The Legend of Legacy Logo
Ces dernières années Nis America s’est démarqué en éditant toutes sortes de jeux japonais, principalement des RPG, considérés sur notre marché cruel comme étant plus ou moins des produits de niche, et dont (en toute logique) le succès en Occident est chaque fois plutôt incertain. Le fait est que sans cette majestueuse firme nous serions passés à côté de bon nombre de pépites, à commencer par celles qui ont su donner de l’intérêt à la maigre et pauvre bibliothèque de la PS Vita, comme par exemple Persona 4 : The Golden. Et bien que la localisation en Français de ces jeux reste encore aujourd’hui un luxe, il aurait été dommage de passer à côté de titres tels que Disgaea 5 sous ce simple prétexte.

L’arrivée sur Nintendo 3DS de The Legend of Legacy n’aura pas fait un bruit dans nos vertes contrées. Il faut dire que le bougre a plutôt mal choisi sa période de sortie, avec un Etrian Odyssey 2 qui le suit de très près, mais aussi un Final Fantasy Explorers paru une poignée de jours avant, et ne parlons pas de Bravely Second à la fin du mois… Trois jeux de rôle nippons dont on imagine aisément leur qualité oscillant presque évidemment entre le moyen et l’excellent. The Legend of Legacy quant à lui est une sorte d’héritier spirituel de la série SaGa, et débarque plus ou moins de nulle part, bien qu’il soit développé par le studio FuRyu qui est loin d’être inconnu sur le sol japonais.

 

Là où le bât blesse

The Legend of Legacy reste très classique dans ses mécanismes. Ainsi les combats sont au tour par tour et n’ont rien d’original, bien qu’ils utilisent les affinités élémentaires un peu différemment. Aussi ils sont trop nombreux, et lents, ce qui les rend vraiment désagréables sur le long terme. Bien que la difficulté générale pousse vraiment à n’en sauter aucun, on en vient à en éviter le plus possible, et ce n’est clairement pas le but du jeu. Leur seul réel intérêt repose dans l’utilisation de stratégies au début de chaque tour, qui définissent les positions et les rôles de chaque personnage. Si là encore ce système est assez redondant, dans les premières heures de jeu on passera un certain temps à mettre des tactiques au point, ce qui sera par la suite indispensable à notre survie.

Car le jeu de FuRyu est loin d’être facile. Sa difficulté est certes progressive, mais dès cinq heures de jeu, voire moins, il faudra bien réfléchir à nos actions durant les combats. Ainsi il sera nécessaire d’avoir un personnage pour parer les attaques ennemies, mais aussi de disposer de sorts de soin, qu’il faudra utiliser très souvent pour rester en vie. Jouer des stratégies sera alors indispensable, et ce même dans un banal combat contre des monstres basiques. Au-delà de ça The Legend of Legacy se révèle complexe à cause de sa mort punitive. Cette dernière ne nous fait pas perdre d’objet ou d’expérience, mais elle nous renvoie cependant systématiquement à la dernière sauvegarde, or il arrivera souvent que l’on tombe sur un ennemi trop fort par mégarde.

Heureusement le titre se dote de quelques détails simplifiant vaguement l’expérience. Ainsi il sera possible de fuir au début du tour, et contrairement à la plupart des jeux cela ne peut pas échouer. Si l’on survit à la première attaque d’un monstre trop coriace, plutôt que de mourir bêtement, on pourra tout simplement se barrer. Ce qui nous renverra au tout début d’une zone, malheureusement, mais aura le mérite de nous laisser tous les objets et l’expérience récupérés en chemin. Aussi il n’est ici pas question de sorts spécifiques pour ressusciter nos personnages KO. Il suffira pour se faire de les cibler avec une commande de soin, et hop le tour sera joué. C’est peu commun, mais les membres de notre équipe seront tellement souvent amenés à mourir que c’est finalement bien vu.

Si le but final de The Legend of Legacy est de contrôler les éléments et de les apaiser, le jeu sera quant à lui un vague remplissage de maps. C’est en effet ce que l’on passera le plus de temps à faire, outre combattre, pour pouvoir revendre les croquis de nos explorations (qui heureusement se dessinent automatiquement lorsque l’on marche) dont le revenu est indispensable. L’argent est rare et les objets intéressants sont onéreux, de surcroît on trouve peu d’items puissants durant l’aventure. Ainsi pour devenir fort il faudra passer par de longues phases de punition, passants par l’exploration de zones qui n’ont aucun intérêt au-delà de leur relative beauté, et par la répétition de batailles loin d’être épiques et se révélant aléatoires et molles dans leur déroulement.

Quant à son histoire, The Legend of Legacy n’aurait pas pu être plus classique, et plus distant à la fois. En effet le tout ressemble vaguement à ce que proposait la série des Final Fantasy Crystal Chronicles, en étant toutefois encore moins suivie, un comble ! Après une introduction qui ne présentera absolument pas les personnages, et tentera en vain de donner du poids à une histoire d’éléments déchaînés, le jeu nous lâche plus ou moins sans savoir quoi faire. S’en suit la sempiternelle « mission divine » que le roi en personne nous confie, puis… C’est tout. L’histoire ne se poursuit pas vraiment, n’avance que par la défaite de boss pas vraiment inspirés… Autant dire qu’on est loin de ce que proposent ses concurrents principaux sur 3DS.

Au fil de l’aventure on récupérera de nouveaux compagnons, qui n’ont de différent que leurs techniques de combat et leurs statistiques, et encore. Quant à leur passé, leur avenir, qui sont-ils … Disons que FuRyu a cru bon d’omettre cette partie de l’histoire. Un défaut vraiment majeur dans la mesure où l’immersion en prend un coup monumental. Enfin étant donné le rôle mineur des personnages dans le scénario quasi inexistant, il aurait été impossible de ressentir quelconque empathie quoi qu’il en soit. Reste qu’en dépit des quatre mois qui ont séparé la venue du titre sur le sol américain et sa sortie en Europe, aucune traduction dans la langue de Molière n’a été entreprise… Le syndrome Nis America en somme.

 

Un sympathique univers

A la manière d’un Bravely Default dont les environnements sont tout bonnement sublimes, The Legend of Legacy essaie d’imposer sa patte visuelle bien à lui. Et, chose appréciable, celle-ci ne manque pas d’originalité ni de qualité. En effet une bonne partie du jeu semble avoir été peinte à l’aquarelle, pour un résultat vraiment convaincant, bien que certaines textures se révèlent très pauvres. Mais cette merveilleuse direction artistique ne fait pas tout. En effet le jeu ne manque pas de carences techniques, et s’il est certes agréable de poser les yeux sur ses décors sympathiques, force est de constater que FuRyu n’a pas toujours mis la barre très haut en ce qui concerne la modélisation et l’animation. Pourtant The Legend of Legacy ne manque pas de bonnes idées.

Par exemple son décor qui se construit et se déconstruit à mesure que l’on progresse dans l’environnement. Un peu comme le ferait un jeu atteint d’un sérieux clipping, mais ici cela rend plutôt bien, et même donne un certain charme à la vue du dessus qui sans ça n’aurait pas été très appréciable. Dommage que les divers lieux soient très inégaux, tantôt plutôt jolis, à l’instar du premier visité, tantôt vraiment pas top. De son côté l’ambiance sonore est parfaitement réussie, avec des musiques très sympathiques et se renouvelant régulièrement, mais aussi des bruitages qui n’ont rien de ridicule. Seul bémol, le thème des combats, qui quant à lui ne se renouvellera que lorsque l’on se trouvera face à un boss, ce qui devient au bout du compte assez ennuyeux.

Enfin le seul véritable intérêt du jeu semble découler de son grand nombre de personnages. S’ils ne changent pas grand-chose au scénario, qui restera très flou et bateau quoi qu’il arrive, chacun des sept protagonistes que l’on peut incarner auront cependant leurs caractéristiques affiliées. Ainsi la durée de vie est plutôt colossale, d’autant que l’aventure est loin d’être courte. Et la cerise sur le gâteau c’est un mode New Game +, qui apparaît bien sûr une fois le jeu totalement bouclé. Reste à savoir si l’on a envie d’aller aussi loin, car finalement The Legend of Legacy n’a rien de bien palpitant, et s’il est certes divertissant durant les premières heures de jeu, il devient tout simplement ennuyeux par la suite. Le New Game + est alors totalement inutile.


 

S’il n’est pas dénué d’intérêt, The Legend of Legacy n’est cependant pas à la hauteur de ses ambitions. Avec son scénario quasi inexistant, et somme toute bateau, et son gameplay mou, redondant et aléatoire, il offre une aventure relativement fade dont on se désintéressera très vite. S’ajoute à cela l’absence de traduction depuis l’anglais, et un niveau de langue demandé plutôt élevé, ce qui le rend de plus assez peu accessible. Malgré une bonne durée de vie, qui explose par ailleurs grâce à la présence d’un New Game + et de sept protagonistes, parvenir jusqu’à la fin du jeu de FuRyu relève plus de l’acharnement que du réel plaisir.

The Legend of Legacy

The Legend of Legacy

Les plus
  • De jolis efforts sur les environnements
  • Une bande son très convaincante
  • La très grande durée de vie
Les moins
  • Des décors clairement inégaux
  • Un système de combat lent
  • La difficulté totalement aléatoire
  • Une grande répétitivité
  • Absence de véritable scénario
5 10