Fatigué d’abattre du monstre à la chaine ? D’arpenter toujours les mêmes couloirs des mêmes donjons que vous avez visité et revisité des centaines de fois ? Marre de piller tous les coffres et les trésors de chaque niveau ? Bref, fatigué d’être l’aventurier moyen !….
Vous avez frappé à la bonne porte. Asseyez-vous donc au coin du feu, dans cette taverne. La mission cette fois-ci sera toute particulière !
Eh oui ici, nous avons la solution : War for the Overworld ! Vous vous demandez sans doute : « qu’est-ce que c’est ? », « qu’est-ce qu’on doit faire ? ». La réponse est simple : arpenter une nouvelle fois les couloirs d’un donjon, mais pas de n’importe quel donjon : le vôtre !

War for the Overworld est une sorte de réincarnation d’un précédent jeu : Dungeon Keeper, dans lequel vous incarnez un maître de donjon.
C’est donc à vous de construire votre demeure comme vous l’entendez. Recrutez vos propres créatures pour vaincre les aventuriers trop téméraires qui se frotteront à leur ultime épreuve !
Voilà la mission qui vous incombe, saurez-vous la remplir avec succès ?

Basé sur un projet kickstarter par d’anciens développeurs de Bullfrog, les créateurs de Dungeon Keeper 1 & 2, War for the Overworld est un de jeu de gestion dans lequel vous incarnez un maître de donjon. Le jeu sera bientôt disponible, après 3 ans de développement par le studio Subterranean Games et sort ce jour, le 2 avril sur PC, disponible sur la plate-forme steam.

War-for-the-Overworld

Histoire :

L’histoire en elle-même n’est pas très étoffée, mais ce n’est pas ce qu’on lui demande. Le pitch est simple : faire le mal, mais le faire bien ! Violence, destruction, esclavage, avarice, chaos, voilà une partie du programme que vous devrez accomplir !
Vous êtes la réincarnation d’un Underlord, qui est représenté dans le jeu par le cœur du donjon et une main que vous contrôlez. Puisque vous venez de vous réincarnez, il vous faudra regagner toute votre puissance de jadis pour faire à nouveau régner le mal sur ces terres.
Niveau objectifs, cela reste simple : agrandir votre donjon, l’aménager correctement afin que vos créatures s’y sentent bien confortablement installés, puis de mesurer la balance attaque/défense, c’est-à-dire maintenir une défense correcte tout en allant explorer le donjon de votre adversaire.

Réalisation :

N’ayant pas une configuration suffisante pour faire tourner le jeu à pleine puissance, War for the Overworld démontre un bon potentiel. Les graphismes sont propres et soignés, sans en faire trop. La technique a réellement progressé depuis les précédents opus, qui datent tout de même de presque 20 ans pour le premier.

La possibilité de visiter son propre donjon en prenant le contrôle d’une de vos créatures est toujours possible, ce qui vous immergera dans la peau du personnage pendant un court moment histoire de ne pas laisser son donjon sans surveillance. Là encore, les graphismes sont agréables à regarder, notamment les éléments des salles telles que les murs ou les sols qui rendent un ensemble clair et cohérent. La simplicité du dessin alliée à l’efficacité ! Les créatures sont plutôt bien modélisées elles aussi, que ce soient de loin ou de près.

La bande-son est également un point positif du titre. Là encore, elle se veut simple, mais très immersive. Elle pose bien le genre de jeu : angoissante et mystique.

Quelques ralentissements sont parfois à signaler pendant les phases de chargement, qui elles aussi se révèlent être un peu longues. Passé cette phase, le jeu est fluide et ne subit que peu de ralentissements (dus probablement à ma machine).

screen wfto

Gameplay :

Tous les éléments à succès des jeux précédents y sont de nouveau de retour. Tous les différents éléments vous seront expliqués à chaque étape de votre formation en agent du mal confirmé.
A chaque niveau de la campagne, vous obtiendrez donc de nouvelles salles, de nouvelles créatures, de nouveaux sorts, etc. jusqu’à obtenir tout votre attirail au complet.

La gestion des salles reste l’élément primordial à maîtriser : placer une case par ci par là ne fait en rien avancer votre donjon. Il va falloir délimiter des zones importantes, afin que les structures au sein de la salle puissent être actives. Seules quelques salles ne sont pas soumises à cette limitation.
Plus vos salles seront grandes, plus vous allez attirer de créatures depuis votre portail. Ceux-ci pourront alors prendre un emplacement de votre repaire, puis aller s’entrainer, sans oublier la case casse-croûte. Pendant ce temps, vos gobelins sauront creuser des galeries, extraire de l’or ou renforcer les murs de votre donjon.

Attention toutefois, tout n’est pas rose dans les couloirs du mal, car vos propres sbires ne s’entendent pas forcément entre eux. Ainsi les araignées et les mouches risquent de se battre à n’importe quel moment.
De même, si vous maltraitez trop vos serviteurs, ou qu’ils n’apprécient pas votre donjon, leur moral risque de chuter. Ils ne seront plus motivés et se battront moins bien, voire même déserteront. Même chose si vous n’avez pas assez d’argent pour les payer !

On notera la présence d’une sorte d’arbre de talents, appelé les veines du mal, qui vous donne accès à diverses salles, sortilèges, etc. Ces veines se remplissent au fil du temps, du développement de votre donjon et des ennemis massacrés. Vos sorciers pourront également vous apporter des nouveaux sortilèges en étudiant au sein de leur bibliothèque.

Qui dit donjon, dit aussi pièges. Vous pourrez fabriquer des pièges et autres éléments plus ou moins intéressants, comme des portes par exemple, à partir de vos travaux dans l’atelier, une autre salle de votre donjon.

War for the Overworld_010
Le titre dispose par ailleurs de plusieurs modes de jeu :
– le classique mode campagne que je viens de vous décrire.
– l’escarmouche où vous pourrez affronter l’ordinateur.
– le mode survie
– le bac à sable, dans lequel nul ennemi ne vous importunera jamais, où vous disposez de fonds illimités et de tous les pouvoirs, afin de pouvoir bâtir le plus vaste et le plus monumental donjon que peut développer votre imagination.
– Le mode multijoueur, non encore opérationnel pour le moment.

Pour en revenir sur la manière de jouer, le soft vous explique clairement et au fur et à mesure ce qui vous est nécessaire pour optimiser votre donjon. Un non initié prendra donc assez rapidement les rênes en main et se prendra assez vite au jeu. Les vieux joueurs quant à eux salueront les nouveautés apportées par rapport aux jeux précédents. Il vous faudra cependant un petit temps d’adaptation pour contrôler parfaitement votre pointeur (la main), qui se révèle être peu précise par moment, notamment au niveau des icônes de l’interface. L’ensemble reste néanmoins très ludique et amusant, tout en étant original dans son concept.

Dans les catégories des reproches, on peut avancer le fait que le jeu ne dispose de trop rares raccourcis claviers, qui pourraient faciliter le jeu, notamment dû au problème du pointeur souligné juste avant. On peut aussi peut-être reprocher au jeu une trop grande facilité : le temps est généralement votre ami, ce qui vous laissera le temps à vos unités de bien s’entrainer, d’obtenir toutes les améliorations, toutes les pièces nécessaires, etc.

Conclusion :

War for The Overworld est un jeu très sympa, original, qui satisfera les nouveaux joueurs cherchant un autre type de jeu qu’à leur habitude, ainsi qu’aux joueurs confirmés des précédentes références du genre. L’univers est accrocheur, l’ambiance générale immersive et on a vite fait de se prendre au jeu. Le concept du jeu lui-même est assez simple à assimiler, ce qui rend le jeu à la fois simple pour les néophytes, tout en apportant du contenu pour les joueurs plus expérimentés.
Les graphismes et la bande-son simples, mais élégants, sans chichis ou fioritures rappellent au joueur ce qu’il est venu trouver : un jeu simple, mais globalement très efficace, le tout mélangé dans un concept original. On peut néanmoins reprocher au jeu son curseur un peu maladroit ainsi que son absence de raccourcis clavier qui rendraient la prise en main bien meilleure.
En conclusion, loin d’un best-seller, War for the Overworld offre un concept différent, avec une bonne réalisation. Pas indispensable, mais qui vaut le détour, War for the Overworld est un bon petit jeu pour passer le temps !

War for the Overworld

War for the Overworld

Les plus
  • Concept original
  • Aussi bien pour les nouveaux que pour les anciens
  • Bonne prise en main
  • Graphismes soignés
  • Bande-son immersive
Les moins
  • Trop simple?
  • Absence de raccourcis clavier
  • Curseur maladroit
7.5 10