Après quelques aperçus lors de différents salons comme la PGW et plusieurs vidéos de présentation du jeu, The Surge débarque enfin sur consoles et PC. Le titre de Deck 13 propose un univers très mécanique où robots et exosquelettes se côtoient pour le meilleur mais surtout pour le pire. Fils illégitime de Dark Souls et du long métrage Edge of Tomorrow (ou tout autre oeuvre partageant le même univers), The Surge est un titre qui demandera patience et sang-froid aux joueurs puisque les ennemis sont coriaces, très coriaces. Après tout, c’est ça qui fait la force et l’intérêt du soft.

The Surge est un jeu développé par le studio Deck 13 Interactive qui n’est pas à son coup d’essai en matière de « Dark-Souls-like ». En effet, le studio fût à l’origine du jeu Lords of the Fallen, un titre du même genre sorti fin 2014. Le soft a reçu un accueil critique plutôt bon mais il n’avait pas réussi à égaler les productions signées From Software. Se basant en partie sur le travail déjà effectué et sur divers ajouts que nous détaillerons par la suite, The Surge est, comme nous le verrons à travers ce test, un titre qui a su se détacher de son matériau d’origine pour apporter une expérience inédite aux joueurs.


The surge – Trailer de lancement par CooldownTV

Une histoire pas bien palpitante

The Surge - Screenshot

Warren veut retrouver l’usage de ses jambes

Débutons ce test par l’histoire narrée dans The Surge. Le jeu démarre dans un train à l’aspect futuriste qui fait route vers la société CREO. Un message est diffusé par le biais d’un écran et raconte aux joueurs le passé de l’entreprise ce qui permet ainsi de comprendre le contexte du jeu. Alors que la Terre était en plein déclin, dû notamment à la pollution, la société a décidé de lancer le projet Resolve à savoir lancer une batterie de fusées pour tenter de recréer la couche d’ozone et préserver ainsi l’avenir de la planète. Au passage, CREO a également innové dans le domaine de la robotique et en a profité pour développer des exosquelettes entre autres choses. Ceci étant dit, il est temps de prendre le contrôle du héros pour partir à l’aventure, seulement voilà celui-ci est handicapé et se déplace en fauteuil roulant. On comprend aisément que le bougre vient pour être équipé d’un exosquelette et retrouver ainsi l’usage de ses jambes.

Après une petite balade, un choix est donné aux joueurs : celui de prendre l’armure Lynx ou Rhino. Dans le fond, ce choix n’a que très peu d’importance puisqu’il sera possible de prendre les pièces désirées par la suite. S’en suit une courte cinématique où le héros subit une opération pour se faire greffer son exosquelette. Celle-ci devrait se dérouler sous anesthésie mais il comprend vite que quelque chose ne tourne pas rond et souffre le martyr lors de la fixation des pièces mécaniques. Le souci étant que, malgré les images choquantes qui passent nos yeux, il nous est difficile d’éprouver de la compassion pour un personnage que l’on a commandé à peine 5 minutes et dont on ne connaît même pas le nom. L’aventure commence vraiment à son réveil dans une décharge où les joueurs ont le droit à un tutoriel pour apprendre les rudiments du jeu et du gameplay. Warren, le héros, va alors tenter de découvrir ce qui cloche dans l’usine et va découvrir quelques secrets assez gênants. Je m’arrêterai là pour ne spoiler personne mais il faut bien avouer qu’au bout du compte l’histoire n’est pas très palpitante et on finit par suivre les ordres des différents PNJ que l’on croise sans vraiment se poser de questions. C’était déjà là l’un des défauts de Lords of the Fallen et il semblerait donc que Deck 13 ait toujours du mal à impliquer davantage le joueur dans la narration.

 

Le gameplay, le coeur du jeu

The Surge - Avis 2

L’art de cibler un membre précis de l’adversaire

S’il y a une chose sur laquelle Deck 13 a travaillé c’est bien sûr le gameplay de The Surge. Même si on retrouve un côté assez lourd dans les combats comme dans Lords of the Fallen, force est de constater qu’il y a beaucoup plus de possibilités et de libertés dans ce nouveau titre. Déjà, il faut le dire : les affrontements sont difficiles et il faudra faire preuve d’observation pour trouver les points faibles des ennemis mais également de sang-froid pour éviter de balancer la manette dans l’écran à la moindre mort. Parce que des morts, il va y en avoir un bon paquet. Néanmoins, quelques éléments du jeu facilitent la vie des joueurs à commencer par le système de verrouillage. En effet, celui-ci a été revu pour cibler un membre précis de l’adversaire et concentrer ses attaques dessus. Ainsi, il est possible de récupérer un équipement particulier que ce soit une arme, un bras ou une jambe. Pour cela, il faut attaquer les parties dites « blindées » visibles rapidement par un petit logo en forme d’écusson. A l’inverse, si le joueur souhaite expédier un combat, il devra se concentrer sur les parties vulnérables symbolisées en bleu.

Outre la barre de santé et l’éternelle barre d’endurance maintenant bien connue des joueurs, The Surge ajoute la jauge d’énergie qui permet de déclencher des coups de grâce, indispensables pour récupérer le stuff ennemi. Ces coups sont assez stylés et se déclenchent par une pression prolongée sur la touche carré, sur PS4 en tout cas. Le petit souci qui en découle c’est que durant le laps de temps où l’on appuie sur cette touche, l’ennemi peut encore potentiellement attaquer et renverser ainsi l’issu du combat à son avantage. Il aurait été plus judicieux qu’une simple pression sur la touche prédéfinie suffise au déclenchement des coups de grâce. En plus de cela, Warren peut esquiver, se protéger et contre-attaquer mais également sauter ou se baisser si tant est qu’on connaisse suffisamment les paterns des ennemis pour avoir le temps d’anticiper. Le titre possède également un mode photo qui permet d’immortaliser les plus belles exécutions uniquement durant les coups de grâce.

The Surge - Image 4

 

Warren, un personnage entièrement customisable

The Surge - Screenshot 4

De nombreux implants sont dissimulés dans le jeu

Entrons à présent dans la partie customisation du titre. Le héros possède un exosquelette qu’il est possible d’améliorer en dépensant des pièces, la monnaie du jeu. Comme à l’accoutumée, la mort du personnage entraîne la perte de toutes les pièces emmagasinées et The Surge pousse le vice jusqu’à ajouter un timer pour ajouter de la tension et obliger le joueur à se dépêcher pour retrouver son précieux butin. Cependant, il est possible de stocker les pièces non utilisées dans les ateliers qui servent de checkpoint pour éviter de tout perdre. A chaque niveau que prend Warren, la capacité de son noyau augmente ce qui lui permet de porter des implants de plus en plus forts. Ces derniers permettent d’avoir des capacités supplémentaires comme la possibilité de se soigner ou de bénéficier de bonus de puissance et prennent plus ou moins de place sur l’exosquelette. Il faudra fouiller les différents environnements dans l’espoir de dénicher des implants rares et donc plus puissants.

The Surge intègre un gros aspect craft qui passe par l’atelier. Situé à côté de la machine qui permet de développer l’exosquelette, il permet de fabriquer et d’améliorer armes et armures sous condition d’avoir les plans des différentes pièces. En effet, en arrachant un membre à un ennemi, on récupère le plan du membre en question qu’il est ensuite possible de créer via l’atelier. Seules les armes échappent à ce système puisqu’elles se ramassent « entières » si je puis dire. Le démembrement des adversaires permet également de récupérer des matériaux nécessaires à l’amélioration des équipements une fois créés bien sûr. Toutes ces actions consomment également de la monnaie, il faudra donc bien répartir cette précieuse ressource et éviter d’en perdre en mourant bêtement par exemple.

Le jeu des raccourcis

The Surge - Capture écran 3

Un exemple de raccourci à débloquer

Le level design de The Surge reste dans les clous pour ce genre de jeu mais évolue quelque peu. En effet, le titre se découpe en zones reliées entre elles par des trains. Au début de chaque zone se trouve un checkpoint avec l’atelier et le système d’upgrade de l’exosquelette. Comme d’habitude, des raccourcis se déverrouillent au fur et à mesure de la progression et permettent ainsi les allers-retours pour entreposer les pièces ou tout simplement pour aller plus facilement dans une partie précise de la zone. Concernant les environnements, ils sont très mécaniques tout comme les ennemis d’ailleurs. On passe d’une décharge à une usine puis dans des laboratoires mais le jeu vous fera faire pas mal d’allers-retours. Le titre alterne régulièrement entre environnements intérieurs et extérieurs ce qui permet de voir un peu le ciel sauvé grâce à la société CREO. Reste qu’il est très facile de se perdre dans les nombreux couloirs de l’usine d’autant plus que les missions ne sont parfois pas très claires et on se retrouve vite à ne pas savoir où aller.

En parlant des ennemis, il est temps d’aborder la question du bestiaire du jeu qui est encore une fois très mécanique (univers oblige). Outre les humains équipés d’exosquelettes, Warren croisera de très nombreux robots sur son chemin qui vont du petit drone volant au gros tractopelle de l’enfer qui crache des flammes. Quelques boss tenteront de tuer le héros et possèdent tous une envergure assez impressionnante mais leur nombre est très voir même trop limité. De plus ces ennemis ne marquent pas vraiment l’esprit et ils n’ont finalement d’impressionnant que leur taille. Comme pour la narration, ce petit défaut était déjà présent dans le titre précédent de Deck 13.

 

Et l’aspect technique alors ?

The Surge - Capture écran 4

Quand on vous dit que certains détails sont vraiment moches

Qu’en est-il de l’aspect technique d’un jeu qui prône l’innovation technologique ? Déjà le jeu est très fluide même lorsque plusieurs ennemis sont à l’écran et les graphismes sont très corrects même si certaines textures datent un peu (parfois beaucoup même). Ceci est flagrant sur certaines armures de Warren qui apparaissent quelques fois en gros plan suivant les angles de caméras et qui relèvent littéralement d’un autre temps. A noter que la caméra suit parfaitement l’action même dans les endroits exigus ce qui est, il faut le reconnaître, très agréable durant les affrontements.

Au niveau sonore maintenant, rien de bien passionnant. Aucune musique ne sort du lot, même durant les combats contre les boss. C’est un peu dommage lorsque l’on sait que la bande originale de Dark Souls possède des morceaux mémorables qui ont marqué plus d’un joueur. Néanmoins, les doublages des personnages sont d’excellentes qualités en tout cas en version française. On retrouve en première ligne Bruno Choël, un expert en la matière qui fut notamment la voix de Nathan Drake dans Uncharted ou celle d’Altair dans le premier Assassin’s Creed et qui prête cette fois-ci sa voix au personnage principal, Warren. Le seul point un peu gênant vient des dialogues durant lesquels le héros ne cesse de faire de l’humour qui marque un gros contraste avec l’univers assez sombre dépeint. Et vu ce que Warren subit en début de partie, on se demande pourquoi il est autant enclin à rire de tout.

 

Pour qui ?

Pour les joueurs en manque de challenge : Avec la fin de la saga Dark Souls, d’autres développeurs se sont lancés dans l’aventure dont Deck 13 qui accouche d’un jeu très agréable à arpenter.

Pour les amateurs de robots et de technologie futuriste : Avec son univers particulier, The Surge saura attirer les personnes qui raffolent de ce genre de monde et de technologie. Néanmoins, il pourra rebuter les fans de Dark Fantasy avec son univers futuriste très mécanisé.

Pour les fans de démembrement : Si vous avez joué à Dead Space et que vous en voulez plus alors n’hésitez pas et prenez The Surge.

 

 


En définitif, The Surge est une très bonne pioche pour les fans de ce genre de jeux. Néanmoins, il serait dommage de considérer le titre comme un simple « dark souls-like ». En effet, le soft apporte de la nouveauté en proposant en premier lieu un nouvel univers : un futur très mécanique qui laisse de moins en moins de place aux hommes lambda. De plus, les développeurs ont eu la bonne idée d’agrémenter le gameplay de quelques features bien senties comme le démembrement ou les coups de grâce. Bien sûr tout n’est pas rose et il est vrai que l’histoire n’est pas bien intéressante mais The Surge a beaucoup à offrir à qui passera outre les quelques défauts du titre.

Test réalisé sur PS4 classique avec une version fournie par l’éditeur

the surge

The Surge

Les plus
  • Un univers qui change de la Dark Fantasy...
  • La caméra qui suit parfaitement l'action
  • Le système de craft
  • Le challenge qui est au rendez-vous
  • Un gameplay complet et exigeant
Les moins
  • ...mais qui ne plaira pas à tout le monde
  • La narration pas très intéressante
  • La latence dans l'exécution des coups de grâce
  • Les ennemis pas très impressionnants
  • Un nombre de boss assez limité
  • Certaines textures vraiment moches
7.5 10