Préambule : ce test a été réalisé sur la version PS4 disponible depuis ce mois-ci de Skyforge. Je n’ai personnellement pas tester la version PC, faute de moyen matériel. Je vais donc par conséquent juger le jeu seul et non par rapport à la version PC.

Skyforge - PS4

Disponible depuis bientôt 2 ans sur PC, le MMORPG Skyforge débarque sur consoles de salon et plus particulièrement sur PS4. Profitant de nombreuses mises à jour et améliorations, le jeu arrive sur consoles et ce totalement gratuitement puisqu’il s’agit avant tout d’un free-to-play. Nombreux sont les développeurs à chercher un nouveau public, le MMORPG n’étant plus uniquement réservé aux joueurs PC à l’instar de Warframe par exemple. Pour les joueurs n’étant pas sur PC, il est en effet temps de découvrir Skyforge, un titre qui les place aux commandes d’un dieu plein de bonnes intentions.

Les développeurs de Skyforge n’en sont pas à leur coup d’essai. En effet, le titre a été réalisé par Allods Team, un studio russe déjà à l’oeuvre sur un autre MMORPG, Allods Online. Le jeu perdure depuis 2009 et possède encore de nombreux joueurs dans sa communauté. Il a d’ailleurs reçu un accueil critique plutôt positif à l’époque de sa sortie de la part de la presse spécialisée et des mises à jour débarquent encore régulièrement. Les développeurs ont voulu donc se changer les idées et proposer un nouveau titre à savoir Skyforge.

Le joueur aux commandes d’un dieu

Skyforge test capture écran

Il est pas beau gosse mon personnage ?

Commençons ce test avec l’histoire du jeu. Comme énoncé précédemment, le jeu vous fera contrôler un dieu mais pas n’importe lequel puisqu’il s’agira de celui que vous aurez préalablement créé. Une fois le jeu lancé, l’aventure commence par un petit passage dans le système de customisation de votre personnage. Celui-ci est assez complet et permet de faire le héros que l’on veut. Sexe, taille, corpulence et autres dimensions peuvent être modifiés, il est ainsi possible de faire un grand homme bien musclé ou une petite femme bedonnante. Des signes distinctifs peuvent également être rajoutés comme des tatouages ou des boucles d’oreilles. Lorsque cette étape sera franchie, le jeu se lance réellement et place le héros ainsi créé dans une troupe de militaires chargée de défendre la population face à une armée de Virds, des rats soldats mal intentionnés. Mais retournement de situation, le personnage principal meurt durant une embuscade ennemie. Jeté dans des égouts avec les cadavres de ses camarades, il se relève grâce à une « puissance divine » et se venge de ses agresseurs. Suite à cela, il est convié dans la cité d’Aelion où se rassemblent tous les dieux vivants dans le monde. Car oui, Aelion compte de nombreux résidents qui veillent à la sécurité des « simples » humains. Le héros rencontre ensuite Flavius qui sera le mentor du jeu et apportera toutes les réponses nécessaires aux joueurs avant de présenter les différentes classes présentes.

La grande force de Skyforge, c’est qu’il propose aux joueurs de pouvoir alterner d’une classe à l’autre en quelques secondes. Cela peut paraître anodin mais dans un MMORPG plus classique, la classe est choisie au début de l’aventure et reste fixe pour toute la partie ; pour changer de classe, il faut changer de personnage. Skyforge a donc une idée assez originale et ne restreint pas le joueur, ce qui renforce le sentiment de liberté présent dans le jeu. Trois classes parmi les 14 présentes sont mises à disposition du joueur dès le début de l’aventure et représentent les trois types de personnages à savoir : Tank, Support et Damage. Dans l’ordre, on trouve le Paladin qui combat au corps à corps et possède une jauge de vie importante. Ensuite, le Lumancien est un support qui utilise le pouvoir de la lumière pour se défendre. Il est ainsi capable de soigner ses alliés et possède quelques pouvoirs qui infligent des dégâts importants. Mais pour infliger des attaques plus puissantes, rien de mieux que le Cryomancien qui, comme son nom l’indique, use de la glace pour terrasser ses ennemis en provoquant de lourds dégâts grâce à des pouvoirs de zones. 11 autres classes sont donc à débloquer, en dépensant l’argent du jeu ou en mettant la main au porte-monnaie pour les plus pressés.

Une classe = un gameplay différent

Skyforge avis image

La liste des compétences à déverrouiller

Comme énoncé précédemment, la grosse originalité du jeu repose dans la possibilité de changer de classe à chaque instant de la partie. Fini donc le choix cornélien de début de jeu, et place à la liberté de pouvoir jouer chaque classe et d’ainsi privilégier celle que l’on préfère. Pour améliorer son personnage, rien de plus simple : il suffit de jouer. En effet, plus une classe est utilisée et plus elle se développe et propose un panel de coups plus développé. On commence généralement entre deux et trois pouvoirs pour atteindre rapidement les huit / dix capacités. Tandis que sur PC, il est aisé d’assimiler une touche à une attaque, une manette PS4 possède naturellement moins de boutons et il faudra user de la gâchette L2 pour passer d’une barre de compétence à l’autre. Cette manœuvre s’effectue assez naturellement au bout d’un moment et l’alternance des actions permet d’éliminer les ennemis plus rapidement. Certaines attaques ou compétences défensives possèdent un cooldown plus ou moins long en fonction de leur puissance. Il faudra donc savoir se montrer stratégique contre certains adversaires puissants.

En plus de toutes les compétences intrinsèques au personnage, les ennemis donnent parfois quelques bonus offensifs qui peuvent s’avérer très pratiques. Certaines armes éphémères peuvent être ramassés et possèdent une durée de vie ainsi que des attaques assez limitées. Il peut s’agir de canons, de fouets ou d’armes à deux mains. En outre, grâce à certaines runes, il est possible d’obtenir des sortes de grenade par exemple qui gagnent en puissance en en ramassant plusieurs. Pour améliorer l’équipement du personnage, il faut au choix parcourir le jeu pour trouver du nouveau stuff, ou l’acheter dans la boutique. Bien entendu la première option est à privilégier puisqu’il s’agit de l’essence même du jeu : l’exploration. La majorité des éléments équipés sur le héros est commun à toutes les classes, seul l’arme est différente en fonction de la classe choisie. Six objets spéciaux peuvent être ajouté au personnage et lui donnent diverses compétences comme plus de vie par exemple. Il peut également porter quatre pierres différentes toujours dans le but de le rendre plus puissant. Enfin, divers objets consommables sont présents dans le jeu et peuvent s’avérer très utiles dans certains affrontements, en particulier contre les boss. Le jeu intègre plusieurs monnaies, dont la principale se nomme « le crédit » et qui permet d’acheter d’autres places dans son inventaire ou de développer sa cité pour devenir plus puissant. Bien entendu, free-to-play oblige, il est possible d’en acheter un paquet plus vite contre une somme d’argent réel définie. Le jeu n’est cependant pas un pay-to-win puisqu’il est tout à fait possible d’accéder à l’ensemble du contenu sans débourser un centime.

Skyforge avis capture écran

Une petite exploration dans la forêt

Des missions et des environnements variés

Skyforge critique screenshot

Un aperçu de la carte des missions

Après la présentation du système de classes et du gameplay, on peut se demander ce qu’il y a à faire dans Skyforge. Tout d’abord, le jeu propose de suivre une trame scénaristique précise à travers une série de missions assez courtes et en ligne droite. En effet, pas de place à l’exploration dans ces environnements, le joueur ne fait qu’avancer et décimer tous les ennemis qui se présentent à lui. Les objectifs sont expliqués en début de mission et sont divers (empêcher une émeute dans une prison, libérer une usine,…) mais force est de constater que le scénario n’est clairement pas le point fort du jeu. On ne se sent jamais vraiment concerné par ce qu’il se passe, les quêtes devenant plus un moyen d’avancer dans l’histoire et de débloquer d’autres niveaux. Au fur et à mesure de cette aventure, des zones plus ouvertes sont débloquées. Celles-ci sont déjà plus intéressantes et contiennent de nombreux objectifs dont une mission principale qui permettra de libérer la zone des méchants envahisseurs. De nombreuses quêtes annexes sont présentes afin d’obtenir toujours plus de récompenses. En plus de cela, Skyforge propose aux joueurs des objets bonus quotidiens, des donjons à faire seul ou accompagné, des aventures multijoueur ou encore des missions « bastion » qui permettent d’obtenir des bonus exclusifs sans parler des différents modes de jeu PvP. Vous l’aurez compris, le jeu regorge de contenu et tient les joueurs en halène en leur promettant de l’équipement toujours plus puissant malgré un scénario pas très intéressant.

Skyforge est, en plus de ce contenu gargantuesque, une invitation au voyage. Le titre fera en effet voyager les joueurs dans de nombreux environnements tous différents. Le jeu se renouvelle constamment afin de proposer de nouveaux endroits à explorer. Même si la qualité n’est pas forcément au rendez-vous (nous y reviendrons plus tard), les joueurs découvriront souvent des environnements inédits comme de vastes prairies, des îles paradisiaques ou encore des décors industriels. Le jeu réutilise tout de même certains endroits pour rejouer des missions ou modifier certains objectifs. Lorsque le joueur veut faire une pause et décide de retourner dans la cité des dieux, il y découvre un décor très sobre mais toutefois imposant avec une carte du monde en hologramme au centre de la zone. Les développeurs ont réussi à mixer la nature, très présente dans les zones ouvertes, avec la technologie futuriste pour un rendu très sympathique.

Les ennemis dans Skyforge

Skyforge critique image

Un boss du jeu à éliminer

Mais que serait un MMORPG sans sa dose massive d’ennemis à exterminer. Skyforge ne déroge pas à la règle et propose de nombreux adversaires différents aux joueurs. De la simple petite bébête au robot surpuissant en passant par d’autres dieux, le jeu se renouvelle également lorsqu’il s’agit d’ennemis. Bien sûr, tous n’ont pas le même niveau et sont plus ou moins coriaces. On peut les classer en trois grandes catégories en fonction du nombre de barres de vie qu’ils possèdent. Une seule barre correspond aux monstres basiques, assez simple à éliminer, qui sont l’objet de quêtes d’élimination dans les zones ouvertes comme « éliminer XX scorpions ». Ceux en possédant quatre sont déjà plus coriaces mais s’éliminent tout de même rapidement avec un minimum de technique. Les vrais défis concernent les monstres qui ont 10 barres de vie et dont certains peuvent s’avérer très pénibles à tuer. Néanmoins, ce sont ces monstres là qui donnent les meilleures pièces d’équipement et rapportent le plus d’argent.

Abordons maintenant le système de combat du jeu. Celui-ci est assez dynamique et puise ses inspirations autant dans les beat’em all que les RPG plus classiques. Ainsi, comme dit précédemment, chaque touche commande une attaque précise dont certaines nécessitent de l’énergie pour être déclenchées. A part lors des combats de boss, il est rare de se retrouver en duel face à un ennemi, le plus souvent ils sont au minimum deux mais le principe reste le même. Grâce à une caméra placée derrière le joueur, le gameplay est assez nerveux et on voit exactement là où on veut attaquer, enfin presque. Car oui, la caméra a tendance à ne pas suivre les actions du personnage et il faut constamment la recadrer pour regarder devant soi et ainsi attaquer, le joueur ne pouvant pas le faire si un ennemi n’est pas clairement visé. Le jeu cible automatiquement l’ennemi le plus proche mais un système de verrouillage est également présent pour viser un ennemi précis tant qu’il est vivant. Le ciblage auto rend parfois le déroulement des combats imprécis, puisqu’au lieu d’achever un ennemi, il verrouillera malheureusement son voisin même si le joueur ne le désire pas. Malgré tout, les combats sont assez fluides et ne manquent pas de nervosité, surtout lors des affrontements avec les boss.

Une technique qui pêche sur PS4

Malgré toutes les qualités que possède le jeu, la version PS4 qui nous est actuellement proposée pêche dans son aspect technique. Les développeurs se sont exprimés sur le sujet et ont clairement fait le choix de privilégier la fluidité à la qualité visuelle, une démarche louable si tant est que la fluidité soit tout le temps au rendez-vous. Malheureusement ce n’est pas le cas et il n’est pas rare d’avoir affaire à des ralentissements durant les combats et en particulier lors du déclenchement de certaines attaques. Le jeu ne répond pas tout le temps dans l’instant et il s’écoule quelques temps entre la pression sur la touche et le déclenchement de l’attaque. Dans des combats de boss, cette mésaventure peut rapidement s’avérer mortelle. De plus, comme dit plus haut, Skyforge n’est pas très beau mais compense cela par des environnements variés. Néanmoins, certaines textures ne font pas du tout honneur à la console et c’est sans parler de la modélisation des visages des PNJ.

En parlant de ses personnages, certains d’entre eux seront amenés à vous parler. Lors de ces discutions, on remarquera assez vite que, d’une part les animations se limitent au strict minimum, et d’autre part la synchronisation labiale est tout bonnement catastrophique. Un petit mot concernant la musique du jeu qui assez oubliable et qui ne marquera clairement pas les esprits.

Pour qui ?

Si vous êtes fans des MMORPG : Skyforge reprend les codes du genre (exploration, donjons, contenu gargantuesque,…) et propose en plus le concept du changement de classe en pleine partie.

Si vous rêviez d’un MMO sur consoles : Généralement réservés aux joueurs PC, les possesseurs de PS4 pourront enfin partir à l’aventure seul ou en multi et profiter des nombreux avantages que le jeu a à proposer.

Si vous voulez devenir un dieu : Ne l’oublions pas, Skyforge vous fera incarner un dieu avec tout ce qui va avec : des super-pouvoirs, des responsabilités (merci oncle Ben) et même des gens qui vous seront dévoués.

 


En résumé, Skyforge est un bon MMORPG qui propose un principe novateur et rarement vu dans le genre : passer d’une classe à une autre quand le joueur le désire. Couplé avec des environnements très variés, des combats intenses et un contenu gargantuesque, le titre d’Allods Team possède des arguments solides pour attirer les joueurs. Si on rajoute à cela le fait qu’il s’agit d’un free-to-play qui ne lorgne pas sur le pay-to-win, le jeu devient un titre à ne pas manquer, surtout pour un genre peu présent sur console de salon. Néanmoins, le tableau n’est pas tout rose et Skyforge n’a clairement pas une technique irréprochable, loin de là. Ralentissements, graphismes et animations faciales ratées viendront titiller la rétine des joueurs au fur et à mesure de l’aventure. Skyforge est donc un titre à conseiller aux fans du genre qui cherchent une nouvelle expérience et aux joueurs peu coutumiers de ce genre de jeux qui souhaitent se lancer dans l’aventure.

 

Test réalisé sur la version PS4 grâce à un accès anticipé fourni par l’éditeur

Skyforge

Skyforge

Les plus
  • L'univers dépeint dans le jeu
  • Le contenu gigantesque
  • Pouvoir contrôler toutes les classes
  • Les combats dynamiques...
  • L'aspect free-to-play du titre
Les moins
  • Le scénario pas très intéressant
  • Graphiquement pas au niveau de la PS4
  • Une bande son assez oubliable
  • ...malgré un système de lock qui ne sert à rien
  • De nombreux bugs encore présents
7 10