une erreur de juger ce jeu uniquement sur son début, car une fois le tutoriel terminé (au bout de plusieurs heures tout de même !), la phase de quêtes habituelle débute, nous lançant enfin pleinement dans le coeur de l’histoire…

L'école 2016-011
 

UN SYSTEME DE QUETE APPROFONDI ET AMELIORE :

2016-012

Au bout d’un moment, fort heureusemen, le pokémon que l’on incarne ainsi que son ami deviennent des Apprentis Explorateurs. A partir de cet instant, on peut considérer que l’intérêt du jeu débute véritablement.
Comme dans les opus précédents, il vous sera donc possible de réaliser une exploration de donjon par jour. Une fois encore, tout ceci est scénarisé puisque dans l’histoire il s’agit de partir fièrement à l’aventure juste après le retentissement de la cloche signifiant la fin de la journée de cours. Mais contrairement aux autres jeux, il n’est ici plus véritablement question de missions de sauvetage officielles que l’on reçoit via sa boite aux lettres. On parlera plutôt de quêtes, qui peuvent être de toutes sortes.

Les quêtes se réalisent toujours avec une équipe composée de 3 membres. Là où il y a toutefois une grosse nouveauté, c’est dans le choix du 3è pokémon qui nous accompagne dorénavant. Lorsque l’on mène à bien une quête, il est possible de lier à nous le pokémon qui nous avait proposé cette dernière : c’est ce qu’on appelle « la connexion« . Grâce à un objet tout nouveau nommé l’Orbe des liens, les créatures pour qui l’on réussit ces quêtes nous font alors rencontrer d’autres pokémons qui à leur tour proposent des quêtes, tissant ainsi au fur et à mesure un véritable réseau composé comme une toile d’araignée géante.
Une fois un nombre conséquent de Pokémon débloqués, le joueur peut décider lequel emmener avec lui, selon la caractéristique du donjon à explorer. Ce 3è membre dispose toutefois d’un level souvent bien supérieur à nos 2 amis de base (par exemple Drattak), ce qui tend à déséquilibrer l’aventure et les combats dans les donjons. Ne pas les faire aussi « cheatés » aurait sans aucun doute été préférable.

Le réseau s'étend
La composition de l’équipe en elle-meme lors d’une exploration est assez libre, et il est possible d’enregistrer jusqu’à 5 équipes différentes présélectionnées. D’autant que rien ne vous oblige à conserver votre pokémon initial en tant que leader, ou même tout simplement dans votre composition. Cependant, certains pokémons fatigués ou blessés auront besoin de se reposer entre les missions, nous obligeant ainsi à faire un roulement entre les différents Pokémons connectés.

2016-015 2016-014
 

EXPLORATION ET COMBATS :

2016-016

Exploration et combats sont les deux mots majeurs d’un Donjon Mystère.

Chaque quête que l’on doit réaliser nous entraine dans le coeur d’un donjon. Ces derniers, bien que générés aléatoirement, sont toujours composés de la même manière, à savoir des salles plus ou moins grandes disséminées ça et là, reliées par d’étroits couloirs, et ce réparti sur différents étages accessibles via des escaliers. Le but étant de rejoindre le plus vite possible l’objet ou le pokémon perdu, il s’agit de trouver sans tarder ces dits escaliers pour passer à l’étage suivant, quitte à ne pas tout explorer. Car si les premiers donjons sont très faciles à terminer, la musique ne sera plus la même lorsque vous devrez monter pas loin d’une centaine d’étages ! Fort heureusement, il vous sera désormais possible de sauvegarder votre progression en achetant et utilisant des « enregistreurs« . Cette ingénieuse petite trouvaille se pose directement sur le sol dans un donjon, vous permettant de reprendre votre route à cet endroit en cas de KO par exemple.

Au gré de ces nombreux étages à gravir, on rencontre bien entendu des objets, qu’il est possible de ramasser dans la mesure de l’espace disponible dans notre sac, mais aussi et surtout des pokémons hostiles qui nous barrent le passage.
Un combat, l’autre terme clé de ce jeu, se lance alors. Ces derniers ne changent guère non plus des opus précédents : on retrouve le même système de lancé d’attaques au tour par tour, et d’importance de positionnement des créatures. Sur ce point, pas de changement : il faut toujours faire face à son ennemi, et opérer le bon choix d’emploi de technique, au corps-à-corps ou à distance, selon le type de pokémon que l’on affronte. Comme dans la saga dite classique, le type d’un pokémon influe sur l’efficacité des attaques. Cependant, ici, nous n’avons pas accès au nombre de points de vie des ennemis, obligeant ainsi à faire preuve de plus d’attention.

Dans Pokémon Donjon Mystère, on ne contrôle véritablement que le leader de son équipe. Les autres, eux, se déplacent et agissent librement. Il est tout à fait possible de définir une attitude globale pour ces derniers, via le Meeting Tactique, en donnant l’ordre par exemple de « suivre le meneur », ou au contraire d’attaquer tout ce qui bouge avec l’ordre « A l’attaque ! », mais au final ils sont seuls juges de leurs mouvements et emplois de techniques.

Donjon
Tous les Pokémon disposent de 4 techniques, et peuvent en apprendre de nouvelles au fil de leur montée en niveau, une fois encore comme dans la série originelle. Une nouveauté toutefois, avec l’apparition de la progression de ces attaques. En effet, plus une technique est utilisée en donjon, plus elle va monter elle aussi en niveau et donc gagner en puissance, en PP ou encore en précision. C’est un nouvel aspect stratégique très intéressant, puisqu’il va falloir désormais anticiper l’emploi des techniques, afin de se demander lesquelles valent le coup d’être montées et donc « spamées » lors des combats, et lesquelles au contraire délaisser en vue de les changer par d’autres plus fortes qui arriveront plus tard dans la partie.

De plus, le jeu accorde une très grande importance à toutes les techniques et les objets de soutien et de CC : les ennemis étant parfois plus que coriaces, vous vous rendrez vite compte que la possibilité de paralyser, d’endormir, de téléporter… signifiera tout simplement votre salut.

 

LES ATTAQUES SYNCHRO :

Attaques Synchro

Concernant toujours les possibilités des combats, arrêtons-nous à présent un instant sur l’une des bonnes nouveautés : l’attaque Synchro.
Cette dernière agit comme un combo dévastateur, combinant l’attaque simultanée de tous les Pokémons alliés proches d’un ennemi.

Pour déclencher une telle attaque, la seule condition est de réunir ainsi 2 ou 3 des membres de son escouade autour de la cible. Son utilisation est très simple, puisqu’il suffit d’aller dans le menu, de définir chaque attaque qui doit être lancée par les pokémons concernés, puis d’appuyer sur le bouton prévu à cet effet directement sur l’écran tactile. Une bonne manière de nous faire utiliser cet écran inférieur de la console portable, qui ne sert hormis cela qu’à visualiser la carte des donjons.
Si paramétrer à chaque fois les techniques à utiliser peut paraître rébarbatif et une perte de temps, il est tout à fait possible de paramétrer à l’avance des « paterns » prédéfinis. Ainsi, vous n’aurez plus qu’à envoyer la sauce d’un seul clic, et admirer l’ennemi KO devant vos pieds…

Cette attaque synchro est utile, intéressante à utiliser… quand cela est possible. Comme l’on ne contrôle pas directement les actions ou le déplacement de tous les Pokémons de notre équipe, il arrive bien souvent que ces derniers aient du mal à s’aligner autour de l’ennemi. Il faut alors rester zen, et se dire que des attaques individuelles sont tout aussi efficaces tout compte fait…

 

ANNEAUX ET EPHELITES :

Ephélites

L’une des autres intéressantes nouveautés de cet opus est sans aucun doute l’introduction des anneaux et des pierres qui les sertissent.

Les anneaux ne sont en soi que de simples gadgets, auxquels on accède depuis le menu des objets. On en possède 3, donnés durant le tutoriel, que l’on peut réattribuer comme bon nous semble aux Pokémons de notre choix suivant les missions. Car ces anneaux ne sont que de simples supports sur lesquels l’on va venir sertir des Ephélites : à savoir des petites pierres que l’on peut ramasser à l’intérieur des donjons en marchant simplement dessus, et qui ont la faculté d’ajouter différents bonus au Pokémon les possédant.
Par exemple, une certaine Ephélite va octroyer un bonus d’attaque, tandis qu’une autre offrira une résistance au poison ou au sommeil. Leur utilisation doit donc être très réfléchie, puisque chaque anneau peut être serti uniquement de quelques Ephélites. Bien entendu, on peut toujours se débarrasser d’une pierre déjà sertie pour la remplacer par une autre que l’on jugera plus forte. D’autant que sertir plusieurs Ephélites de même « classe » accentue plus encore les effets de cette dernière.
Il est toutefois à noter que leur présence est éphémère. En effet, toutes les Ephélites disparaissent à la sortie d’un donjon, laissant les anneaux qui les portaient de nouveau vides. C’est à la fois quelque peu frustrant, mais cela rend en même temps chaque exploration plus unique et surtout stratégique.

 

UN JEU TRES BEAU :

Zolie cascade

Graphiquement parlant, ce Pokémon Méga Donjon mystère est sans doute l’un des plus, voire le plus beau de tous les jeux de la franchise.
Outre les décors hauts en couleurs, c’est surtout le travail sur les créatures en elles-mêmes qu’il faut souligner et saluer, tant ces dernières n’ont jamais paru aussi recherchées, aussi détaillées. On a presque l’impression de les découvrir sous un nouveau jour, et l’on se met à espérer que le prochain titre de la série dite « classique » reprenne ce même caracter-design. Ce pari graphique très réussi permet en tout cas au joueur de s’immerger encore plus dans le jeu, et surtout dans l’histoire, comme si finalement il était tout à fait naturel de contempler et d’évoluer dans un monde dénué de toute présence humaine.
Pour parfaire l’ensemble, les musiques qui accompagnent l’aventure sont elles aussi de qualité. Si certaines sont parfois répétitives dans certains donjons, la grande majorité sont recherchées, douces et épiques, variées, ce qui donne à l’ensemble du jeu une impression de réussite artistique.

 

L’ILE BEKIPAN OU UNE BRIBE DE MULTI :

L'île Bekipan

L’île Bekipan, que l’on débloque assez rapidement dans le jeu, permet d’introduire un élément de gameplay en ligne via les « équipes de sauvetage« .
Lors de la toute première connexion sur cette île, il faut tout d’abord répondre à un questionnaire très semblable à celui proposé au début du jeu. Selon les réponses apportées, une équipe de 3 Pokémons différents sera proposée. Bien entendu, là encore il sera possible d’ignorer complètement ces suggestions et composer soi-même son propre trio.
Cette équipe de sauvetage une fois créée est opérationnelle pour aller sauver des Pokémons prisonniers dans des donjons. Il est possible de sauver d’une part son propre pokémon qui vient d’être mis KO, mais aussi d’aller aider un ami directement sur sa partie. Pour ce faire, la personne désireuse d’être secourue doit envoyer une lettre d’appel au secours via le service postal Bekipan, permettant d’échanger un code par Mot de passe, grâce au sans fil local ou encore par infrarouge. Il ne faut toutefois pas oublier d’activer Street Pass afin de pouvoir accueillir l’escouade chez soi.
Une fois arrivés dans le donjon, les secouristes ont la tâche de parcourir ce dernier, étage par étage, jusqu’à retrouver le pokémon mis KO pour le réanimer. Mais leur mission s’arrête là…
Malgré un concept très intéressant, les interactions sont donc au final plutôt limitées. Il n’y a aucun véritable contact entre les joueurs, qui ne font que communiquer pour s’échanger le code d’activation du lancement de la « mission sauvetage ».
Cette idée, aussi ingénieuse soit elle, sera sans aucun doute beaucoup plus utilisée en solo pour aller sauver ses propres Pokémon… tuant ainsi malheureusement dans l’œuf ces bribes de notion d’entraide.

En conclusion, on peut dire que ce Pokémon Méga Donjon Mystère renoue bel et bien avec l’époque dorée de la saga. Si le titre reprend avant tout les différentes ficelles qui en avaient fait sa réussite sur Game Boy Advance notamment, il est parvenu aussi à instiller ça et là quelques petites améliorations subtiles afin d’approfondir plus encore l’expérience et le confort de jeu.
Ne vous fiez pas à son univers bon-enfant et ses dialogues parfois très niais : ce Donjon Mystère est coriace et d’une difficulté assez relevée, notamment certains boss redoutables, tel Drattak en début de partie, qui devrait vous donner du fil à retordre !
Il serait aisé d’abandonner face à cette difficulté, ou encore à cause du bien trop long tutoriel du jeu, lassant et rébarbatif. On sent à travers cela cette volonté de bien faire de la part des développeurs afin d’amener les choses en douceur, surtout pour les néophytes de la saga Donjon Mystère, mais l’approche aurait été parfaite sans tout ce blabla un peu inutile.
Fort heureusement, tout le reste de l’aventure n’est que pur bonheur. Il y a tant de donjons à explorer et de pokémons à rencontrer que vous passerez toutes et tous assurément d’innombrables heures devant votre petit écran de console portable.
Et, vous connaissant par coeur, joueurs de la première heure, ce n’est pas le petit message (utile ma foi) qui s’affiche de temps à autre, vous rappelant que vous avez déjà suffisamment joué aujourd’hui et vous incitant à prendre des pauses régulières, qui vous arrêtera de si tôt…

Pokémon Méga Donjon Mystère

Pokémon Méga Donjon Mystère

Les plus
  • Un scénario plutôt prenant...
  • De nombreux Pokémons rencontrés
  • De nombreux donjons à explorer
  • Le système ingénieux des éphémères Ephélites
  • Des graphismes particulièrement soignés
  • Une difficulté bien présente mais justement calibrée
Les moins
  • ... quoique très enfantin par moments
  • Un tutoriel bien trop long, presque lassant
  • L'abandon du modèle classique des missions de sauvetage
  • L'idée des lettres d'appel au secours mal exploitée
7.5 10