Toukiden 2 test

Si vous avez déjà eu une PSP entre les mains (et j’espère que c’est le cas), ou bien une Nintendo 3DS, alors il y a fort à parier que la série Monster Hunter vous dise quelque chose. Débutée en 2005 sur PlayStation 2, cette licence un peu particulière aura d’abord été classée dans le genre Aventure / Third Person Shooter, puis ne tarda pas, grâce à sa grande originalité, à faire naître un genre à part entière : le Monster Hunter-like. Comme Doom et quelques autres avant lui, le jeu de Capcom aura tellement plu, et se sera révélé tellement singulier, qu’il aura engendré des émules (principalement sur consoles portables), dont la liste n’est toutefois pas si impressionnante, du très bon (comme avec God Eater) au très moyen (sniff sniff Valhalla Knights). Dernier en date, Toukiden 2 aura fait relativement peu de bruit avant sa sortie sur PS4, Vita et PC, le 24 mars dernier.

Débutée en 2013 sur PS Vita et PlayStation 4, avant d’être portée sur PC, la série Toukiden est à l’origine un Monster Hunter-like pur et dur, avec une recette qui ne s’éloigne qu’en de très rares occasions de son modèle. Sa grosse originalité réside dans son gameplay, bien plus dynamique que ne l’était la licence de Capcom, grâce à la petite touche OMEGA Force (les papas de Dynasty Warriors), mais aussi dans son univers faisant écho au folklore japonais. Sympathique, la série de Koei Tecmo se sera jusqu’ici dotée de deux épisodes, dont le second aura plus fait office d’édition améliorée du premier, avant l’arrivée d’un Toukiden 2 promettant quelques nouveautés, bienvenues pour la plupart.


TOUKIDEN 2 UNLEASHED THIS FRIDAY! 24 03 par CooldownTV

 

Bonjour monde semi-ouvert

Toukiden 2 testOn ne le répétera que trop souvent, le monde ouvert c’est à la mode, et ça dure ! Tout le monde en fait, et visiblement pas mal de joueurs en veulent, puisque la tendance ne va qu’en s’accentuant. Si certaines séries résistent encore, même parmi les plus grandes, de nombreuses sont déjà passées à l’open world, et on ne compte plus les nouvelles licences mettant en avant leur grande ouverture, comme par exemple Horizon Zero Dawn. Pour ce qui est de Toukiden, les deux premiers opus proposaient une recette très similaire à celle de Monster Hunter, avec des zones prédéfinies et découpées en un certain nombre de sections, la chasse s’articulant en premier lieu autour de la recherche de la créature cible. Seulement voilà, de l’eau a coulé sous les ponts depuis la sortie de Kiwami en 2015, et OMEGA Force avait visiblement en tête de renouveler un peu sa nouvelle série, en commençant par revoir sa façon d’aborder l’univers.

Toukiden 2 testAinsi, si les missions se dérouleront toujours dans des zones délimitées (mais de plus en plus vastes), qu’il s’agisse de la chasse d’un gros monstre ou bien d’autre chose, Toukiden 2 permettra toutefois dès le début de la partie d’explorer un monde relativement ouvert. Au départ très limité, celui-ci grandira au fur et à mesure que l’on avancera dans les quêtes scénarisées, certaines portes s’ouvrant sur de nouvelles zones au style visuel et aux ennemis différents. Bien qu’en soi l’aventure ne se prêtera pas nécessairement à l’exploration, l’ouverture permettra de farmer bien plus facilement et rapidement que par le passé, mais aussi de récupérer divers items parfois bien dissimulés et bien sûr introuvables autrement. Et si l’on regrettera la taille relativement restreinte de l’ensemble, il est avant tout grandement dommageable que le level design peu travaillé ne donne pas très envie de partir à la découverte de ce monde.

Toukiden 2 testReste quelques panoramas sympas, et une ambiance visuelle générale plutôt agréable si l’on apprécie l’univers nippon féodal… le tout malheureusement gâché par une technique d’une autre époque. En effet, on relèvera vite les textures baveuses et les couleurs fades du titre, et même ces quelques baisses de framerate vraiment pas très agréables dans les combats. Heureusement que le design des bâtiments a quant à lui reçu une attention particulière. On ne peut pas en dire autant de celui du bestiaire, certes un poil meilleur que ne l’était celui des précédents volets, mais manquant toujours cruellement de personnalité. Quant à la bande son de ce Toukiden 2, rien à redire, puisque les doublages japonais sont toujours de la partie, et que l’ambiance musicale est très réussie, épique lorsqu’il le faut, et douce aux moments propices. Manque peut-être encore les hurlements des créatures, mais passons.

 

De l’histoire de la nervosité

Toukiden 2 testBien que très similaire à ce que propose son modèle, la série Toukiden a toutefois su s’en démarquer d’une façon agréable (outre son univers) en proposant un gameplay beaucoup plus dynamique. Alors certes, le puriste de la licence de Capcom pourra avoir en horreur ces divers changements, à commencer par le système de lock sur les ennemis, dénaturant pas mal la recette originale très ardue. Et le fait qu’OMEGA Force, développeur de la série Dynasty Warriors et de ses divers cross-over, soit derrière n’est pas surprenant une fois manette en main. Le tout se présente en effet comme un beat them all nerveux disposant de pas mal de similitudes avec les autres productions de la boite nippone. Pas étonnant non plus de retrouver cet univers féodal japonais assez fidèle donc, ni le système de Mitama, esprits de personnages divers pouvant être équipés sur nos armes, reprenant pas mal de figures historiques, et offrant divers pouvoirs offensifs ou défensifs. Le développeur aime en effet beaucoup l’histoire de ce pays, à en juger par les nombreuses références que l’on peut retrouver dans sa longue liste de jeux vidéo.

Moins technique que beaucoup de ses congénères, d’autant que cette suite est plus aisée que ses prédécesseurs notamment grâce à une IA alliée sans pitié, Toukiden 2 se dote toutefois de quelques singularités plutôt intéressantes. Je vous parlais plus haut du système de Mitama, qui a relativement peu bougé depuis l’opus précédent, et apporte un petit coté RPG bienvenu avec le gain de niveau de ces personnages équipés. Mais on notera aussi que pour venir à bout des créatures, nommées Oni (en référence aux démons du folklore nippon), il faudra se focaliser sur certaines parties de leur corps, et ainsi les démembrer. Une idée sympathique qui rend les combats assez longs (mais moins que chez MH), et parfois même un peu ennuyeux malheureusement, puisqu’il arrivera que l’on passe une dizaine voire quinzaine de minutes à simplement marteler les boutons et à esquiver des attaques faciles à voir venir.

Toukiden 2 testCar qui dit moins technique, dit aussi plus répétitif, et c’est là l’un des défauts majeurs de la série : on tourne vite en rond. Si dans certains des autres Monster Hunter-like il sera question de véritable traque, et d’élaborer des stratégies en fonction des monstres que l’on aborde, ici ce ne sera pas vraiment le cas, et c’est fort dommageable ; la faute en partie à un bestiaire qui manque cruellement de personnalité. D’autant que les paternes des adversaires sont loin d’être compliqués à repérer. Heureusement, ce nouveau volet n’est pas dénué de nouveautés, à commencer par la main démoniaque, qui permettra diverses attaques puissantes, et ainsi varier un peu plus le système de combat. Idem, deux nouveaux types d’arme sont à noter, l’épée fouet (coucou Ivy) et l’épée avec son bouclier, permettant de ne plus simplement esquiver les attaques. Ça, plus le contenu global, suffit amplement à légitimer le développement d’un épisode inédit.

 

Du contenu monseigneur

Toukiden 2 testComme tout bon Monster Hunter-like, Toukiden 2 offre un contenu tout simplement énorme. L’ouverture du monde permettra d’obtenir des quêtes et des items plus ou moins cachés, mais aussi de découvrir de nouveaux Mitama. Et ce n’est rien à coté de ce que proposent les échoppes en ville, avec une customisation de l’équipement et une création d’armes aux possibilités énormes, à condition bien sûr de farmer suffisamment en préalable. Les missions sont en outre très nombreuses, et bien sûr de plus en plus longues. Évidemment, jouer en solo c’est s’exposer rapidement à une certaine redondance, bien que l’on puisse se munir d’alliés dirigés par le jeu, et l’on ne conseillera que trop de s’orienter directement vers le multijoueur, à quatre maximum. D’autant que, et c’est suffisamment rare pour être souligné, les joueurs PS4 et PS Vita pourront évoluer ensemble, sur le même serveur.

Bien que le gros du jeu se situera dans les missions classiques de chasse aux monstres, le titre d’OMEGA Force dispose toutefois d’une histoire et de missions scénarisées. Qu’on se le dise, le background est certes touffu et très sympathique, mais reste que le scénario en lui même est très convenu, et peu intéressant. Il est tout à fait possible de faire le jeu sans lire une seule ligne de dialogue, ces derniers se révélant au passage souvent bien trop longs. D’autant que, pour ne rien arranger, Toukiden 2 n’a toujours pas eu droit à une traduction dans la langue de Molière… et n’est pas toujours très facile à suivre. On conseillera donc plutôt aux anglophobes ou aux néophytes de passer leur chemin.

Pour qui ?

Pour les fadas de Monster Hunter : Bien que la recette change quelque peu, avec un monde semi-ouvert et un plus grand dynamisme, Toukiden 2 est un MH-like assez fidèle à la recette originale, disposant de tous les ingrédients indispensables à la recette.

Pour ceux qui ont aimé les précédents : The Age of Demons et Kiwami étaient de petites perles, bien que le second ait fait office de simple épisode amélioré du premier, et ce nouveau volet est une suite tout à fait honnête.

Pour les amoureux du Japon féodal : En dépit d’un scénario très convenu, et relativement peu intéressant, Toukiden 2 dispose toutefois d’un background très sympathique, utilisant de surcroît pas mal de références, notamment chez les Mitama.

 


A défaut d’avoir droit à un nouveau Monster Hunter, ce Toukiden 2 fera parfaitement l’affaire pour patienter. Plus complet que ne l’étaient ces prédécesseurs, ce nouvel opus se dote en outre de nouvelles armes pas déplaisantes et d’une capacité rendant les combats encore plus dynamiques, et moins redondants. S’il reste encore quelques petites choses à revoir, notamment du coté d’un scénario qui ne captivera pas longtemps, la faute à de nombreux dialogues trop longs, et que l’on regrettera une nouvelle fois l’absence de traduction depuis l’anglais, Toukiden 2 a toutefois tout ce qu’il faut pour séduire les amateurs du genre.

 

Test réalisé sur PlayStation 4 grâce à une édition fournie par l’éditeur.

Toukiden 2

Toukiden 2

Les plus
  • Accessible
  • Moins redondant que ses prédécesseurs...
  • Du contenu à foison
  • Un grand dynamisme
  • Le serveur commun entre PS4 et Vita
Les moins
  • La technique pas au top
  • ... mais toujours un peu quand même
  • Manque un peu de challenge
  • Le scénario pas tip top
  • Le bestiaire sans personnalité
  • Aucune traduction depuis l'anglais
7 10