Alors que la sortie du jeu est prévue pour le 27 octobre prochain, nous avons eu la chance de pouvoir essayer Wolfenstein II : The New Colossus dans les locaux de Bethesda à Paris. Invité vendredi dernier pour une session de jeu d’environ 1h30, nous avons pu dézinguer des nazis à tout va mais surtout retrouver le personnage de B.J. Blazkowicz, héros du reboot de 2014. Voici donc nos impressions sur ce FPS bien burné.

The New Colossus est la suite directe de Wolfenstein : The New Order. Ce dernier, sorti en 2014, narrait les aventures du capitaine William « B.J. » Blazkowicz qui devait faire face aux nazis. En effet, l’histoire est une uchronie qui voit l’Allemagne gagner la Seconde Guerre Mondiale et partir à la conquête du monde. Après un coma de 14 ans, le héros se réveillait en 1960 à l’heure où les nazis dominent et imposent leurs idées aux autres pays. En voyant l’état du monde, BJ décide rapidement de rejoindre la résistance pour mettre des bâtons dans les roues, plutôt les chaînes, des chars nazis. L’aventure se terminait avec le « sacrifice » du héros, enfin c’est ce que les développeurs ont voulu nous faire croire.

Blazkowicz en roue libre

Wolfenstein II - Screenshot 2

BJ en fauteuil roulant

Durant cette première présentation, nous avons eu la possibilité d’essayer deux missions différentes de la campagne scénarisée. La première est celle qui ouvre l’aventure et contient déjà un gros spoiler. En effet, BJ était censé se sacrifier à la fin de The New Order mais le bougre est toujours vivant. Se déroulant 5 mois après la fin du précédent opus, The New Colossus débute avec BJ en fauteuil roulant suite à l’explosion de la base nazie. Cette première mission est donc l’occasion de découvrir le gameplay du jeu qui reste sensiblement le même. Une seule arme est proposée aux joueurs durant toute la durée de la mission et les déplacements sont limités par le fauteuil. L’action prend place dans un navire subissant une attaque allemande. Le héros est donc forcé de reprendre vite les armes pour faire ce qu’il sait faire de mieux : tuer des nazis.

Certains personnages emblématiques du précédent jeu feront une apparition, il est donc préférable d’avoir joué à Wolfenstein : The New Order pour pleinement avoir conscience des tensions dramatiques de certaines scènes. La première ne dure pas plus de vingt minutes, ce qui est suffisant et pas trop en sachant que le joueur est bridé dans ses mouvements. Pour les personnes ayant suivi l’actualité du jeu, cette mission a été présentée durant l’E3 2017.

Suite à cela, nous avons pu nous amuser un peu plus durant la seconde mission proposée qui se situe environ au tiers du jeu. BJ a la lourde mission d’infiltrer une base ennemie afin d’y placer une mini bombe nucléaire. Cette base se situe sous la ville de Roswell au Nouveau Mexique, lieu iconique pour les adeptes de la vie extraterrestre. D’ailleurs tout le jeu se déroulera aux Etats-Unis d’après l’éditeur. Durant la mission, le héros sera amené entre autres à voyager dans un train et à combattre un boss qui prend l’allure d’un énorme mécha. Cette mission fut plus longue que la précédente et permettait de se rendre vraiment compte du potentiel du jeu et surtout du plaisir de trouver un titre fun et décomplexé.

 

L’art de tuer des nazis

Wolfenstein II - Screenshot

Certains ennemis seront imposants

A l’instar du précédent volet, The New Colossus propose aux joueurs de choisir entre une approche furtive et une plus bourrine. Pour se la jouer Sam Fisher, BJ peut réaliser des exécutions furtives en arrivant discrètement derrière les ennemis et même balancer des armes blanches. Cependant, le côté bourrin reprend vite le dessus et c’est la qu’on ressent le plus de plaisir. Globalement, il s’agit du même gameplay que dans The New Order. Blazko peut courir, s’accroupir et donner des coups de couteau ou de hache. Au niveau armement, il pourra utiliser pistolets, mitrailleuses, fusils à pompe et diverses armes qui sont le fruit des recherches allemandes.

Le jeu garde également la possibilité de sortir une deuxième arme du même type histoire de vider une zone plus rapidement. Attention cependant aux munitions qui diminuent à vue d’oeil. Les combats s’enchaînent ainsi rapidement et le bestiaire proposé lors de cet essai était assez diversifié. Outre le boss mécha détaillé plus haut, les joueurs retrouveront les chiens féroces, les nazis en armures et des robots programmés pour tuer. Bref, il y aura de quoi se défouler dans ce nouveau Wolfenstein.

Des ennemis un peu bêbêtes

Néanmoins, nous avons déjà décelé quelques petits défauts en jouant à ces deux missions. Tout d’abord certains bugs étaient encore présents lors de la session de jeu comme des petits bugs de son, d’image ou encore la collecte du même item plusieurs fois. Il faut tout de même relativiser, le jeu étant toujours en développement, il s’agit de bugs « normaux » qui seront normalement réglés avant sa sortie.

Le plus gros point noir visible lors de cet essai est l’IA des ennemis qui est très perfectible. Malheureusement, les adversaires avaient tendance à foncer sur vous sans forcément prendre la peine de se cacher. L’exemple le plus flagrant fut une rencontre avec un nazi dans un couloir qui s’est aperçu que j’étais un « méchant » une fois arrivé à deux mètres de moi. Le jeu comprendra cependant pas moins de six ou sept modes de difficulté histoire de plaire à tous les types de joueurs.

Wolfenstein II - Capture écran

Un petit coup de hache !

 

Un peu de technique

Wolfenstein II - Image

La jolie ville de Roswell

Le session de jeu dans les locaux de Bethesda s’est déroulée sur PC. Côté graphismes, Wolfenstein II : The New Colossus propose des esthétiques et des environnements soignés. Outre le côté très métallique du navire de la première mission et de la base de la seconde, les joueurs ont été invités à parcourir la ville de Roswell en pleine célébration d’une fête. La ville est haute en couleurs et donne une vraie bouffée d’air frais avant de repartir sous terre à la chasse aux nazis. Reste que certaines textures ne ressortent pas forcément très nettes à l’écran mais ces petits soucis seront certainement résolus d’ici au mois d’octobre.

Dernier point par rapport à la bande sonore du titre. Tout d’abord les doublages anglais sont très corrects et bien synchronisés avec les images. Pour l’heure, nous n’avons pas pu voir la version française, un point à vérifier à la sortie du jeu donc. Sinon les musiques proposées étaient vraiment très bonnes et certains morceaux très rock/métal rendaient bien avec l’action du jeu, un peu comme ce qu’a proposé DOOM l’année dernière. Encore une fois, à voir si cette BO tiendra sur la longueur avec des compositions de la même qualité.

Wolfenstein II - Artwork 1


Vous l’aurez compris en lisant cette preview, Wolfenstein II : The New Colossus nous a beaucoup plu. En jouant à fond sur son univers uchronique et sur son côté badass, le nouveau titre de la licence ne compte pas réinventer la poudre mais proposer une expérience décalée aux joueurs. Le jeu s’appuie fortement sur l’opus précédent et met l’accent sur les relations entre les personnages au travers des différentes cinématiques. Quelques défauts sont encore à corriger comme certains bugs ou l’IA des ennemis mais ce deuxième épisode devrait satisfaire bon nombre de joueurs à sa sortie prévue, on vous le rappelle, pour le 27 octobre.

Toutes les images de la présente preview ont été fournies par l’éditeur

Wolfenstein II The New Colossus

Wolfenstein II : The New Colossus

Les plus
  • Une ambiance décalée propre au jeu
  • Un gameplay nerveux au service de l'action
  • Le "choix" entre l'action et l'infiltration...
  • La bande originale très sympathique
  • Une qualité graphique assez jolie
Les moins
  • ...même si le côté bourrin prend rapidement le dessus
  • Quelques bugs de sons et d'image
  • Une IA assez permissive