Les zombies… S’ils ne menacent pas encore notre vie, ils ont déjà conquis en masse la sphère vidéoludique. De The Walking Dead à Left 4 Dead, ils sont hordes à s’être installés dans notre fief à tous. Celui dont on va parler aujourd’hui, Infestation : Survivor Stories a longtemps été l’un des seuls concurrents au très populaire mod de ArmA, Day Z, qui vous propose d’essayer de survivre dans un monde ouvert en multi-joueurs et remplit de ces viles créatures. Une promesse alléchante mais accueillie beaucoup de réticence par les communautés de joueurs qui reprochent un tas de choses aux développeurs.

voc_soldier_color

Et force est de constater que c’est loin d’être immérité. Peu à l’écoute des joueurs, Hammerpoint a, par exemple, longtemps préféré bannir de leur forum les mécontents face au fléau que représentaient les tricheurs omniprésents plutôt que d’essayer de trouver une solution. Infestation, autrefois appelé WarZ, s’est d’ailleurs vu être retiré durant plusieurs semaines des ventes sur la plateforme Steam suite à de la publicité mensongère. Il seront donc bien obligés à un moment ou à un autre de s’excuser face à la foule en colère sous peine de voir les communautés se transformer en zombies et eux devenir leurs proies. Une réaction serait la bienvenue mais serait-ce assez pour faire taire les critiques négatives ? Rien n’est moins sûr…

voc_soldier_color

Malheureusement inhérente à ce type de jeux de survie, la première chose qui saute aux yeux dans Infestation est l’absence totale de trame scénaristique. Nous n’aurons pour seul but dans le jeu que de survivre dans un Colorado vide de détails. On y l’explore en espérant éventuellement trouver une explication à l’épidémie de zombie mais c’est vraisemblablement peine perdue. Et cela est d’autant plus dommage qu’à lui seul, un background étoffé aurait pu lui offrir une véritable ambiance au titre. Jamais il ne nous est donné l’envie d’être en empathie avec nos personnages qui sont tous identiques à deux vêtements prêts et l’impression que, de toute façon, la mort n’est qu’un élément de gameplay prime.

La bande sonore, elle non plus, ne fournira absolument rien à l’ambiance : les bruitages sont corrects mais terriblement pauvres et répétitifs. Ils s’avèrent n’être là que pour meubler le silence alors que pouvoir jouer sur les détails du brouhaha environnant notre bulle aurait du provoquer l’effroi et mettre en valeur les diverses rencontres que vous pourriez faire. De plus, l’immersion dans le jeu est souvent brisée par des bugs sonores tels que des bruits aquatiques quand on marche dans la terre. Aucune musique n’accompagne nos péripéties et inutile de dire qu’aucun dialogue n’a été écrit puisqu’il n’y a aucun personnage non-joueur.

voc_soldier_color

Pour rester dans le ton, l’identité visuelle d’Infestation est clairement inexistante. Le level design s’est résumé à cliquer aléatoirement sur la carte pour deposer dans maison sans même prendre la peine de les remplir. Et inutile d’essayer de rabâcher l’excuse : « c’est un monde ouvert » car ses graphismes auraient pu être suffisant si le moteur physique n’était pas une catastrophe. Les animations semblent sortir d’un autre âge et sont en grande partie bugées. L’unique moment où l’on se satisfait du visuel du jeu est lorsque la nuit tombe et que l’on ne voit pas plus loin que le bout de son nez. Ah comment ? Serait-ce le moment où l’on ne voit plus le « superbe » décor ?

Quoi qu’il en soit, par la nuit noire, il devient difficile de se repérer et de trouver de quoi se nourrir. Car oui, plusieurs jauges (soif, faim et santé) devront être remplies à l’aide de diverses ressources afin de ne pas mourir bêtement. En grande partie cachées dans les villages, elles seront bien gardées par des (trop petites) hordes d’infectés dont vous devrez vous défaire si vous ne voulez pas finir comme eux. Afin de les éliminer, vous aurez accès à un panel d’armes au corps à corps et à distance qui sera aussi perdu dans la nature.

voc_soldier_color

Ne pas attirer l’attention et donc les foudres des ennemis sera indispensable et le système de déplacement en furtivité remplit plutôt bien son rôle. C’est d’ailleurs la seule subtilité du gameplay qui ne fait, le reste du temps, que respecter le genre du fps sans y apporter la moindre originalité… Quoi que ! Il est possible de jouer dans une vue à la troisième personne à la qualité plus que douteuse. L’intelligence artificielle est également risible : les zombies ne font que vous courir après et vous taper. « Tapeeeeer ! » est également le résumé des combats au corps à corps qui prennent même le luxe d’être d’une telle mollesse qu’on a tendance à les éviter.

Alors pourquoi pour quelles raisons beaucoup de joueurs n’ont pas encore déserté ce jeu ? C’est simple, il y en a deux. D’abord, la plus simple, ce genre de survival se compte sur les doigts d’une main. Ensuite, il permet à une centaine de personnes de jouer simultanément sans qu’ils puissent par le moindre moyens savoir si ceux-ci sont amicaux ou pas. La mort faisant perdre la totalité de vos objets, les fourberies y sont donc fréquentes. Et il faut dire que c’est plutôt réussi… mais gâché par un item shop avec des micro-transactions qui déséquilibre énormément le rapport de force entre les joueurs. Armes à feu et divers bonus y sont vendu à prix peu avantageux… Ce n’est pas forcément légitime pour un jeu qui n’est pas gratuit.

voc_soldier_color

Vous l’aurez compris, bien qu’il soit parfois agréable de parcourir l’unique carte avec ses amis ou de rechercher des compagnons qui jouent le jeu, l’ensemble de l’univers manque de profondeur. Le constat restera le même après plusieurs heures à gambader : son contenu est faible. Infestation ressemble bien plus à une simulation de randonnée fade et ratée qu’à une aventure faite d’horreurs. Les promesses d’Hammerpoint se sont bien trop fait attendre et il y a fort à parier que les joueurs n’oublieront jamais leur comportement qui s’est révélé. Toutes leurs excuses ne suffiront pas à lui faire atteindre un tel potentiel que DayZ qui est en toujours en développement.

Infestation : Survivor Stories

Infestation : Survivor Stories

Les plus
  • Du monde en ligne
Les moins
  • Univers sous exploité
  • Moteur physique ridicule
  • Contenu limité
  • Gameplay mou
  • Bande sonore décevante
  • Innombrables bugs
1.5 10