Star Wars Battlefront Review
Au rang des attentes fébriles de l’hiver qui vient, Star Wars Battlefront se pose là. Présenté en grande pompe lors du dernier Star Wars Celebration en avril, le reboot de la série orpheline a fait couler énormément d’encre. Entre fans conquis d’avance et éternels septiques qui n’y ont vu qu’un Battlefield revêtu d’un skin un peu grossier, le nouveau jeu de DICE n’aura pas réussi le pari d’être aussi universellement apprécié que l’oeuvre de laquelle il s’inspire. La bêta ouverte, au début du mois d’octobre, aura conforté chaque partie dans son opinion. Alors Star Wars Battlefront est-il un bon jeu, ou n’est-il finalement qu’un produit dérivé de plus à ranger à côté de son sabre-laser factice ?

La série des Star Wars Battlefront aura été trop tôt orpheline. Sortis en 2004 et 2005, les deux premiers opus ont su trouver leur public. Malheureusement le développement d’un troisième épisode aura été avorté, suite à un sursaut d’humeur de la part de l’éditeur, Electronic Arts. Bien des années plus tard, ce même éditeur se décide à ressortir de terre la licence, décision que l’on n’imagine nullement liée au retour de Star Wars au cinéma en décembre prochain. EA confie l’entreprise à ses favoris suédois de chez DICE, responsables de la série des Battlefield, faudrait-il le rappeler. Porté par l’effervescence que suscite la licence à l’aune de son retour au cinéma, Electronic Arts est confiant et avance sereinement vers la sortie de son jeu à grand renfort de communication habile. Mais avec ses 12 cartes de jeu, sa poignée de modes et un arsenal assez pingre, l’éditeur américain peut-il réussir le tour de force d’imposer Star Wars Battlefront comme une licence qui dure ? Si l’on en croit ses récentes déclarations, il n’en doute pas un instant. Manette en main, que vaut réellement ce Star Wars Battlefront nouveau ? Une fois passés le plaisir de la découverte et le trépignement des premiers instants, le jeu de DICE possède-t-il des atouts propres qui lui assureront le faste d’un Battlefield ? La réponse dans les lignes qui suivent.


Star Wars Battlefront Gameplay – Trailer de… par CooldownTV

 

Star Wars Battlefront Test Graphismes

S’il y a bien une chose qui frappe lorsque l’on démarre sa première partie, c’est l’écrin. Jamais un FPS n’aura bénéficié d’un si grand soin concernant sa partie graphique, et peut-être encore plus sa partie sonore. Déjà particulièrement agréable à l’oeil sur PS4 et Xbox One, Star Wars Battlefront délivre une véritable claque visuelle sur PC. Saluons également l’optimisation aux petits oignons dont bénéficie le soft. Le jeu se révèle parfaitement fluide, avec un taux de 60 images par secondes des plus constants. Si la résolution est légèrement moindre sur consoles, rien ne saurait vous empêcher de profiter des performances du moteur Frostbyte3 sur la lumière et la végétation. Le sublime est de rigueur, et chaque incursion dans un nouveau champ de bataille vous flattera immanquablement la rétine.

La partie sonore n’a rien a envier à sa cousine graphique. Jamais, dans un jeu Star Wars, les compositions de John Williams n’ont eu pareil éclat. Tout a été très soigneusement étudié pour offrir au fan de la célèbre saga des repères essentiels à son épanouissement vidéoludique. Rythmant tambour battant chacune de vos batailles, les musiques de Williams se font changeantes au gré du déroulement de la partie. Aussi, comme une évidence, le thème musical de chacun des Héros se retrouvant sur le champ de bataille viendra galvaniser les troupes. Mais si ce n’était que la musique. Chaque tir de blaster, chaque accélération de vaisseau spatial bénéficie d’un traitement sonore admirable. Plus vrais que nature — si j’ose dire —, l’impact des projectiles sur les boucliers déflecteurs et la détonation des grenades thermiques vont provoqueront à n’en pas douter quelques frissons.

Star Wars Battlefront GraphismesStar Wars Battlefront est clairement l’un des plus beaux FPS jamais créés

On trouvera difficilement quelque chose à redire à la partie technique de Star Wars Battlefront. On sent tout le travail qu’il y a derrière chaque pixel, tout le respect et l’hommage qu’il y a derrière chaque modélisation d’arme, tout l’amour qu’il y a derrière chaque petit son qui vient accompagner vos combats. Un lustre dont peu de FPS peuvent se targuer. Mais à tout donner pour offrir à son jeu une carrosserie impeccable, il est bien possible que DICE ait perdu de vue que le contenu est tout aussi important que le contenant.

Star Wars Battlefront Contenu

 

 

Vous l’aurez sans doute lu à droite à gauche, les avis sont très divisés sur cette nouvelle mouture de Star Wars Battlefront. Le principal point de clivage se situe dans le contenu qu’offre le jeu de DICE. Assez pingre, diront certains. Il est clair que pour un jeu de cette trempe, on aurait été en droit de s’attendre à mieux. Que ce soit au niveau des cartes, des possibilités de personnalisation, de l’arsenal ou encore des modes de jeu, Star Wars Battlefront fait le minimum syndical, sans doute pour espérer vendre par palettes son season pass à 50€. Une décision d’autant plus dommageable que le jeu s’appuie sur un véritable mythe, et dispose d’un univers suffisamment riche pour ne pas être chiche en contenu.

Avec neuf modes de jeu, on pourrait croire que cela serait suffisant pour combler les joueurs les plus avides de joutes endiablées. La vérité est bien plus nuancée, puisqu’à part les modes Attaque de Marcheurs, Course au Droïde et Bataille des Héros, le reste ne reprend que des recettes déjà bien connues, allant du classique Team Deathmatch (Escarmouche) au Roi de la Colline (Zone de Largage). Seul le gameplay asymétrique du mode Traque du Héros se révélera un brin rafraîchissant. Mais ce qui est peut-être le plus triste dans la proposition de DICE se situe dans le game design de ces différents modes. En effet seuls deux types de parties vous permettront de piloter des véhicules (Attaque des Marcheurs et Suprématie) … sur un total de quatre cartes seulement. Autant dire qu’on aura vite fait le tour du contenu. Qu’on se le dise, Star Wars Battlefront ne vaut vraiment que lorsqu’il se la joue total look. Vastes batailles, Héros, vaisseaux et TB-TT. Sans ça, le gameplay extrêmement classique de Battlefront ne fait clairement pas le poids pour tenir tête aux autres ténors du genre que sont Call of Duty et Halo. Et ce n’est clairement pas les malheureuses missions solo et l’anecdotique mode Survie qui boosteront la durée de vie du soft.

Star Wars Battlefront gameplayOn ne joue à Star Wars Battlefront que pour vivre ce genre de moments

Pas foncièrement mauvais, il est certain que le gameplay de Star Wars Battlefront ne colle pas aux canons actuels. Pas de position allongée, un iron sight très paresseux et surtout pas de système de classes. DICE étant pratiquement l’inventeur de cette pratique dans les FPS, l’absence de différents archétypes dans son dernier jeu interroge. Pour vous différencier, il ne reste que le système (assez bien fichu) des Cartes. Grâce aux crédits que vous gagnez à chaque partie, vous pouvez acheter des cartes qui ont fonction d’accessoire vous permettant d’adapter votre approche du jeu. Vous pouvez par exemple équiper un jetpack, extrêmement pratique pour vous déplacer rapidement, ou lui préférer une petite grenade qui sera particulièrement utile dans les couloirs étroits. L’armement se débloque d’ailleurs exactement de la même manière. En fonction de votre niveau, vous débloquez l’accès à certaines armes qu’il vous faudra acheter en dépensant vos crédits. Il n’est pas bien compliqué de réunir la somme demandée, d’autant plus que le râtelier d’armes vous semblera bien vide. En tout, seulement 11 armes sont présentes dans le jeu. Plutôt bien équilibrées, on appréciera qu’aucune ne prête forcément lieu à la création d’une « méta » qui dominerait le jeu et vous force à vous y plier pour exceller. Globalement, toutes les armes se valent et procurent des sensations assez bonnes. Une orientation a mettre sur le compte d’un jeu à l’accessibilité majuscule. En même temps, on voit mal comment un jeu tiré de l’oeuvre culturelle la plus universelle de notre ère pourrait être élitiste.

Star Wars Battlefront Heros

 

 

Mais quel serait l’intérêt d’un jeu estampillé Star Wars si jamais le vrombissement des sabres-lasers ne se faisait entendre ? Si l’on ne peut manier de l’arme des chevaliers à notre convenance, il est possible — comme dans les précédents volets — d’incarner six personnages emblématiques des films de George Lucas. Il est d’ailleurs amusant de signaler que la prélogie passe ici complètement à la trappe. Que ce soit concernant les environnements, les armes ou les protagonistes, tout ce qui se passe avant l’épisode IV est inexistant dans le nouveau jeu de DICE.

Comme dans les FPS à l’ancienne (vous savez, ceux que l’on appelait encore Doom-like) vous trouverez sur le champ de bataille des bonus vous permettant de vous équiper d’une arme plus puissante, de piloter un véhicule ou, comme ce qui nous intéresse ici : contrôler un Héros. À raison de trois par faction (Han Solo, Leïa Organa et Luke Skywalker pour les rebelles ; Boba Fett, l’Empereur Palpatine et Dark Vador pour l’Empire), ces héros bénéficient de capacités propres et d’un capital badassitude assez élevé. Mais puisque personne n’est égal face à la Force, l’équilibrage de ces différents Héros est plutôt balbutiant. Si Luke et Vador sont plutôt similaires, Han et Leïa font pâle figure face au célèbre chasseur de prime et à Palpatine. La faute a des capacités bien trop similaires entre les deux amants. Forcément, leur seul atout se situe dans leur acuité au tir, là où Boba Fett dispose d’un arsenal très varié (Jetpack, missile guidé, lance flamme) et où Palpatine excelle dans sa mobilité redoutable.

Battlefront Luke Vador

Nul doute que les DLC à venir rétabliront la balance et proposeront aux rebelles un nouveau Héros de choix. Reste que pour le moment, l’un des modes de jeu les plus fameux de ce Star Wars Battlefront, « Bataille des Héros », qui voit s’affronter les six Héros simultanément est pratiquement injouable côté Rebelle. À moins d’avoir une équipe à la cohésion remarquable, il sera bien difficile pour Luke, Leïa et Han de venir à bout de leurs antagonistes. Heureusement, s’ils sont forcément bien plus puissants et résistants que les joueurs normaux, les Héros ne sont pas pour autant invincibles. Il suffira d’un tir nourri bien coordonné par un petit groupe de personne pour venir à bout du plus retors des personnages iconiques.

Vers l'infini et l'au-delà

 

 

De même que les légendaires sabres-lasers, les véhicules de Star Wars sont tout aussi canoniques. Rares sont les êtres humains pour qui les dénominations de X-Wing et Tie Fighter n’évoquent rien. Il paraissait évident que la cuvée 2015 de Star Wars Battlefront n’échapperait pas à des dogfights bien sentis dans les airs. On se souvient toute la grogne qu’avait suscité l’annonce à demi-mot d’EA concernant l’absence de batailles spatiales en règle. Tout juste l’annonce du mode Rogue Squadron cet été avait réussi à calmer les puristes. Pad en main, on ne peut qu’aller dans le sens de tous ceux qui avaient poussé un haro il y a de ça des mois. La bêta avait posé les jalons de ce qui allait être l’un des aspects les moins reluisants de ce Battlefront. La version finale du jeu confirme les craintes.

Comme évoqué plus haut dans ces lignes, vous pouvez prendre le contrôle de plusieurs véhicules grâce à des bonus qui parsèment le champ de bataille. Vous disposez alors d’une quinzaine de secondes pour trouver un petit coin tranquille afin d’appeler votre engin à la rescousse. Parce que les véhicules ne fonctionnent pas du tout de la même façon que dans un Battlefield. Ici, vous ne devrez pas vous rendre dans un hangar ou camper à côté du point de respawn du véhicule convoité. Le champ de bataille est complètement vierge, les véhicules n’apparaissent que lorsqu’ils sont appelés par les joueurs ayant récupéré le Superbonus correspondant. Une approche qui aurait gagné à être un peu mieux mise en scène. N’en déplaise, se retrouver aux commandes de l’un des véhicules mythiques de la saga de Lucas fait toujours son petit effet. Malheureusement, la conduite de ses vaisseaux manque cruellement de pèche. La sensation de vitesse est quasi inexistante et le pilotage est très amateur, très arcade. Pour preuve, malgré tout le skill que vous pouvez avoir, rien ne pourra faire durer votre règne bien longtemps dans les airs. Le verrouillage automatique des cibles et la force dévastatrice des torpilles embarquées vous réduiront en poussière en moins de deux. Un plaisir de courte durée donc.

Comme avec les Héros, les véhicules disposent également de petits guest stars. Le Faucon Millenium de Han Solo ainsi que l’Esclave-1 de Boba Fett en sont les têtes d’affiche. Pour le coup, ce que l’on pouvait dire de la vulnérabilité des Héros n’a plus lieu d’être concernant ce volet. Les vaisseaux héroïques sont tout bonnement indestructibles. Au point que si vous devez mourir à bord d’un de ces véhicules, ce sera uniquement de votre fait. En vous écrasant salement contre une falaise par exemple. Disposant d’une puissance de feu hallucinante, mieux vaudra vous tenir le plus éloignés possible de ces engins quand ils apparaîtront sur le champ de bataille.


Vous l’aurez compris au travers de ces lignes, l’attente fébrile a laissé place à un constat plus mesuré. Star Wars Battlefront n’est peut-être pas le jeu auquel les plus férus de FPS s’attendaient. Disposant d’un gameplay ultra classique, on aura tendance à conseiller le jeu de DICE aux fans de Star Wars exclusivement. Le joueur habitué à la jouabilité très changeante et dynamique d’un Call of Duty s’ennuiera ferme. La grande force de ce Battlefront, c’est indéniablement sa réalisation. Superbe à tous les niveaux, le soft propose une expérience Star Wars totale. Mais à tout miser sur l’emballage, le contenu s’en trouve forcément négligé. Plutôt bien garni en modes de jeu, on pestera sur le manque d’ingéniosité de ceux-ci, ainsi que sur l’offre des plus maigres concernant les cartes. Malgré tout, le titre est grisant, instantané et terriblement fun. S’il ne révolutionne en rien le genre, Star Wars Battlefront, est davantage une expérience, une affaire de ressenti. Une énorme madeleine de Proust peaufinée dans ses moindres détails techniques. 

 

Star Wars Battlefront

Star Wars Battlefront

Les plus
  • Diablement beau
  • Le partie sonore, impeccable
  • Une restitution quasi parfaite de l'univers Star Wars
  • Très accessible
  • Fun immédiat
Les moins
  • Trop peu de cartes
  • Des modes de jeu peu inspirés
  • Un gameplay extrêmement classique
  • L'animation des personnages un brin rigide
  • Le manque de sensations dans les vaisseaux
7 10