367600_screenshots_2015-09-20_00018

T’as jamais eu l’impression de te faire avoir, cher lecteur ?

Genre tu penses qu’un jeu va entrer dans ta vie un jour, capter ton regard et te laisser sans voix, ton petit coeur serré battant à tout rompre dans ta poitrine. Ensuite, il va te prendre par la main délicatement et t’emmener au nirvana du gameplay, avant de te laisser épuisé mais heureux, au terme d’innombrables nuits de plaisir ?

Mmmmmh, ça serait bien, hein ? Ne rougis pas, on en rêve tous.

Mais voilà, le problème c’est que les jeux c’est souvent de sales menteurs.

Ils te font croire qu’avec eux ça va être spécial, ils ont des jolis graphismes, une bonne présentation. On les compare à d’autres jeux qui assurent vraiment côté gameplay et du coup t’as envie d’y goûter aussi. Ben quoi ? On ne vit qu’une fois…

Donc t’es tout content quand tu saisis la manette, tu sens que ça va être bien cool, et tu te mets à chanter tout seul dans ton coin, tout guilleret. Et généralement tu arrêtes tes lalala après la cinématique de début.

Mais qu’est-ce qui se passe ? C’est quoi ce jeu, qu’est-ce qui lui arrive, là ? Mais c’est mou ce truc !

Non, ce n’est pas toi, ce n’est pas ta faute, c’est lui. Toi tu sais te servir d’une manette, d’un clavier, de toutes sortes de périphériques, quand même ! Mais lui, on dirait qu’il ne réagit pas bien, il ne fait pas ce que tu veux, et parfois même il bug !

T’as envie de lui dire :

« Si c’est comme ça mon lapin, t’aurais pas du sortir du tout dans les bacs et rester bien tranquillement en version alpha. Non mais excuse moi, mais on peut vraiment rien faire avec toi. Et arrête de freezer et de ramer, tu n’arranges pas les choses. Bon d’accord, tu vas me faire la couplette de tes développeurs qui ne voulaient pas t’avoir et qui t’ont beaucoup fait souffrir. Ecoute, on a tous nos problèmes, ok ? Ok ! Allez, bouge, j’ai besoin d’un bon Blood Bowl. »

Mais tu te retiens.

Et tu vois cher lecteur, Skyshine’s Bedlam est ce genre de jeu.

Rien que le nom est louche. Franchement. Skyshine’s Bedlam. Qui pourrait appeler un jeu ainsi ? Quoi ? Un studio de développement du nom de Skyshine Games ? Ouais, à la limite. Mais ne change pas de sujet. Ce nom est nul, ce jeu est nul. Je le prouve. Skyshine’s Bedlam, c’est l’anagramme de Dinky’s Bechamel. Parfaitement. Tu peux vérifier. Et Dinky’s Bechamel on pourrait le traduire à l’extrême limite par « la mignonne petite sauce » ou « la béchamelle à Dinky ». Ouais, à l’extrême limite.

D’ailleurs on va arrêter d’appeler ce jeu Skyshine’s Bedlam et on va plutôt le nommer Dinky, le frappant ainsi du sceau de son infamie.

On me dit que Dinky se veut un savant mélange entre X-COM, Banner saga et FTL. Pffff. Que nenni, c’est juste une vague sauce qui sent le réchauffé et qui a mal tourné.

Je ne dis pas que Dinky va te rendre malheureux, je dis juste qu’il va t’énerver. Ne l’achète pas, ou alors pas maintenant. Aujourd’hui, toute somme supérieure à zéro euro serait trop élevée pour payer Dinky. En plus Il paraît que ses développeurs (je les retiens, ceux là…) le patchent régulièrement . Ils finiront bien par en faire quelque chose de correct, non ? Bon, on verra… Mais ne t’inquiète pas, le jour où ça vaut le coup, je fais une news sur le sujet, promis.

Donc voilà. On pourrait s’arrêter là. D’ailleurs, toi tu peux et retourner jouer à un truc sérieux, genre Blood Bowl, quoi (je t’indique au passage pour ta gouverne qu’il y a ici un très bon test de ce jeu).

367600_screenshots_2015-09-16_00002

Moi je dois terminer. C’est comme ça. Bon, on va continuer par tout faire à l’envers, et d’abord parler de la note.

Pourquoi 4 ?

Là tu me dis « Accouche on s’en fout », et moi je te réponds « Attention ! ».

D’abord, tu restes poli. Ce n’est pas parce que tu es le lecteur qu’il faut que tu te crois tout permis. Ensuite, je vais te convaincre que la note est quelque chose de très important. Il y a même une discipline scientifique qui s’en occupe, la docimologie ça s’appelle.

Là, ça t’en bouche un coin, j’ai l’impression.

Ce qui est dommage, c’est que plutôt de lire mes explications, tu commences à vérifier sur wikipedia si ce mot existe, tu me déçois un peu cher lecteur. Mais bon, je serai indulgent, surtout que l’article sur wiki est bien fait.

Donc la note de 4, pour ce jeu, qu’est-ce que ça veut dire ?

Les notes vont de 1 à 10 et je n’aime pas trop les demi-points (et 0 c’est vraiment trop cruel). Théoriquement toutes les notes peuvent être attribuées, elles sont là pour ça. Mais « 1 » ça touche au sublime dans la médiocrité, c’est donc difficilement attribuable. Il faudrait un jeu vraiment… spécial mais pourquoi pas ?

« 10 » à l’opposé c’est un peu comme le graal. Tu le cherches mais tu n’es pas sûr de le trouver un jour. Et une fois que tu l’as, tu n’as plus vraiment de jouer avec d’autres jeux.

Donc les mauvais jeux vont entre « 2 » et « 5 » et les bons jeux entre « 6 » et « 9 ».

Et « 4 » c’est un jeu clairement mauvais. Parfois, c’est intrinsèque et parfois on va dire que c’est la faute de la société. Le jeu aurait pu être bien mais il y a des choses qui sont parties en cacahuète dans le développement. Pour Dinky, on est clairement dans ce cas de figure.

Ce test aura au moins eu le mérite de te préciser mon système de notation, et ça, c’est bien.

Bon, à ce stade du test, cher lecteur, tu te sens en droit de me dire « Oui, mais t’as toujours pas vraiment parlé du jeu » et tu n’aurais pas tort. Je m’exécute donc, en donnant au fond du test l’importance que le jeu mérite à mes yeux, tant il m’a déçu (c’est que je l’attendais le bougre, avec sa direction artistique aguicheuse).

Jolis graphismes, univers sympathique, idée de jeu originale. Réalisation poussive, équilibrage du jeu atroce, gameplay raté, simpliste, aspect RPG riquiqui.

Pour faire simple, le jeu tourne autour d’un système de combat en vue 3D isométrique comme il en existe plein depuis les années 90. On pourrait croire que l’exercice est maîtrisé. Mais non, c’est vraiment tout pourri chez Dinky.

L’IA (ou ce qui en tient lieu) et toi n’avez que deux actions par tour. Je dis bien par tour, pas par personnage. Donc soit c’est tirer-tirer, soit déplacer-déplacer, soit déplacer-tirer, soit tirer-déplacer.

Pourquoi pas, après tout aux échecs on ne fait qu’une action par tour et ça marche plutôt bien.

Mais ajoute à ça que les déplacements de l’IA sont aléatoires, que tu n’as aucune idée des forces qui vont s’opposer à toi (1 ou 10 adversaires), que le placement même des forces est aléatoire (tu peux très bien être encerclé dès le début du combat, si si) et que les zones de tir sont si absurdes que je ne sais même pas les qualifier.

Compte tenu de ces éléments, tu comprendras cher lecteur que je suis un peu énervé après avoir effectué quelques parties de ce « jeu » pour pouvoir te livrer un test (professionnalisme, quand tu nous tiens).

Si, mu par une pulsion destructrice, tu souhaites malgré tout jouer à Dinky, voici mes conseils :

  • En combat, épargne autant que possible tes snipers et fais les monter de niveau en tuant les ennemis (moyens mnémotechniques : 3 kills = du skill),
  • Recherche les combats elite (tu sais, le visage dans l’ombre avec le « ? » Sur la carte) car les boss que tu tues reviennes combattre à tes côtés (ok c’est nawak, mais au point où on en est avec ce jeu…),
  • Si tu joues humain (la seule faction débloquée au début) développe rapidement les améliorations pour économiser la bouffe et le fuel,
  • Et surtout et c’est peut être le plus triste, en combat il est plus rentable d’attendre bêtement que l’IA se jette littéralement dans ta ligne de mire plutôt que d’effectuer des déplacements.

 

skyshine_bedlam_cloth_map_1024

 

Skyshine’s Bedlam

Skyshine’s Bedlam

Les plus
  • c'est joli
  • ça aurait pu être bien
Les moins
  • par où commencer ?
  • plus proche du jeu de l'oie que du jeu vidéo
  • un gameplay trop centré autour des combats
  • avec un système de combat plus bancal que ça tu meurs
  • youhou, quelqu'un a trouvé l'IA ?
  • quel gâchis...
4 10