MDR_logoMême s’il est prévu pour l’été à venir, voilà déjà quelques temps que la bêta test du jeu déjanté de Sileni Studios est disponible. Vous vous êtes déjà demandé ce que ça donnerait si des robots demi-dieux destructeurs débarquaient en plein milieu de l’ère maya ? Nous non plus, mais ça vaut le détour ! Voici donc notre aperçu de la bêta du jeu ! Il est bien sûr à noter que la version que nous avons testé n’est pas représentative du produit fini.

Y’a worm sous roche…

MayanDeathRobots1

Il suffit de poser les yeux sur Mayan Death Robots pour s’apercevoir de sa ressemblance avec les jeux de la série Worms. L’écran est fixe et présente un terrain en 2D aux graphismes simples. C’est du Worms en moins cartoon. Les robots ont chacun des couleurs variées et des formes plutôt amusantes qui rappellent parfois quelques créatures étrangères au jeu (Akna a de petits airs de moissonneur de Mass Effect). La bande-son de son côté est elle aussi plutôt simpliste et perdra de son charme au bout de quelques heures de jeu. En somme, rien de bien extraordinaire du côté de la direction artistique qui sait néanmoins rester correcte. Ne perdons pas de vue que Mayan Death Robots, en plus d’être en phase de bêta, n’a pas les prétentions d’un jeu triple A, et brillera davantage en tant que mini-jeu par son gameplay.

Un bon moment entre amis

MayanDeathRobots2

Ceux d’entre vous qui ont connu l’âge d’or de Worms saisiront vite la dimension fun-multijoueur du jeu. Le principe est on ne peut plus simple : chaque robot est transporté par un vaisseau spatial d’un côté de l’écran auprès de sa tribu de mayas respective, qui ne manqueront pas de célébrer la présence de leur idole. Chaque tribu possède un cube de puissance en son cœur qui possède un nombre de points de résistance limité. Le premier robot qui détruit le cœur adverse (ou le fait tomber dans le vide, la map étant intégralement destructible) remporte la manche. Pour ce faire, chaque robot dispose d’armes qui lui sont propres et qui feront varier la stratégie à mettre en place. Il est également possible de détruire le robot ennemi afin de l’empêcher de jouer pendant un tour avant qu’il ne soit déposé à nouveau par son vaisseau. Enfin, les mayas ennemis ainsi que divers objets apparaissant sur la carte permettront au joueur qui les détruit d’augmenter la puissance destructrice de ses futures attaques. A chaque fois qu’une manche se termine, chaque joueur peut choisir à tour de rôle une capacité passive qui s’appliquera à son personnage jusqu’à la fin de la partie (augmenter la vie de son robot par exemple).

Mayan Death Robots est donc un bon jeu pour s’éclater rapidement avec un ami en local (même si cette fonctionnalité a été évoquée par les développeurs du jeu en décembre dernier, aucun mode en ligne n’a pour l’instant été officialisé). A la manière d’un worms, le jeu qui comporte un bonne dose de stratégie est néanmoins très casual-friendly.
L’originalité du jeu, outre son univers déjanté, réside également dans le fait qu’il existe un mode campagne multijoueur au contenu grandissant dans lequel deux personnes peuvent s’affronter comme dans une partie normale à laquelle sont ajoutés des objectifs à accomplir ainsi que des combats de boss épiques pendant lesquels les deux joueurs doivent former une alliance temporaire pour venir à bout de l’ennemi.

Accessible et prometteur

Mayan Death Robots est avant tout une bonne surprise. Certes il ne s’agit pas là d’un gros titre dont vous entendrez parler pendant des années mais il fait partie de ces jeux que vous ne pourrez jamais vous résoudre à désinstaller, histoire d’en faire quelques parties et prendre du bon temps avec des amis. Le jeu offre des éléments variables qui rendent les parties singulières afin d’éviter la monotonie. Un jeu à consommer régulièrement avec vos amis gameurs ou casuals, d’autant plus une fois la bêta test finie et le jeu sorti.

Mayan Death Robots

Mayan Death Robots

Les plus
  • La campagne multijoueur originale
  • L'univers déjanté
  • Bonne rejouabilité
  • Du fun en local qui rend nostalgique
Les moins
  • La direction artistique légère
  • Un mode online possiblement absent
7 10